TRAITE DES PERSONNES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« L'esclavage est l'état ou la condition d'un individu sur lequel s'exercent les attributs du droit de propriété ou certains d'entre eux. » Cette définition, formulée par la Société des Nations peu après sa création, fut finalement acceptée par la majorité des États membres et admise par l'Organisation des Nations unies qui, en 1948, adoptait l'article 4 de la Déclaration universelle des droits de l'homme : « Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude ; l'esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes. » De la « traite même des êtres humains » il était spécifié qu'elle désigne et « comprend tout acte de capture, d'acquisition ou de cession d'un individu en vue de le réduire en esclavage, tout acte d'acquisition d'un esclave en vue de le vendre ou de l'échanger ; tout acte de cession, par la vente ou l'échange, d'un esclave acquis en vue d'être vendu ou échangé, ainsi qu'en général tout acte de commerce ou de transport d'esclaves, quel que soit le moyen employé » (convention arrêtée par la S.D.N. en 1926, appliquée par l'O.N.U. en 1955). Le cadre juridique de l'état d'esclavage était fixé ; les éléments constitutifs de son exploitation nettement définis. L'un et l'autre étaient interdits. Mais le fait que les plus importantes organisations internationales se penchent encore sur ces problèmes et tentent de les mieux cerner pour essayer de les résoudre démontre que la situation de servitude de certaines personnes et les tractations que celle-ci entraîne subsistent et que ces pratiques, bien qu'elles aient revêtu des formes différentes, larvées ou clandestines, n'en constituent pas moins une triste survivance qu'il faut combattre avec l'assentiment de tous les pays, qu'ils soient ou non directement concernés.

Négoce et transfert d'êtres humains ont culminé au xviiie siècle. Ils se pratiquaient alors ouvertement, et on les connaît bien par divers écrits, comptes et mémoires. Nulle voix ne s'était sérieusement élevée pour les flétrir ou les combattre ; au contraire, on rencontre au fil des siècles des justifications d'ordre économique, religieux, culturel et même humanitaire. On ne peut parler de prise de conscience véritable qu'au xixe siècle, lorsque la Grande-Bretagne, après avoir bénéficié des transports et profité des navires négriers, devint le champion de l'abolitionnisme. Les pays européens puis les États bénéficiaires déclarèrent à leur tour la traite hors la loi.

Si la traite internationale a pratiquement disparu de nos jours dans ces formes transocéaniques, esclavage ou tout au moins servitude et trafics intérieurs subsistent en certains pays. Sous l'impulsion des institutions internationales, il faudra encore de longues années et bien des réformes de structures sociales et économiques, de même qu'un effort de réadaptation, pour que cessent ces pratiques aux racines si profondes (cf. abolitionnisme, esclavage, traite des noirs).

L'activité internationale contemporaine

La S.D.N. et la convention de 1926

Dans le climat très favorable d'après la Première Guerre mondiale, la S.D.N. créa la Commission temporaire de l'esclavage. Ses suggestions aboutirent à la convention internationale du 25 septembre 1926 qui complétait et développait l'acte de la Conférence de Bruxelles (1890) et donnait effet pratique, dans le monde entier et non plus seulement en Afrique, aux intentions exprimées. Les deux définitions données ci-dessus servent de préambule à la convention. Il est ensuite convenu entre les parties contractantes qu'elles s'engagent à prévenir et à réprimer la traite des esclaves, à poursuivre la suppression complète de l'esclavage sous toutes ses formes, d'une manière progressive et aussitôt que possible.

L'embarquement, le débarquement, le transport des esclaves doivent être proscrits dans les eaux territoriales de même que sur les navires nationaux. Pour la première fois, il est fait état du travail forcé obligatoire qui ne saurait amener à des conditions analogues à l'esclavage et auquel les parties doivent s'efforcer de mettre fin progressivement. Malgré ces précautions qui tiennent compte des conditions économiques de certains États, la convention constitue une charte précise et les résultats sont encourageants : l'esclavage est aboli par les textes e [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : directeur central honoraire de la police judiciaire au ministère de l'Intérieur.

