TROUBLES SCHIZOPHRÉNIQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Hypothèses étiopathogéniques et physiopathologiques de la schizophrénie

D’un point de vue historique, les premières hypothèses concernant la schizophrénie ont été celles d’un trouble neurodégénératif – par analogie avec la description de la maladie d’Alzheimer – comme l’évoque la notion de dementia praecox (« démence précoce ») d’Emil Kraepelin – rappelons qu’au début du xxe siècle Kraepelin et Alzheimer travaillaient tous deux au sein de la Königliche Psychiatrische Klinik de Munich et menaient leurs travaux de concert.

Rapidement, l’hypothèse physiopathologique de l’existence de modifications fonctionnelles cérébrales s’est développée, devenant dominante à partir des années 1950 et de la découverte de l’effet thérapeutique des antipsychotiques (notamment la chlorpromazine puis l’halopéridol), puis de leur interaction avec les systèmes de neurotransmission monoaminergiques. À la suite des travaux d’Arvid Carlsson, qui lui valurent le prix Nobel de physiologie ou médecine en 2000, la principale explication physiopathologique de la schizophrénie repose, depuis les années 1960, sur la notion de dysfonctionnement (hyper- ou hypo-) dopaminergique au niveau de certaines zones du cerveau.

Le développement technologique de l’imagerie morphologique et fonctionnelle depuis le dernier quart du xxe siècle a permis de mettre en évidence des anomalies structurales cérébrales chez les patients souffrant de schizophrénie, mais aussi des anomalies fonctionnelles, lors de l’expression de certains symptômes des trois principales dimensions cliniques.

Sur le plan génétique, le développement d’études d'association pangénomique (genome-wide association studies ou GWAS) dans le cadre de larges collaborations internationales permet une analyse de nombreuses variations génétiques chez un grand nombre d’individus, pour étudier leurs corrélations avec des traits phénotypiques. Les résultats les plus convaincants en termes de méthodologie montrent l’implication de mult [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

  • : professeur de psychiatrie, chef de service, CHU Clermont-Ferrand, université Clermont Auvergne

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre-Michel LLORCA, « TROUBLES SCHIZOPHRÉNIQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/troubles-schizophreniques/