TROUBLES SCHIZOPHRÉNIQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La schizophrénie dans les classifications internationales

Dans le DSM-5, le diagnostic de schizophrénie peut être porté lors de la présence d’au moins deux des cinq manifestations suivantes :

– idées délirantes ;

– hallucinations ;

– discours désorganisé ;

– comportement grossièrement désorganisé (par exemple, s’habiller de manière inappropriée, pleurer fréquemment) ou catatonique ;

– symptômes négatifs comme l’émoussement affectif (le manque ou la diminution de la réponse émotionnelle, par exemple le fait de rire lors d’un enterrement), l’alogie (le manque ou la diminution du langage) ou l’avolition (le manque ou la diminution de la volonté).

Le DSM-5 précise par ailleurs qu’un des deux symptômes doit nécessairement être soit les idées délirantes, soit les hallucinations, soit le discours désorganisé. Cette évolution depuis 1994 et la publication du DSM-IV souligne une prise en compte plus grande des symptômes positifs et de désorganisation par rapport aux symptômes négatifs lors de l’établissement du diagnostic.

Les symptômes doivent être présents sur une durée d’au moins un mois et être associés à une altération du fonctionnement social, interpersonnel de l’individu pendant une période d’au moins six mois. Conjointement à ces manifestations cliniques, la schizophrénie peut être caractérisée en fonction de ses modalités évolutives – premier épisode ou épisodes multiples en phase aiguë, rémission partielle ou totale, ou encore évolution continue – et de la présence ou non de manifestations catatoniques.

Les sous-types présents dans les versions précédentes (catatonique, désorganisé, paranoïde, résiduel et indifférencié) ont été supprimés dans le DSM-5 du fait de leur variabilité au cours de l’évolution de la maladie.

Les critères de la Classification internationale des maladies (CIM) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans sa dixième édition (CIM-10) sont assez proches de ceux du DSM-5, avec une différence notable cependant, qui concerne la durée d’altération du fonctionnement social et interpersonnel de l’individu (un m [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

  • : professeur de psychiatrie, chef de service, CHU Clermont-Ferrand, université Clermont Auvergne

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre-Michel LLORCA, « TROUBLES SCHIZOPHRÉNIQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/troubles-schizophreniques/