KHAYYĀM ‘UMAR (1021 env.-env. 1122)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un poète controversé

Malgré toute leur importance, ces travaux, loin de donner satisfaction à l'auteur dans ses recherches métaphysiques, ont provoqué chez lui de vifs sentiments de déception et d'amertume. Khayyām a exprimé ces sentiments dans de parfaits poèmes épigrammatiques appelés rubā‘iyyāt (singulier rubā‘i, qu'on pourrait traduire en français, faute de terme propre, par le mot « quatrain »).

Probablement d'origine persane, le rubā‘i se compose de quatre vers, construits sur un rythme unique ; le premier, le second et le quatrième riment ensemble, le troisième étant un vers blanc. Du fait de la brièveté du quatrain, le poète est tenu de présenter sa pensée, généralement d'ordre philosophique, moral ou spirituel, sans avoir recours à la moindre fioriture. Certes, avant Khayyām, d'autres poètes avaient composé des rubā‘iyyāt, mais ce n'est qu'avec l'œuvre du poète de Nīshāpūr que ce genre a atteint son plus haut sommet de perfection.

Cependant, quelque paradoxal que cela puisse paraître, les rubā‘iyyāt ne connurent la popularité que longtemps après la mort de Khayyām. Entre-temps, un certain nombre de poètes et d'hommes de lettres composèrent eux aussi des quatrains, mais le nom de Khayyām étant en quelque sorte lié à cette forme de poésie, une multitude de pièces faites au cours des siècles furent enregistrées sous son nom. À la fin du siècle dernier, le nombre des quatrains attribués à Khayyām atteignait plusieurs centaines ; les orientalistes commencèrent à émettre des doutes sur l'authenticité de ces poèmes et entreprirent de minutieuses recherches pour en vérifier les sources. On écarta ainsi plus d'une centaine de quatrains « errants » appartenant, selon quelques manuscrits, à d'autres poètes et que les compilateurs avaient indûment introduit parmi les rubā‘iyyāt de Khayyām. Le nombre considérable de ces pièces apocryphes, le petit nombre des quatrains possédant des titres sérieux d'authenticité incitèrent plusieurs spécialistes à douter de l'existence de Khayyām le poète. L'un d'entre eux proposa même, dit-on, d'éliminer ce nom de la littérature persane.

Cette critique approfondie des sources se révélant décevante, quelques chercheurs tentèrent de déterminer les pièces authentiques de Khayyām selon l'inspiration poétique de celui-ci. Prenant comme références de base quelques dizaines de

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur d'État ès lettres, professeur de littérature comparée aux universités de Téhéran, traducteur-expert auprès de la cour d'appel de Paris

Classification


Autres références

«  KHAYYAM 'UMAR (1021 env.-env. 1122)  » est également traité dans :

ḤĀFIẒ DE CHĪRĀZ (1320 env.-env. 1389)

  • Écrit par 
  • Mohammad Hassan REZVANIAN
  •  • 1 272 mots

Dans le chapitre « Chantre de l'amour profane, interprète des sentiments mystiques »  : […] Reconnaissons que si, dans une partie de l'œuvre de Ḥāfiẓ, le sens des mots est toujours clair et univoque, une autre partie du Dīvān est difficilement compréhensible pour un lecteur profane en raison de l'inspiration symbolique de l'auteur. L'interprétation de cette dernière catégorie de ghazals qu'on discuta surtout au début de ce siècle à propos de la traduction du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hafiz-de-chiraz/#i_15276

ISLAM (La civilisation islamique) - Les mathématiques et les autres sciences

  • Écrit par 
  • Georges C. ANAWATI, 
  • Roshdi RASHED
  • , Universalis
  •  • 22 470 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'algèbre »  : […] Paru à Bagdad entre 813 et 830, Kitāb al-jabr wa al-muqābala , d'al-Khwārizmī, est le premier livre où le terme d'algèbre apparaît dans un titre –  al-jabr et al-muqābala y désignent à la fois une discipline et deux opérations ; soit, par exemple, x 2  +  c  −  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-les-mathematiques-et-les-autres-sciences/#i_15276

LYRISME

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Jean-Michel MAULPOIX, 
  • Vincent MONTEIL, 
  • René SIEFFERT
  •  • 10 721 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Rumi, Omar Khayyâm, Hâfez »  : […] Pour Rumi, au xiii e  siècle, la poésie est la voix de la lyre, mais celle-ci est, en son temps, le rebec médiéval et surtout la flûte de roseau, le ney , dont Rumi écrit que le son « est du feu, non du vent ». Aussi, dans l'ordre qu'il a fondé, celui des «  derviches tourneurs », pour le samâ‘ (qu'Eva M […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyrisme/#i_15276

RUBĀ‘IYYĀT, Umar Khayyam - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marina GAILLARD
  •  • 962 mots

De son temps, c'est à son œuvre de savant que le persan ‘Umar Khayyām (1047 env.-1122 env.) doit son renom, et c'est comme tel qu'il fut d'abord connu en Europe. Ses contemporains eurent le plus grand respect pour le « successeur d'Avicenne », mais aucun ne mentionne ses Rubā‘iyyāt (ou « quatrains »), dont la tradition ne lui fut attribuée que postérieurement. En tant que ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ruba-iyyat/#i_15276

Voir aussi

Pour citer l’article

Mohammad Hassan REZVANIAN, « KHAYYĀM ‘UMAR (1021 env.-env. 1122) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/umar-khayyam/