LE GRAND ATELIERCHEMINS DE L'ART EN EUROPE, Ve-XVIIIe SIÈCLE (dir.R. Recht)Fiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Publié à la suite de l'exposition Le Grand Atelier. Chemins de l'art en Europe, Ve-XVIIIe siècle, organisée au palais des Beaux-Arts de Bruxelles par Europalia, du 5 octobre 2007 au 20 janvier 2008, cet ouvrage (Actes Sud, 2008) réunit, sous la direction de Roland Recht, les essais des plus grands historiens, comme Peter Burke, Roger Chartier, Krzysztof Pomian, Pascal Griener ou encore Catheline Périer-d'Ieteren, qui commentent ici 350 œuvres, provenant de 150 musées des États membres de l'Union européenne. Les commissaires de l'exposition avaient souhaité mettre en évidence l'existence d'un sentiment européen, dans le cadre du 50e anniversaire de la signature du traité de Rome. Cette publication s'intéresse davantage à l'édition de textes de qualité présentant les treize siècles de création au cours desquels l'héritage européen s'est constitué peu à peu autour de valeurs communes comme la religion chrétienne et l'importance accordée au livre. Sans cesse modifié sous l'effet conjugué des influences extérieures et des évolutions de la société occidentale, cet héritage en est arrivé à construire une identité culturelle vivante. Les marqueurs chronologiques de cette vaste synthèse, qui s'étend du ve siècle au xviiie siècle, permettent de lever la fatidique barrière entre les ères historiques pour comprendre la chrétienté occidentale comme une globalité s'étendant de la chute de l'Empire romain à la Révolution française, de l'utilisation liturgique et personnelle des objets à leur sacralisation et à leur visibilité accrue au sein des musées.

Cinq essais introductifs « rendent comptent de la circulation de l'art et des hommes dans un espace géographique qui va de Dublin à Palerme, de Cordoue à Stockholm, de Rouen à Sofia ». Cet ensemble est suivi de quatorze dossiers qui présentent de grands thèmes transversaux et décrivent l'histoire de la circulation des hommes, des formes et des techniques. « L'Europe en mouvement » s'intéresse aux flux migratoires, qui ont lieu dès le ve siècle, à travers l'étude des fibules au décor cloisonné ainsi que des premiers codex chrétiens aux pages ornées de symboles christiques et de motifs floraux et géométriques. « L'Empire carolingien et son héritage » illustre l'idée de la renaissance carolingienne et de son goût pour l'antique, tel qu'on le voit au travers d'objets liturgiques nouveaux développant un riche répertoire iconographique chrétien. « L'Europe et la Méditerranée » montre que, loin d'être repliée sur elle-même, l'Europe fut toujours perméable aux influences arabes et orientales, notamment par l'intermédiaire des marchands vénitiens, des pèlerinages en Terre sainte, des enseignements. Avec « Les Ateliers d'orfèvres », un chapitre plus traditionnel de l'histoire de l'art est brillamment abordé à partir des trésors d'église, dont les châsses mosanes restent le plus bel exemple. En revanche, le thème suivant : « Un art pour l'exportation : les émaux, les albâtres et les retables », de Roland Recht et de Catheline Périer-d'Ieteren, va à l'encontre de l'idée reçue d'une unicité de l'œuvre. Il montre qu'il existait une production en série, établie à partir de prototypes et destinée à l'exportation. La présentation de « L'Image de la Vierge et l'idéal courtois » souligne comment, à travers la dévotion ardente faite à la mère du Seigneur, la beauté spirituelle est devenu charnelle. Bien avant la mise en place de l'imprimerie, « La Circulation du dessin dans l'espace européen » s'avéra le moyen de diffusion le plus économique, le plus rapide et le plus efficace de l'iconographie biblique, d'éléments d'anatomie ou de relevés d'architecture. « La Carrière européenne des sculpteurs de la fin du Moyen Âge » est évoquée à travers l'étude de trois cas représentatifs : un atelier européen au château de Buda (Hongrie) ; le sculpteur Nicolas de Leyde ; et le graveur, peintre et chef d'atelier, Veit Stoss. La Renaissance est abordée à travers le chapitre intitulé « La Conquête d'un nouvel espace pictural », qui présente la révolution orchestrée par les artistes italiens et flamands, laquelle favorisa le passage de l'espace en [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : diplômée de l'École du Louvre, doctorante en histoire médiévale à l'École des hautes études en sciences sociales, Paris

Pour citer l’article

Éléonore FOURNIÉ, « LE GRAND ATELIER - CHEMINS DE L'ART EN EUROPE, Ve-XVIIIe SIÈCLE (dir.R. Recht)Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/le-grand-atelier-chemins-de-l-art-en-europe-ve-xviiie-siecle/