KHAYYĀM ‘UMAR (1021 env.-env. 1122)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Apprécié de son vivant dans son pays natal pour ses qualités de savant astronome, Khayyām n'a connu sa véritable vogue poétique à travers le monde – plus particulièrement dans les pays anglo-saxons – qu'à partir de 1859, année où le poète anglais Edward Fitzgerald publia son ingénieuse adaptation en vers des rubā‘iyyāt. Dès lors, une multitude de traductions faites en plusieurs langues, d'après les manuscrits découverts au fil des années, ont suscité parmi les orientalistes une somme de controverses souvent passionnées sur l'authenticité et l'interprétation de ces poèmes, mais qui sont loin d'aboutir à des conclusions définitives.

Un esprit encyclopédique

Ghiyāth al-Dīn Abū l-Fat'h Ibn-i Ibrāhīm al-Khayyāmī, plus connu sous le nom patronymique de Khayyām, qui signifie « fabricant de tentes », est né à Nīshāpūr, ville située en Khurassān, province du nord-est de l'Iran. Comme c'est également le cas de quelques autres grands auteurs classiques persans, on ignore les événements et les détails de sa vie, notamment ceux de sa jeunesse. Même les dates précises de sa naissance et de sa mort ne sont pas indiquées clairement par les historiens. Ce n'est qu'en se référant aux données biographiques de ses illustres contemporains (en particulier celles de son maître Avicenne) qu'on a pu reconstituer approximativement la date de sa naissance (1021-1022 ?) et celle de sa mort à Nīshāpūr (1122). Eu égard aux mêmes critères, les critiques ont peine à croire à la légende – rapportée par l'historien Rashīd al-Dīn – selon laquelle Khayyām, suivant les mêmes cours que Ḥasan-i Ṣabbāh, le chef de la secte des ismaéliens, et Khādja Niẓām al-Mulk, vizir du sultan saldjūḳide Alp Arslan, aurait conclu un pacte d'amitié et d'entraide avec ses célèbres condisciples. Ce qui est certain, en revanche, c'est qu'il a cultivé toutes les sciences importantes de son époque : les mathématiques, la physique, l'astronomie, la philosophie et la médecine, sciences dans lesquelles il a atteint le plus haut degré d'érudition. Son autorité en astronomie fut telle qu' [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : docteur d'État ès lettres, professeur de littérature comparée aux universités de Téhéran, traducteur-expert auprès de la cour d'appel de Paris

Classification


Autres références

«  KHAYYAM 'UMAR (1021 env.-env. 1122)  » est également traité dans :

ḤĀFIẒ DE CHĪRĀZ (1320 env.-env. 1389)

  • Écrit par 
  • Mohammad Hassan REZVANIAN
  •  • 1 272 mots

Dans le chapitre « Chantre de l'amour profane, interprète des sentiments mystiques »  : […] Reconnaissons que si, dans une partie de l'œuvre de Ḥāfiẓ, le sens des mots est toujours clair et univoque, une autre partie du Dīvān est difficilement compréhensible pour un lecteur profane en raison de l'inspiration symbolique de l'auteur. L'interprétation de cette dernière catégorie de ghazals qu'on discuta surtout au début de ce siècle à propos de la traduction du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hafiz-de-chiraz/#i_15276

ISLAM (La civilisation islamique) - Les mathématiques et les autres sciences

  • Écrit par 
  • Georges C. ANAWATI, 
  • Roshdi RASHED
  • , Universalis
  •  • 22 470 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'algèbre »  : […] Paru à Bagdad entre 813 et 830, Kitāb al-jabr wa al-muqābala , d'al-Khwārizmī, est le premier livre où le terme d'algèbre apparaît dans un titre –  al-jabr et al-muqābala y désignent à la fois une discipline et deux opérations ; soit, par exemple, x 2  +  c  −  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-les-mathematiques-et-les-autres-sciences/#i_15276

LYRISME

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Jean-Michel MAULPOIX, 
  • Vincent MONTEIL, 
  • René SIEFFERT
  •  • 10 721 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Rumi, Omar Khayyâm, Hâfez »  : […] Pour Rumi, au xiii e  siècle, la poésie est la voix de la lyre, mais celle-ci est, en son temps, le rebec médiéval et surtout la flûte de roseau, le ney , dont Rumi écrit que le son « est du feu, non du vent ». Aussi, dans l'ordre qu'il a fondé, celui des «  derviches tourneurs », pour le samâ‘ (qu'Eva M […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyrisme/#i_15276

RUBĀ‘IYYĀT, Umar Khayyam - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marina GAILLARD
  •  • 962 mots

De son temps, c'est à son œuvre de savant que le persan ‘Umar Khayyām (1047 env.-1122 env.) doit son renom, et c'est comme tel qu'il fut d'abord connu en Europe. Ses contemporains eurent le plus grand respect pour le « successeur d'Avicenne », mais aucun ne mentionne ses Rubā‘iyyāt (ou « quatrains »), dont la tradition ne lui fut attribuée que postérieurement. En tant que ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ruba-iyyat/#i_15276

Voir aussi

Pour citer l’article

Mohammad Hassan REZVANIAN, « KHAYYĀM ‘UMAR (1021 env.-env. 1122) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/umar-khayyam/