HÔ CHI MINH, NGUYÊN AI QUOC dit (1890-1969)

Médias de l’article

Hô Chi Minh, vers 1940

Hô Chi Minh, vers 1940
Crédits : Getty

photographie

Georges Bidault et Hô Chi Minh, 1946

Georges Bidault et Hô Chi Minh, 1946
Crédits : Hulton Getty

photographie

Délégués viêtminh

Délégués viêtminh
Crédits : Hulton Getty

photographie

Diên Biên Phu et accords de Genève, 1954

Diên Biên Phu et accords de Genève, 1954
Crédits : The Image Bank

vidéo

Tous les médias


Dans l'histoire des révolutions du xxe siècle, Hô Chi Minh, fondateur et président de la république démocratique du Vietnam, occupe une place exceptionnelle. Cela vient avant tout de ce qu'il a soutenu un combat plus long qu'aucun autre leader de ce temps contre l'hégémonie occidentale et l'impérialisme colonial. Alors que Mao Zedong n'était qu'un jeune bibliothécaire à peine effleuré par les idées révolutionnaires, que Josip Broz ne pensait guère à prendre le nom de Tito pour soulever son peuple, que Fidel Castro, Gamal Abdel Nasser et Ernesto « Che » Guevara étaient à peine nés, il tentait déjà, en 1919, de poser le problème de l'émancipation coloniale, à la conférence de la paix de Versailles.

Hô Chi Minh, vers 1940

Hô Chi Minh, vers 1940

photographie

Plus connu sous le nom d'Hô Chi Minh, Nguyên Ai Quoc (« le Patriote ») a fondé le Parti communiste vietnamien en 1930. Après avoir proclamé l'indépendance de son pays en 1945 et dirigé le Viêt-Minh, il est élu président de la République démocratique du Vietnam en 1954. Il restera en... 

Crédits : Getty

Afficher

Mais ce qui fait l'originalité de Hô Chi Minh, c'est plus encore sa situation à un carrefour historique, celui des révolutions européenne et asiatique, au point de jonction du mouvement ouvrier à partir de la concentration industrielle en Europe et du soulèvement, d'abord informe et progressivement rationalisé par le marxisme, des masses paysannes d'Asie. Il s'est éveillé au socialisme en France. Il a choisi le léninisme contre la tradition jauressienne, au congrès de Tours de 1920. Il a passé sept années de sa vie à Moscou et sa première grande intervention publique, au Ve congrès de la IIIe Internationale, en 1924, fut pour dénoncer, en tant que militant coresponsable, le dédain où le Parti communiste français tenait les questions coloniales, et pour y mettre l'accent sur l'urgence d'une stratégie révolutionnaire appropriée aux sociétés paysannes du monde sous-développé.

Cette dualité d'appartenance historique et de sources idéologiques lui valut, de 1945 à 1969, une place à part dans le camp socialiste, du fait de ses liens étroits avec les partis communistes soviétique et français d'une part, chinois de l'autre, mais aussi de son appartenance profonde au mouvement de libération nationale vietnamien, dont il est apparu, même aux yeux d'innombrables patriotes refusant le marx [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean LACOUTURE, « HÔ CHI MINH, NGUYÊN AI QUOC dit (1890-1969) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ho-chi-minh/