GRÉGORIENNE RÉFORME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nom donné au mouvement animé et dirigé dans la seconde moitié du xie siècle par la papauté, particulièrement à l'initiative du pape Grégoire VII. L'objectif proclamé de la réforme grégorienne fut de rétablir la discipline et de corriger les mœurs des clercs afin de mieux encadrer la société laïque et de faire davantage pénétrer dans les esprits et dans les âmes les obligations de vie découlant du dogme chrétien. Pratiquement, il s'agissait de mettre en place un meilleur épiscopat, grâce auquel le recrutement des prêtres et le contrôle de leur activité seraient améliorés, ce qui, finalement, devait être profitable à la santé morale de tous les fidèles. L'entreprise était ainsi comparable, bien que plus vaste, à celle que, depuis un siècle, de nombreux prélats et des abbés clunisiens conduisaient à l'intérieur du monde seigneurial. Elle en différait fondamentalement par une extrême méfiance à l'égard des pouvoirs laïcs, regardés comme responsables des vices des évêques parce qu'ils intervenaient directement dans l'élection de ceux-ci, et surtout par l'édification dans l'Église, lors de la réalisation, d'un système de gouvernement monarchique entre les mains du pape, au point que certains historiens estiment que la réforme servit d'alibi à une grandiose opération visant à transformer les structures ecclésiales et à faire du pontife romain, avec ses cardinaux et ses légats, grâce au pouvoir de dispense et à l'exemption, la seule autorité souveraine.

L'accomplissement du programme grégorien donna lieu aussitôt à un grave conflit avec l'Empire, la querelle des Investitures, du fait que Grégoire VII (1073-1085) interdit aux laïcs de choisir et d'investir les évêques et prit des sanctions à l'encontre de l'empereur Henri IV, qui récusait le bien-fondé de ces mesures. Poursuivie sous une autre forme par Urbain II, Gélase II et Calixte II, la Querelle s'acheva par un compromis lors du [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire du Moyen Âge à l'université de Lyon-II-Lumière

Classification


Autres références

«  GRÉGORIENNE RÉFORME  » est également traité dans :

CHANOINES RÉGULIERS

  • Écrit par 
  • Patrice SICARD
  •  • 1 611 mots
  •  • 1 média

Dès les premiers siècles de l'Église, certains évêques, soucieux de mener avec leur clergé une vie de renoncement et de perfection évangéliques, groupèrent autour d'eux les clercs attachés au service de leur église. Dans la pauvreté volontaire, ils célébraient la liturgie et s'adonnaient au ministère pastoral. Ainsi saint Augustin (mort en 431), devenu évêque d'Hippone, voulut-il « avoir avec lu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanoines-reguliers/#i_35378

ECCLÉSIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 5 742 mots

Dans le chapitre « L'Église et la société chrétienne au Moyen Âge »  : […] Un instant entrevu, cet idéal a favorisé la naissance de la chrétienté. Mais il portait en lui la confusion entre l'Église et la société civile. Au cours du Moyen Âge, les compétences de l'une et de l'autre furent souvent mélangées. La réforme pontificale de l'Église, dite réforme grégorienne – elle a commencé avec les papes Léon IX (1049-1054) et Grégoire VII (1073-1085) –, a eu pour effet d'aff […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecclesiologie/#i_35378

ÉGLISE, architecture

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 8 040 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le style gothique »  : […] La réforme grégorienne n'a pas imposé de style architectural spécifique. La production artistique des xi e et xii e  siècles a pris au xix e  siècle le nom de « romane ». Elle apparaît aujourd'hui comme un ensemble extrêmement varié, et par là mê […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-architecture/#i_35378

ÉTIENNE DE GARLANDE (mort en 1150)

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 287 mots

Sénéchal de Louis VI le Gros, Étienne de Garlande appartient à une famille noble de la Brie. Il succède dans cette charge à deux de ses frères, mais se fait particulièrement remarquer par une ambition effrénée et une absence totale de scrupules qui font de lui, à partir de 1108, le conseiller le plus écouté du roi et parfois le véritable maître du royaume. Cumulant charges et bénéfices, il est à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-de-garlande/#i_35378

GRÉGOIRE VII saint, HILDEBRAND (1020 env.-1085), pape (1073-1085)

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 1 969 mots

Dans le chapitre « Bilan de la « réforme grégorienne » »  : […] Convaincu que la réforme devait au plus vite conduire au rétablissement d'une vie digne dans le clergé, grâce à quoi le christianisme pénétrerait plus profondément dans toute la société et contribuerait à adoucir les mœurs comme à faire régner la justice et la paix, ne concevant pas que cette réforme pût réussir sans être dirigée par une autorité unique, celle du pape, persuadé encore que les stru […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gregoire-vii-hildebrand/#i_35378

LITURGIE CATHOLIQUE DE L'EUCHARISTIE

  • Écrit par 
  • Jean-Noël BEZANÇON
  •  • 2 120 mots

Dans le chapitre « Rites et hiérarchie »  : […] Dans les premiers siècles, ces assemblées s'organisent. Des responsables apparaissent, prenant la suite des premiers « apôtres » de Jésus : des épiscopes (du grec episkopos , « surveillant » ; origine du mot évêque), des presbytres (du grec presbyteros , « anciens » ; origine du mot prêtre), des diacres (du grec diakonos , « servite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liturgie-catholique-de-l-eucharistie/#i_35378

MOYEN ÂGE - Le monde médiéval

  • Écrit par 
  • Léopold GÉNICOT
  •  • 12 274 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'unité spirituelle »  : […] Pour réaliser l'unité spirituelle, il fallait répandre une croyance, y prévenir les dissensions et la faire vivre par ses adeptes. La première tâche, l'évangélisation, alla de pair avec l'expansion de l'Occident. Tantôt les apôtres suivirent les soldats, les fonctionnaires et les marchands et couronnèrent leur action, tantôt ils leur frayèrent la route. Ils conquirent d'abord la Francie septentrio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-le-monde-medieval/#i_35378

ORDRES RELIGIEUX

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 3 244 mots

Dans le chapitre « Développement et diversification des institutions »  : […] De la réforme carolingienne ( ix e  siècle) à la réforme grégorienne ( xi e - xii e ), tandis que s'accentuent cloisonnements et hiérarchies à l'intérieur de la société féodale et que prend naissance la science du droit canonique, les distinctions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordres-religieux/#i_35378

URBAIN II, ODON DE LAGNY ou EUDES DE CHÂTILLON (1042 env.-1099) pape (1088-1099)

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 306 mots

Français d'origine, issu de la noblesse champenoise, Eudes de Châtillon, qui devint pape sous le nom d'Urbain II, fut d'abord élève aux écoles de Reims dirigées par l'écolâtre Bruno, qui devait par la suite fonder la Grande Chartreuse. Après avoir été pendant quelques années clerc séculier, Eudes se fit moine à Cluny et il y devint prieur. En 1078, Grégoire VII le nomma cardinal évêque d'Ostie. En […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/urbain-ii-odon-de-lagny-ou-eudes-de-chatillon-pape/#i_35378

Pour citer l’article

Marcel PACAUT, « GRÉGORIENNE RÉFORME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/reforme-gregorienne/