TRANSFERTS CULTURELS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Postcolonialisme et transferts culturels

La question du postcolonialisme n’est pas sans lien avec celle des transferts culturels. Il s’agit bien de s’intéresser à des formes culturelles résultant de rencontres entre les pays anciennement colonisés et l’héritage intellectuel des colonisateurs. Par exemple, l’incidence des cultures africaines sur l’esthétique ou les littératures française ou anglaise est tout aussi forte que les traces laissées par les colonies sur les cultures africaines. L’interaction est en fait infinie, dans la mesure où les cultures africaines ont été fixées par l’activité linguistique de missionnaires cherchant à diffuser la Bible mais qui n’auraient jamais pu réaliser cette médiation sans l’intervention d’informateurs locaux. Les transferts qui s’opèrent entre nations européennes et anciennes colonies ne sont pas, dans leur principe, différents des relations qui existent entre nations européennes ou entre pays européens et pays asiatiques, pour lesquels le terme postcolonialisme n’a pas cours. Les doctrines postcoloniales elles-mêmes sont au demeurant le résultat d’un transfert, puisqu’il s’agit de théories élaborées dans les campus américains par des enseignants indiens qui se réclamaient des travaux de la French Theory, comme ceux de Michel Foucault ou Jacques Derrida, ou du déconstructivisme de Paul de Man. Edward Said, l’une de leurs références, est aussi un Palestinien des États-Unis fasciné par l’œuvre du romaniste allemand Erich Auerbach.

L’histoire des importations et réinterprétations culturelles qui déterminent la construction d’une tradition esthétique ou simplement d’une politique nationale peut en effet reposer sur une stratification dont seule une part correspondrait à une situation coloniale. Si l’on prend l’exemple de l’histoire du Vietnam et si l’on fait même abstraction des rencontres et imbrications entre les nombreuses minorités ethniques qui, des Hmong aux Thaï, constituent l’ensemble vietnamien, on ne peut manquer d’observer d’une part l’indianisation par le biais de l’empire Cham et d’autre part la sinisation qui aboutit à transformer la cour de Huê en une imitation de la cour de Pékin. Ces deux strates anciennes ne relèvent pas du schéma colonial. Il en va autrement de la présence française dont on ne saurait toutefois oublier qu’elle a visé à la production de formes esthétiques mixtes. Depuis le style franco-vietnamien du musée d’Histoire de Hanoï, anciennement édifice de l’école française d’Extrême-Orient, jusqu’aux peintures ambiguës de l’école des Beaux-Arts de Hanoï, la présence coloniale française visait aussi à la création d’une culture hybride. On peut aussi rappeler que, de Vo Nguyên Giap à Hô Chi Minh, les leaders de la résistance à la France ont puisé dans ce pays et ont retourné contre lui les modèles de leur action.

Parmi les lieux d’observations de transferts culturels aux strates multiples, l’Asie centrale offre un exemple éclairant dans la très longue durée. Dans l’Antiquité, la vallée de l’Oxus sert de cadre à une rencontre de la civilisation grecque incarnée par Alexandre (356-323 av. J.-C.) et des peuples nomades. Plus tard, les Grecs y rencontrent les Perses, tandis que les Arabes islamisent la population iranienne des Sogdiens. Mais ils rencontrent les armées de Gengis Khan, le Mongol dont les descendants ont successivement adopté comme langue le turc puis le persan avant de partir à la conquête de l’Inde du Nord. La rencontre avec le colonisateur russe poussant vers le sud s’inscrit dans une dynamique dont le départ remonte au moins à la prise de Kazan par Pierre le Grand ; elle façonne le visage des villes comme Samarcande. Le long de la fameuse Route de la soie, c’est-à-dire d’un axe discontinu reliant l’Inde ou la Turquie à la Chine, on voit se multiplier les langues intermédiaires assurant, comme le tokharien, la traduction du canon bouddhique du sanscrit au chinois. De tels itinéraires complexes n’ont rien de postcoloniaux mais constituent, dans un espace géographique, des enchaînements de transferts culturels multiples.

Les transferts culturels concernent également les périodes anciennes de l’histoire et peuvent s’appliquer à l’ [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Leipzig, métropole du livre

Leipzig, métropole du livre
Crédits : H.-D. Falkenstein/ Age Fotostock

photographie

Les Souffrances du jeune Werther, Goethe

Les Souffrances du jeune Werther, Goethe
Crédits : AKG

photographie

Jacques Derrida

Jacques Derrida
Crédits : Louis Monier/ Gamma-Rapho/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Autres références

«  TRANSFERTS CULTURELS  » est également traité dans :

HISTOIRE (Domaines et champs) - Histoire des relations internationales

  • Écrit par 
  • Robert FRANK
  •  • 4 386 mots

Dans le chapitre «  L'école française »  : […] Depuis 1964, les historiens français des relations internationales ont, pour l'essentiel, vécu sur l'héritage de Renouvin et de Duroselle, tout en renouvelant certaines problématiques. Du côté des « forces profondes », ce sont les facteurs économiques qui, dans les années 1960 et 1970, ont le plus retenu l'attention des chercheurs. Il s'agissait de mesurer leur rôle dans la formation des hégémoni […] Lire la suite

LE GRAND ATELIER - CHEMINS DE L'ART EN EUROPE, Ve-XVIIIe SIÈCLE (dir.R. Recht) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éléonore FOURNIÉ
  •  • 1 055 mots

Publié à la suite de l'exposition Le Grand Atelier. Chemins de l'art en Europe, V e -XVIII e   siècle , organisée au palais des Beaux-Arts de Bruxelles par Europalia, du 5 octobre 2007 au 20 janvier 2008, cet ouvrage (Actes Sud, 2008) réunit, sous la direction de Roland Recht, les essais des plus grands historiens, comme Peter Burke, Roger Chartier, Krzysztof Pomian, Pascal Griener ou encore Cathe […] Lire la suite

LE RIDER JACQUES (1954- )

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 1 012 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un passeur  »  : […] Cette publication, éditée d’abord par les P.U.F. puis par C.N.R.S.-Éditions depuis 2005, est sans conteste une des revues savantes les plus exigeantes publiées en langue française. Elle témoigne de la grande qualité de la collaboration avec Michel Espagne, autre éminent germaniste et coresponsable de la revue : Le Rider et Espagne surent donner avec cet outil un éclat renouvelé à une discipline e […] Lire la suite

MITTELEUROPA

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 8 388 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Quelle identité culturelle pour la Mitteleuropa ? »  : […] Pour éviter d'adopter la seule perspective des Allemands et des Autrichiens, on peut placer l'idée de Mitteleuropa sous les regards croisés des cultures et des sociétés directement concernées. Pour comprendre les productions littéraires de langue allemande en Europe centrale, il ne suffit pas de les considérer comme des surgeons de la littérature nationale allemande et autrichienne, rattachés par […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel ESPAGNE, « TRANSFERTS CULTURELS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/transferts-culturels/