HAYNES TODD (1961- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cinéaste, scénariste et producteur américain, Todd Haynes est né le 2 janvier 1961 à Los Angeles. Très tôt, il s’intéresse au cinéma et réalise son premier court-métrage, The Suicide, en 1978. Il obtient une licence en arts et sémiotique en 1985 à la Brown University (Rhodes Island), et réalise Assassins: A Film Concerning Rimbaud, un court-métrage outré sur les relations amoureuses entre Rimbaud et Verlaine. La même année, il s’installe à New York et intègre les milieux du cinéma indépendant. Avec Barry Ellsworth et Christine Vachon, il fonde Apparatus Production, une société destinée à produire des œuvres à faible budget. Todd Haynes est remarqué avec son moyen-métrage Superstar: The Karen Carpenter Story (1987), un extravagant biopic qui évoque la vie d’une chanteuse morte d’anorexie mentale à l’âge de trente-deux ans. Au lieu d’acteurs, le cinéaste recourt à des poupées Barbie animées pour évoquer des épisodes de son existence.

Son premier long-métrage, Poison (1991), évoque de manière stylisée le malaise des homosexuels et des « gens différents » dans l’Amérique d’après-guerre. Le film se nourrit tout aussi bien de références puisées chez Jean Genet (notamment Notre-Dame-des-Fleurs, Miracle de la rose et Journal du voleur) que de clichés détournés du cinéma de genre. Composé de trois courts-métrages qui se court-circuitent et réunissant trois destins farouchement irréductibles à la société dans laquelle ils s’inscrivent, ce film mêle la reconstitution fassbindérienne du film gay (Homo), celle du film d’épouvante en noir et blanc (Horror) et le pseudo-documentaire pris sur le vif (Hero). Ce long-métrage constitue à la fois le traité poétique de Todd Haynes et une œuvre isolée, dans la mesure où l’auteur prendra par la suite plus de distance avec une approche aussi frontale de l’homosexualité. En 1992, la critique américaine B. Ruby Rich forgera, dans un article paru dans la revue Sight & Sound, l’expression « New Queer Cinema » pour qualifier les travaux de Todd Haynes, de Gus van Sant et d’autres cinéastes du tourna [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  HAYNES TODD (1961- )  » est également traité dans :

MOORE JULIANNE (1960- )

  • Écrit par 
  • Richard PALLARDY
  •  • 1 106 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le goût du risque »  : […] Un second rôle dans le thriller La Main sur le berceau (1992), de Curtis Hanson, attire l’attention sur elle. Son interprétation audacieuse d’un personnage d’artiste dans le film choral de Robert Altman Short Cuts (1993), inspiré des nouvelles de Raymond Carver, est particulièrement remarquée. Altman l’a engagée après l’avoir vue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/julianne-moore/#i_56836

Pour citer l’article

Raphaël BASSAN, « HAYNES TODD (1961- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/todd-haynes/