Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TRISTAN ET ISEULT (anonyme) Fiche de lecture

Une des particularités de Tristan et Iseult, œuvre fondatrice de la littérature occidentale, est qu'il n'en existe pas un seul texte, mais plusieurs, tous composés au xiie siècle : les versions principales, dont certaines sont très fragmentaires, sont celles de Béroul et Thomas pour la France, celles d'Eilhart von Oberg et Gottfried von Strassburg pour l'Allemagne. En 1900, le médiéviste Joseph Bédier fut le premier à proposer, à partir de ces quatre versions, un texte reconstitué. Si Tristan et Iseult constitue un texte mythique, ce n'est pas seulement parce qu'il exalte l'amour impossible, mais aussi parce que la multiplicité de ses sources en fait un creuset littéraire où se fondent différentes traditions culturelles. Ce « conte d'amour et de mort » a donné lieu à de nombreuses adaptations ou réécritures, dont la plus admirable est sans doute le drame musical en trois actes de Richard Wagner, Tristan et Isolde, représenté à Munich en 1865.

Une passion tragique

Tristan, son nom l'indique, naît dans la tristesse : sa mère meurt en le mettant au monde. Élevé par l'écuyer Gorneval, enlevé par des pirates, il est déposé après une tempête en Cornouailles, dont le roi Marc est son oncle, ce qu'il ignore. Tristan devient vite l'homme de confiance du roi. Ses origines sont alors révélées.

Cependant, le royaume est menacé par le géant irlandais Morholt. Tristan le tue. Mais, blessé, il est abandonné sur une barque. Iseult la Blonde, nièce du Morholt, le guérit. Marc fait de Tristan son héritier. Le roi veut se marier avec la jeune femme dont il a trouvé un cheveu blond. Tristan retourne en Irlande, tue le dragon qui terrorise le pays et ramène Iseult sur son vaisseau. Par malheur, ils boivent le « vin herbé » destiné à Marc et Iseult, et tombent amoureux l'un de l'autre.

Marc épouse Iseult, mais les amants trouvent le moyen de se rencontrer secrètement. Le roi l'apprend, et décide de les faire brûler tous deux. Mais Tristan s'enfuit, tandis qu'Iseult est abandonnée aux lépreux. Tristan la délivre, et ils se réfugient dans la forêt du Morois, dans une hutte « de verts rameaux ». C'est là qu'un forestier les découvre et en parle au roi. Marc les gracie en apprenant qu'entre leurs corps Tristan posait l'épée qui avait tué le Morholt. Tristan se réconcilie avec Marc, mais ce dernier le bannit. Iseult prouve sa fidélité en subissant l'épreuve du feu. Tristan erre « en Galles », essaie d'oublier celle qu'il aime en épousant une autre femme, Iseult aux Blanches Mains. Mais rien ne peut détruire sa passion. Déguisé en fou, Tristan revoit Iseult au palais du roi Marc. Reconnu, il en est chassé. Peu après, Tristan est blessé au cours d'une bataille. Iseult accourt à son chevet, mais il est trop tard. Elle se couche alors contre lui et meurt de douleur à son tour.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Voir aussi