BÉROUL (apr. 1175)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sous le nom de Béroul, donné par le vers 1268, nous est racontée la légende de Tristan dans la plus ancienne version de langue française, ou plus exactement de dialecte normand. Le récit, dont l'action est située en Cornouailles, commence au moment où le roi Marc surprend la conversation de Tristan et Yseut. Les principaux épisodes sont : l'adultère révélé par la fleur de farine répandue sur le sol, Yseut livrée aux lépreux, la vie sauvage des deux amants dans la forêt de Morois, la loge de feuillage où les découvre le roi, la confession à l'ermite Ogrin, le retour d'Yseut à la cour, sa justification par un serment ambigu. Le récit se termine alors que Tristan semble devoir se venger de ceux qui l'ont trahi. Mais on se demande s'il a été rédigé tout entier par Béroul. On sent, en effet, un changement de ton et de style après le vers 2764. Tout ce qui précède, en tout cas, est d'un talent qui situe l'auteur : ce n'est pas un clerc, mais un conteur resté proche de la tradition orale, ponctuant son récit d'exclamations nombreuses, mais ayant le sens de l'intensité dramatique et aussi l'humour d'un jongleur. Il est vrai que l'enchaînement des épisodes surprend le lecteur habitué aux romans courtois. Mais cette composition heurtée peut recouvrir le type de séquence habituel dans les contes mythiques. Ainsi, le séjour dans la forêt de Morois, loin de représenter la vie idéale telle que la rêve l'âme romantique, représente une faute, ou une erreur due à l'effet temporaire du philtre : les signes de désordre se multiplient alors. Et la seconde partie peut vouloir rectifier cette erreur, non pour ramener les amants à l'ordre d'avant la faute, mais pour leur permettre de faire triompher des obstacles cet amour de cœur sur lequel les écrivains courtois vont développer leur réflexion et leur imagination.

—  Daniel POIRION

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  BÉROUL (apr. 1175)  » est également traité dans :

TRISTAN ET ISEULT (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 1 101 mots

Une des particularités de Tristan et Iseult , œuvre fondatrice de la littérature occidentale, est qu'il n'en existe pas un seul texte, mais plusieurs, tous composés au xii e  siècle : les versions principales, dont certaines sont très fragmentaires, sont celles de Béroul et Thomas pour la France, celles d'Eilhart von Oberg et Gottfried von Strassburg pour l'Allemagne. En 1900, le médiéviste Josep […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tristan-et-iseult/#i_6044

TRISTAN ET YSEUT

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 2 011 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Variations sur le « vin herbé » »  : […] Cette passion fatale est différemment vécue par les héros de Béroul et de Thomas. Très marqué d'affectivité, faisant appel à la sympathie complice de son public, le fragment de Béroul multiplie les obstacles concrets inventés par une société féodale hostile (les trois barons perfides, jaloux de Tristan, et secondés par le nain Frocin) et par un roi Marc hésitant entre tendresse et fureur, et mani […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tristan-et-yseut/#i_6044

Pour citer l’article

Daniel POIRION, « BÉROUL (apr. 1175) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/beroul/