TRISTAN ET YSEUT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un scénario complexe

Tristan est sans doute à l'origine un héros picte, Drystan ou Trystan. Mais les différents peuples celtiques ont contribué à mettre en forme une histoire d'abord fondée sur un scénario mythique très répandu : un héros est chargé par un roi qui le craint d'une mission impossible – tuer un monstre, par exemple. Sa récompense est le plus souvent la jeune fille qu'il a délivrée. Or, Tristan devient bien un héros en tuant le Morholt et en libérant ainsi la Cornouaille de l'horrible tribut qu'elle devait au géant (le pays devait lui abandonner un enfant sur trois), puis en obtenant comme prix de sa victoire sur le dragon la princesse d'Irlande que doit épouser Marc, roi de Cornouaille et oncle du héros. Mais tout bascule avec l'absorption du philtre, du « vin herbé » initialement destiné à Marc, qui fait d'un brillant guerrier la victime d'un amour interdit. Des sagas irlandaises comme celle des amours contraintes de Diarmaid et de Grainne ont dû contribuer à cette déviation du scénario mythique, causée par un pouvoir magique. Le château de Tintagel, dressé sur la côte nord-ouest de la Cornouaille face à cette Irlande ennemie d'où vient précisément Yseut, la nièce du Morholt, a joué un rôle important dans la localisation de la légende. La Bretagne continentale a été ensuite utilisée comme lieu de l'exil, nécessaire à la poursuite du récit ; y sont liés les motifs du mariage du héros avec Yseut aux Blanches Mains, de ses « retours » auprès d'Yseut la reine, et de la mort du couple. Surtout, le jeu de mot Tristan/triste que fait la mère de l'enfant en mourant de le mettre au monde a joué un rôle décisif, qui a déterminé le programme narratif d'un héros, puis d'un couple, d'emblée voué à la « tristesse » et confronté jusqu'à la mort à des épreuves de toutes sortes. Programme paradoxal et dérangeant au xiie siècle, alors que la fin'amor s'impose comme modèle utopique d'un amour qui incite à devenir meilleur – meilleur poète, meilleur chevalier – et dont la récompense est l'expérience de la « joie » (le joy des trouba [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TRISTAN ET YSEUT  » est également traité dans :

TRISTAN ET ISEULT (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 1 101 mots

Une des particularités de Tristan et Iseult, œuvre fondatrice de la littérature occidentale, est qu'il n'en existe pas un seul texte, mais plusieurs, tous composés au xiie siècle : les versions principales, dont certaines sont très fragmentaires, sont celles de Béroul et Thomas pour la France, […] Lire la suite

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 521 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'épanouissement de l'idéal courtois au XIIIe siècle »  : […] Les années 1170-1270 marquent un premier sommet de la littérature allemande. Cet épanouissement suivant de peu le développement historique (réussite politique des Hohenstaufen et fin des hésitations dynastiques pour un siècle) est dû à des influences venues de France. Les caractéristiques de ce temps sont le recul des œuvres religieuses, la vogue de l'épopée et de la poésie lyrique, l'importance d […] Lire la suite

BÉROUL (apr. 1175)

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 331 mots

Sous le nom de Béroul, donné par le vers 1268, nous est racontée la légende de Tristan dans la plus ancienne version de langue française, ou plus exactement de dialecte normand. Le récit, dont l'action est située en Cornouailles, commence au moment où le roi Marc surprend la conversation de Tristan et Yseut . Les principaux épisodes sont : l'adultère révélé par la fleur de farine répandue sur le s […] Lire la suite

CHRÉTIEN DE TROYES (1135 env.-env. 1183)

  • Écrit par 
  • Yasmina FOEHR-JANSSENS
  •  • 1 248 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un nouveau discours amoureux »  : […] L'élaboration d'un nouveau discours amoureux est au centre d'un dispositif romanesque qui rivalise avec l' Art d'aimer d'Ovide ainsi qu'avec la poésie des troubadours. Dans Érec et Énide et dans le Chevalier au lion , un héros gagne une épouse dans un premier mouvement de prouesse, puis la perd par oubli des armes ou négligence de l'amour, et la reconquiert après une douloureuse errance. Mais c […] Lire la suite

GOTTFRIED DE STRASBOURG (XIIe-XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Denis COUTAGNE
  •  • 765 mots

Poète courtois allemand, auteur, en 1210 environ, de Tristan et Isolde . Les éléments biographiques concernant Gottfried de Strasbourg demeurent très pauvres et se réduisent aux suppositions qu'on peut tirer de son long poème, d'ailleurs inachevé et complété ensuite par Ulrich von Turhem et par Heinrich von Freibert ; on ignore même les dates de sa naissance et de sa mort et l'on sait seulement qu […] Lire la suite

LA MORT D'ARTHUR, Thomas Malory - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • André CRÉPIN
  •  • 944 mots

Dans le chapitre « Arthur et Lancelot »  : […] Dans sa Préface, Caxton se reconnaît l'auteur du titre, ainsi que de la division en vingt et un livres et cinq cent sept brefs chapitres. On peut vérifier le travail d'éditeur de Caxton car on a retrouvé, en 1934, dans la bibliothèque du Collège de Winchester (Hampshire) un manuscrit soigneusement copié : Caxton l'a généralement suivi, sauf pour le livre V et de multiples détails de style. Le manu […] Lire la suite

MOYEN ÂGE - La littérature en prose

  • Écrit par 
  • Nicola MORATO
  •  • 6 837 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La fabrique du texte »  : […] Dans la culture textuelle du Moyen Âge latin, l’opposition entre poésie métrique et poésie rythmique va souvent de pair avec l’alternative entre écriture ou copie des vers verticalement et horizontalement, comme dans le manuscrit unique des Carmina Burana . L’écart entre poésie rythmique et prose apparaît moins net sur le plan visuel surtout en raison de l’ambiguïté sur le plan formel d’un certain […] Lire la suite

TRISTAN ET ISOLDE (R. Wagner)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 1 904 mots
  •  • 1 média

Tristan und Isolde ( Tristan et Isolde ), « action musicale » en trois actes de Richard Wagner , sur un livret du compositeur d'après plusieurs sources médiévales (au premier rang desquelles le poème inachevé de Gottfried de Strasbourg), a été composé entre 1857 et 1859 et créé le 10 juin 1865 au Königliches Hof- und Nationaltheater de Munich grâce à l'intervention de Louis II de Bavière, sous la […] Lire la suite

TRISTAN ET ISOLDE (R. Wagner), en bref

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 198 mots

Le 10 juin 1865, Tristan et Isolde , de Richard Wagner, est créé au Königliches Hof- und Nationaltheater de Munich. Lorsque s'épanouissent les premières mesures du prélude, les spectateurs n'ont peut-être pas conscience d'assister à une révolution dans l'histoire de la musique : un accord des instruments à vent, dissonant à l'oreille mais impossible à analyser – des générations de musicologues se […] Lire la suite

WAGNER RICHARD

  • Écrit par 
  • Pierre FLINOIS
  •  • 4 193 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Munich et la cour  »  : […] Le 4 mai, c’est le miracle de la rencontre entre le roi et le compositeur. Wagner sera désormais débarrassé de tout souci matériel et pourra composer à sa guise. Louis II lui commande d’achever le Ring , demande à l’architecte Gottfried Semper un projet de construction d’un Festtheater pour sa représentation, et ordonne la création de Tristan et Isolde au Königliches Hof- und Nationaltheater de […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Emmanuèle BAUMGARTNER, « TRISTAN ET YSEUT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tristan-et-yseut/