BLANCHETT CATE (1969- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’actrice australienne Cate Blanchett est connue pour le large éventail de ses rôles et pour ses personnages à multiples facettes.

Catherine Elise Blanchett naît le 14 mai 1969, à Melbourne. Elle grandit dans une banlieue de cette métropole avec sa mère, Australienne, et son père, Américain. Ce dernier meurt lorsqu’elle a dix ans. La jeune Cate Blanchett étudie l’histoire de l’art à l’université de Melbourne, puis l’art dramatique au National Institute of Dramatic Art, dont elle sort diplômée en 1992. Elle débute sa carrière professionnelle sur la scène australienne et se produit avec la Sydney Theatre Company dans Top Girls de Caryl Churchill, puis dans Kafka Dances de Timothy Daly. En 1993, elle donne la réplique à Geoffrey Rush dans Oleanna, une pièce de David Mamet, où elle campe une étudiante qui accuse son professeur de harcèlement sexuel.

Cate Blanchett fait sa première apparition à la télévision en 1993, et décroche rapidement un premier rôle dans les mini-séries Heartland (1994) et Bordertown (1995). Elle passe au long-métrage avec Paradise Road (1997), drame historique qui se déroule dans un camp de prisonniers japonais pendant la Seconde Guerre mondiale. Cate Blanchett se forge une solide réputation grâce à ses deux rôles suivants au cinéma, dans la comédie romantique douce-amère Thank God He Met Lizzie (1997, rebaptisé par la suite The Wedding Party), et dans Oscar et Lucinda (1997), où elle incarne une héritière rebelle exclue de la société australienne. Le grand public la découvre grâce au film Elizabeth (Shekhar Kapur, 1998) : elle y saisit à merveille la nature complexe de la jeune reine Élisabeth Ire, adolescente amoureuse qui devient une autorité politique inflexible et réprime les émotions qui la rendent vulnérable ; cette interprétation lui vaut une nomination aux oscars et le Golden Globe de la meilleure actrice.

Cate Blanchett apparaît par la suite dans des films de genres très divers, dans des rôles tout aussi variés, ce qui conforte sa réputation d’actrice polyvalente. Elle endosse, par ailleurs, des rôles secondaires dans Les Aiguilleurs (1999), comédie sur des contrôleurs aériens, ainsi que dans le film à suspense Le Talentueux Mr Ripley (Anthony Minghella, 1999), adapté du roman de Patricia Highsmith. Elle revient en tête d’affiche dans Intuitions (Sam Raimi, 2000), où elle incarne une télépathe impliquée, par ses visions, dans l’enquête sur la disparition d’une jeune femme. En 2001, l’actrice interprète dans Bandits une femme kidnappée qui tombe amoureuse de ses ravisseurs. Elle joue ensuite la reine des elfes Galadriel dans la trilogie Le Seigneur des anneaux (Peter Jackson, 2001, 2002, 2003), adaptée du roman de fantasy de J. R. R. Tolkien. Dans le western Les Disparues (Ron Howard, 2003), Cate Blanchett retrouve un rôle d’une complexité à la hauteur de son talent : celui d’une jeune femme contrainte de se confronter au père avec lequel elle s’est brouillée (Tommy Lee Jones) afin de retrouver sa fille, enlevée par les Indiens. Son interprétation d’une journaliste irlandaise qui se met à dos la foule dans Veronica Guerin (2003) lui vaut une fois encore de retenir l’attention de la critique. En 2004, elle change de registre avec la comédie décalée de Wes Anderson, La Vie aquatique : journaliste enceinte, elle y forme un étrange triangle amoureux avec le capitaine du navire (Bill Murray) et un homme qui pourrait être son fils (Owen Wilson).

Renouant avec les personnages historiques, Cate Blanchett interprète le rôle de la star hollywoodienne Katharine Hepburn dans Aviator (2004), biopic de Martin Scorsese consacré au millionnaire Howard Hughes, et remporte son premier oscar. Elle apparaît ensuite dans les drames Babel (Alejandro González Iñárritu, 2006), The Good German (Steven Soderbergh, 2006) et Chronique d'un scandale (Richard Eyre, 2006). Dans un nouveau biopic moins conventionnel, I’m Not There (Todd Haynes, 2007), elle interprète un des multiples personnages inspirés par Bob Dylan à différentes étapes de sa vie. À travers son portrait de Jude Quinn, star qui passe du folk acoustique au rock électrique, elle parvient à saisir les qualités indéfinissables et déconcertantes attribuées à Dylan, une prestation qui lui vaut une nouvelle nomination aux oscars et un Golden Globe du meilleur second rôle féminin.

En 2007, Cate Blanchett retrouve Shekhar Kapur et reprend le personnage de la souveraine anglaise dans Elizabeth : l’âge d’or, drame hist [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Nora Sørena CASEY, « BLANCHETT CATE (1969- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cate-blanchett/