TRAITÉ DE LA PEINTURE, Léonard de VinciFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Raisonnements et expériences du peintre

Léonard se définit comme un chercheur qui « n'allègue pas les auteurs comme les doctes », mais « l'expérience, maîtresse de leurs maîtres » et ses observations sont présentées comme une philosophie naturelle, la seule vérifiable. La peinture, fille de l'esprit et chose mentale « est un art merveilleux, fondé sur des réflexions très subtiles ». Ses objets principaux sont la nature, appréhendée dans ses éléments, forces cosmiques en perpétuel mouvement voire en conflit, ainsi que l'homme, microcosme qui présente certaines analogies avec le macrocosme, et plus précisément la façon dont les mouvements de son corps peuvent exprimer les turbulences de son âme. Les notations sur la peinture de paysage s'enrichissent de ses curiosités botaniques, géologiques, météorologiques. L'harmonie des membres et des proportions du corps humain bénéficie de la pratique de la dissection et de la connaissance intime de sa constitution, de son fonctionnement, de ses variations selon les types physiques. La justesse de l'expression est la résultante de l'analyse minutieuse des tempéraments et physionomies, changeant selon les actions et passions à figurer – d'où les conseils pour représenter un homme en colère, un désespéré, un orateur, des combattants déchaînés, un vieillard noble, une femme modeste, un enfant remuant, etc. Car « le bon peintre a essentiellement deux choses à représenter : le personnage et son état d'esprit. La première est facile, la seconde difficile, car il faut y arriver au moyen des gestes et mouvements des membres ». Mais si « la peinture la plus digne d'éloges est celle qui a le plus de ressemblance avec ce qu'elle imite », la qualité de la peinture tient aussi à des mystères et à des raisonnements plus profonds.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Sèvres, maître de conférences en histoire de l'art des Temps modernes à l'université de Provence

Classification


Autres références

«  TRAITÉ DE LA PEINTURE, Léonard de Vinci  » est également traité dans :

LÉONARD DE VINCI (1452-1519)

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 12 068 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le « corpus vincianum » »  : […] L'œuvre de Léonard comprend une trentaine de peintures (plus d'un tiers a disparu et un quart seulement est d'attribution certaine) et une masse considérable de manuscrits et de dessins (soit dans des cahiers, soit sur feuilles séparées) ; c'est là un ensemble unique. Ces textes et leurs illustrations débordent les problèmes de l'art et concernent toutes les branches du savoir ; mais les questions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leonard-de-vinci/#i_33174

TACHISME

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 1 158 mots
  •  • 1 média

Bien que le terme de tachisme ne s'emploie pas encore couramment avec une valeur générale, il peut désigner l'ensemble des techniques artistiques qui utilisent des taches. En fait, ces techniques se divisent en deux catégories, correspondant aux deux acceptions principales du mot tache. Dans le premier cas, tache signifie à peu près touche : la couleur déposée par un coup de pinceau et formant une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tachisme/#i_33174

Voir aussi

Pour citer l’article

Martine VASSELIN, « TRAITÉ DE LA PEINTURE, Léonard de Vinci - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-de-la-peinture-leonard-de-vinci/