Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

URBAIN II, ODON DE LAGERY ou EUDES DE CHÂTILLON (1042 env.-1099) pape (1088-1099)

Français d'origine, issu de la noblesse champenoise, Eudes de Châtillon, qui devint pape sous le nom d'Urbain II, fut d'abord élève aux écoles de Reims dirigées par l'écolâtre Bruno, qui devait par la suite fonder la Grande Chartreuse. Après avoir été pendant quelques années clerc séculier, Eudes se fit moine à Cluny et il y devint prieur. En 1078, Grégoire VII le nomma cardinal évêque d'Ostie. En mars 1088, à la mort de Victor III, il fut élu pape.

Il incomba à Urbain II de poursuivre la réforme grégorienne en un moment où l'intransigeance de Grégoire VII et la hardiesse de Henri IV avaient conduit l'Église romaine à une impasse. Entièrement d'accord avec les thèses de son illustre prédécesseur, et décidé à accroître le prestige moral de la papauté, il sut agir avec prudence et habileté. Après quelques années de sage patience, il renouvela les décrets contre la simonie, le concubinage des clercs et l'investiture laïque (concile de Plaisance en 1094, de Clermont en 1095). Il parvint à gagner à sa cause de nombreuses sympathies en Italie, en France, en Espagne, en Angleterre et jusque dans le clergé germanique, mais il évita de heurter trop directement l'empereur, lequel se trouvait d'ailleurs en position de faiblesse par suite de querelles princières en Allemagne. Par-dessus tout, il lança en 1095, au concile de Clermont, un appel à la croisade pour permettre à la chrétienté de récupérer les Lieux saints et pour associer tous les chevaliers d'Occident à cette grandiose entreprise religieuse et politique. Il organisa cette première croisade, dont il fut officiellement le chef — il y fut représenté par un légat — et qui aboutit à la prise de Jérusalem en 1099.

— Marcel PACAUT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'histoire du Moyen Âge à l'université de Lyon-II-Lumière

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • APPEL D'URBAIN II À LA PREMIÈRE CROISADE

    • Écrit par Pascal BURESI
    • 258 mots

    Lors d'un voyage en France, le pape Urbain II (1088-1099) réunit à Clermont un concile pour lutter contre la simonie, dans la continuité des réformes dites « grégoriennes ». C'est au cours de ce concile qu'Urbain II lance l'idée d'une expédition militaire en Terre sainte pour « libérer »...

  • CHARTREUX

    • Écrit par Jacques DUBOIS, Universalis
    • 1 505 mots
    • 1 média
    ...de la Grande-Chartreuse une retraite définitive, fut contraint de le quitter en 1090, à l'appel de son ancien élève, Eudes de Châtillon, devenu le pape Urbain II, soucieux de s'entourer de conseillers sûrs. Mais il ne resta pas longtemps à Rome : après avoir refusé l'archevêché de Reggio, il se retira...
  • CROISADES

    • Écrit par Universalis, Jean RICHARD
    • 8 155 mots
    • 3 médias
    ...croisades véritables d'autres expéditions regardées elles aussi comme des « guerres justes », menées pour la défense de la Chrétienté ou de l'Église romaine. Urbain II avait dû dissuader les Espagnols de participer à la croisade en 1096, du fait qu'ils devaient se défendre contre les musulmans sur leur propre...
  • SICILE NORMANDE - (repères chronologiques)

    • Écrit par Pascal BURESI
    • 312 mots

    1060 Première intervention en Sicile de Roger, chargé par son frère Robert Guiscard, le duc normand de Pouille et de Calabre, de la conquête de l'île.

    1072 Conquête normande de Palerme.

    1086 Conquête normande de Syracuse.

    1098 Le pape Urbain II accorde à Roger la légatie apostolique,...

Voir aussi