HAYNES TODD (1961- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Icônes et idoles

Todd Haynes sait depuis le début qu’il doit adopter un langage lisible dans ses mélodrames (Loin du paradis, Mildred Pierce et Carol), dans lesquels il travaille la matière lyrique et chromatique afin de mettre en évidence tous les enjeux sociaux (sexuels, racistes, de classe) qui les traversent. Son approche est beaucoup plus syncopée et poétique dans ses portraits d’icônes de la pop culture : des figures proches de David Bowie, Iggy Pop, Lou Reed dans Velvet Goldmine, et une évocation en forme de mosaïque de Bob Dylan dans I’m Not There.

Dans Velvet Goldmine, un ex-fan de Brian Slade devenu journaliste reconstitue la vie, les liaisons (hétéro et homosexuelles) et l’héritage artistique de ce musicien qui a fait croire à son suicide. Il ne s’agit évidemment pas d’un biopic, mais d’une ode trouble aux années 1970, qui commencent au lendemain de la libération sexuelle et se terminent avec un drastique retour à l’ordre.

Six interprètes sont mis à contribution dans I’m Not There, comme autant de facettes de l’insaisissable Bob Dylan. Le spectre des représentations est large puisqu’un jeune Afro-Américain, Marcus Carl Franklin, tient le rôle d’un Dylan adolescent fugueur qui trouvera en Woody Guthrie un père imaginaire. Ben Whishaw, qui se fait appeler Arthur Rimbaud et qui incarne un Dylan jeune, raconte sa vie (des bribes renvoyant aux divers épisodes du film) dans une salle d’interrogatoire. Les mises en abyme s’enchaînent sans limites : ainsi, Heath Ledger interprète un acteur fictif qui aurait tenu le rôle de Dylan dans un film. Enfin, le Dylan le plus crédible, tant physiquement que sur le plan biographique, est Jude Quinn, celui des années 1960, rôle tenu par Cate Blanchett. Cet époustouflant Citizen Kane de la pop culture représente la face dionysiaque de l’œuvre de Todd Haynes.

Après Loin du paradis et la mini-série télévisée Mildred Pierce, adaptée du roman de James M. Cain, Todd Haynes parachève sa trilogie mélodramatique avec Carol, une chronique romanesque de l’Am [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HAYNES TODD (1961- )  » est également traité dans :

DARK WATERS (T. Haynes)

  • Écrit par 
  • Michel CIEUTAT
  •  • 1 267 mots
  •  • 1 média

C'est en 1985 que Todd Haynes s'est imposé comme l'un des fondateurs du New QueerCinemaavec son moyen-métrage Assassins: A Film Concerning Rimbaud, consacré aux amours conflictuelles du poète et d […] Lire la suite

MOORE JULIANNE (1960- )

  • Écrit par 
  • Richard PALLARDY
  •  • 1 106 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le goût du risque »  : […] Un second rôle dans le thriller La Main sur le berceau (1992), de Curtis Hanson, attire l’attention sur elle. Son interprétation audacieuse d’un personnage d’artiste dans le film choral de Robert Altman Short Cuts (1993), inspiré des nouvelles de Raymond Carver, est particulièrement remarquée. Altman l’a engagée après l’avoir vue dans une mise en scène d’ Oncle Van i a d’Anton Tchekhov, réalisé […] Lire la suite

Pour citer l’article

Raphaël BASSAN, « HAYNES TODD (1961- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/todd-haynes/