Classification

Autres références

«  TRAITE DES PERSONNES  » est également traité dans :

CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ

  • Écrit par 
  • Mario BETTATI
  •  • 6 323 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La réduction en esclavage »  : […] La définition conventionnelle établie dans l'entre-deux-guerres est reprise à l'article 7 paragraphe 2. Par réduction en esclavage, « on entend le fait d'exercer sur une personne l'un ou l'ensemble des pouvoirs liés au droit de propriété, y compris dans le cadre de la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants à des fins d'exploitation sexuelle ». Les éléments constitutifs […] Lire la suite

PROSTITUTION EN EUROPE (HISTOIRE DE LA)

  • Écrit par 
  • Yannick RIPA
  •  • 3 064 mots

Dans le chapitre « Une question complexe en constante transformation »  : […] À partir de 1949 s’ouvre une autre époque avec la ratification à l’ONU de la Convention pour la répression de la traite des êtres humains et l’exploitation de la prostitution d’autrui. Celle-ci rompt avec les discours séculaires en reconnaissant que la prostitution, comme la traite, ne concerne pas que les femmes blanches, en incriminant les organisateurs de la prostitution et en considérant comme […] Lire la suite

PROSTITUTION DE 1789 À 1949

  • Écrit par 
  • Yannick RIPA
  •  • 2 195 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le mouvement abolitionniste  »  : […] Malgré son expansion, le réglementarisme est fortement critiqué. Les protestations des féministes britanniques se manifestent dès l’importation du système français, et se concrétisent par la fondation, en 1875, par une figure féministe, Josephine Butler, de la Fédération britannique continentale et générale pour l’abolition de la prostitution (devenue Fédération abolitionniste internationale, F. […] Lire la suite

PROSTITUTION DE 1949 À NOS JOURS

  • Écrit par 
  • Lilian MATHIEU
  •  • 2 006 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Prostitution, précarité et violence »  : […] La prostitution présente toutefois une caractéristique constante : elle recrute dans les couches les plus défavorisées ou vulnérables de nos sociétés. Certes, la figure de la « fille mère » démunie parce que rejetée par sa famille, ou celle de la jeune travailleuse au salaire insuffisant pour boucler ses fins de mois, ne sont plus aussi prégnantes que dans les années 1950 ou 1960. Mais une majorit […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

13-18 septembre 2022 Arménie – Azerbaïdjan. Affrontements meurtriers à la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan.

Erevan avait fait en vain appel à l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) dominée par la Russie, dont elle fait partie. Le 18, quelques centaines de personnes manifestent à Erevan en faveur de la sortie du pays de l’OTSC et d’un rapprochement avec l’OTAN. […] Lire la suite

7-22 juin 2022 Afrique du Sud. Publication du rapport d'enquête sur la « capture d'État ».

Le rapport Zondo recommande d’engager des poursuites contre près de cent quatre-vingts personnes et suggère des réformes du système judiciaire.  […] Lire la suite

1er-31 mars 2022 Ukraine – Russie. Poursuite de la pression militaire russe et des soutiens occidentaux à l'Ukraine.

Le 3 toujours, l’UE décide d’appliquer aux réfugiés ukrainiens la directive de juillet 2001 qui vise à « instaurer des normes minimales pour l’octroi d’une protection temporaire en cas d’afflux massif de personnes déplacées ». Le texte autorise un séjour d’au moins un an dans l’UE et accorde le permis d’y travailler et l’accès aux aides et services sociaux. […] Lire la suite

4-28 janvier 2022 Kazakhstan. Répression des troubles et purge de l'appareil d'État.

La veille, la police avait annoncé avoir arrêté près de huit mille personnes. Le 11, le président Tokaïev, qui s’adresse en visioconférence aux parlementaires, dénonce l’incapacité du KNB à prévenir les troubles. Par ailleurs, il évoque l’apparition dans le pays, « grâce à Elbasy » – le « père de la nation », titre que s’est attribué Noursoultan Nazarbaïev – de « sociétés extrêmement rentables et de […] personnes très fortunées » auxquelles il demande une « participation active » en vue de « payer [leur] dette au peuple kazakh ». […] Lire la suite

15 juillet - 29 août 2017 Pologne – Union européenne. Menace de la Commission européenne à l'encontre de Varsovie concernant la réforme du pouvoir judiciaire.

Le 16, des milliers de personnes manifestent à Varsovie et dans d’autres villes du pays contre ces lois, appelant le président Andrzej Duda (PiS) à y opposer son veto. La mobilisation se poursuit les jours suivants. Le 18, Andrzej Duda menace d’opposer son veto à la loi sur la Cour suprême, en cours de discussion, qui prévoit la révocation de ses membres et l’élection de leurs successeurs par le Parlement. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Max FERNET, « TRAITE DES PERSONNES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-des-personnes/