TÜBINGEN UNIVERSITÉ DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La prospérité de l'université de Tübingen, fondée théoriquement par Sixte IV en 1476 et réellement par le comte Eberhard de Wurtemberg l'année suivante, fut assurée avant même sa confirmation par l'empereur Frédéric III (1484). Dotée dès le début de quarante maîtres et vouée par ses fondateurs au savoir, ce fut l'une des premières universités allemandes — peut-être parce que le poids des traditions ne pouvait s'y faire sentir — à enseigner les lettres classiques et à adopter la Réforme (1534). À l'instigation du duc Ulric, Melanchthon y enseigna de 1512 à 1518. L'imprimerie se développa très rapidement à l'ombre de l'université. Le Collège illustre fut institué au xvie siècle pour assurer la formation d'une élite, principalement issue de l'aristocratie : la maison de Wurtemberg entendait ainsi contrôler une pépinière d'hommes politiques et d'administrateurs. Par ce biais, l'université tenait sa partie dans la gestation de ce qui allait être au xviiie siècle le despotisme éclairé. Lors de la Révolution française, plusieurs étudiants, dont les plus en vue se nommaient Schelling, Hegel et Hölderlin, suscitèrent un profond scandale parmi leurs maîtres en manifestant ouvertement et bruyamment leurs sympathies jacobines. Le duc de Wurtemberg en personne crut devoir intervenir en admonestant Schelling, qui lui répondit fièrement : « Altesse, nous nous trompons tous, mais chacun se trompe autrement. » En 1817, une faculté de théologie catholique fut adjointe à la faculté protestante. Johann-Sebastian Drey y fondait deux ans plus tard l'école de Tübingen qu'illustra notamment Johann-Adam Mölher (1796-1838), dont, notamment, la Symbolik (1832) constituait une remarquable étude comparative d'ecclésiologie où se trouvent confrontées les doctrines catholique et protestante.

—  Jean FAVIER

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, directeur général des Archives de France

Classification


Autres références

«  TÜBINGEN UNIVERSITÉ DE  » est également traité dans :

HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT, 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 11 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une pensée en mouvement »  : […] La vue plus ou moins précise de la dialectique que Hegel avait acquise dans sa jeunesse s'est peu à peu assurée, grâce aux enseignements qu'il tirait de son expérience de la vie sociale, religieuse et politique. Il a éprouvé, semble-t-il, un grand étonnement devant une réalité d'abord globalement incompréhensible, et une vive indignation devant cet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-wilhelm-friedrich-hegel/#i_36149

IDÉALISME ALLEMAND

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT
  •  • 7 090 mots

Dans le chapitre « Créer un monde »  : […] L'esprit idéaliste souffle à un moment où le monde s'animait d'une aspiration générale à l'estime de soi, à l'indépendance personnelle, à la liberté, aspiration qui trouve une de ses expressions dans la Révolution française. Trop longtemps soumis au bon plaisir de l'absolutisme, les philosophes et ceux qui font profession de penser aspirent à une r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/idealisme-allemand/#i_36149

MÖHLER JOHANN ADAM (1796-1838)

  • Écrit par 
  • Roger AUBERT
  •  • 386 mots

Théologien allemand, représentant principal avec J. S. Drey de la première génération de l'école catholique de Tübingen. Après avoir complété ses études théologiques (qu'il avait faites, de 1815 à 1818, à Ellwangen, puis à Tübingen sous la direction de Drey) par un séjour à Berlin et dans d'autres facultés protestantes (1822-1823), Möhler enseigna […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-adam-mohler/#i_36149

Pour citer l’article

Jean FAVIER, « TÜBINGEN UNIVERSITÉ DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/universite-de-tubingen/