SODERBERGH STEVEN (1963- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans le cinéma américain, le parcours de Steven Soderbergh ne ressemble à nul autre. Depuis 1989 et Sexe, mensonges et vidéo, son premier film récompensé d'une palme d'or au festival de Cannes, il n'a pas cessé d'étonner et de prendre des risques... Un pied dans le système hollywoodien dont il a su plus d'une fois profiter pour donner libre cours à des projets faussement traditionnels ; un pied en dehors quand il décide de mener à bien, avec les moyens du bord, un film expérimental, le cinéaste multiplie les expériences paradoxales, au risque de dérouter le grand public ainsi que la frange la plus conformiste de la critique cinématographique, déstabilisée par ce parcours hors normes.

Ma vie avec Liberace, de Steven Soderbergh

Ma vie avec Liberace, de Steven Soderbergh

Photographie

Dans Ma vie avec Liberace, le jeu des apparences et les faux-semblants du kitsch viennent contredire la vérité du sentiment amoureux. Ici, Matt Damon et Michael Douglas. 

Crédits : HBO FILMS/ The Kobal Collection/ Picture Desk

Afficher

Né à Atlanta (Georgie) en 1963, nourri par une cinéphilie plus européenne qu'américaine (Resnais et Antonioni sont deux de ses maîtres), Steven Soderbergh dirige des courts-métrages dès son adolescence. Tourné sans grands moyens, Sexe, mensonges et vidéo, fiction à la fois ludique et cérébrale sur les tourments identitaires et sexuels de quelques Américains ordinaires, bénéficie de l'impact médiatique cannois et fait connaître son auteur dans le monde entier. Mais les films suivants, aussi subtils qu'ambitieux, déçoivent les cinéphiles et laissent indifférents le public. Pourtant, aussi bien Kafka (1991), exploration du monde intérieur d'un personnage sur fond de reconstitution fantasmée de Prague, que King of the Hill (1993), évocation délicate du destin de deux enfants, aux États-Unis, durant les années de la grande dépression, attestent la singularité de son talent. Au-delà des spécificités de chaque œuvre s'affirme la prédilection du cinéaste pour la radiographie des états psychologiques et les jeux fictionnels conduits autour du point de vue subjectif qui questionne et déforme la réalité objective du monde. Avec À Fleur de peau (1995), libre remake du film noir de Robert Siodmak Criss Cross, Soderbergh s'inscrit pour la première fois dans les codes du cinéma de genre, attitude créatrice qui lui vaudra quelques années plus tard ses plu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SODERBERGH STEVEN (1963- )  » est également traité dans :

MA VIE AVEC LIBERACE (S. Soderbergh)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 066 mots
  •  • 1 média

Wladziu (dit Valentino) Liberace fut une célébrité dont on mesure mal l’impact hors des États-Unis et du microcosme scintillant de Las Vegas. Des décennies durant, ce fils d’émigrants italien et polonais, pianiste virtuose, parfois chanteur, fut la star immuable de la capitale du jeu. Une renommée qui recouvre bien des non-dits : le public de Liber […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ma-vie-avec-liberace/#i_36801

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le Nouvel Hollywood »  : […] Il ne faudrait pas cependant se contenter d'une lecture purement économique. Le désir de fiction – le fait n'est pas nouveau – rencontre toujours sur son chemin la production américaine, et le blockbuster n'est pas nécessairement synonyme de « navet ». Des Aventuriers de l'Arche perdue (1981), de E.T. (1982) à La Liste de Schindler (1993), Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_36801

HOLLYWOOD

  • Écrit par 
  • Joël AUGROS, 
  • Francis BORDAT
  •  • 7 744 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une ère nouvelle de l’image »  : […] Le début du xxi e   siècle est caractérisé par plusieurs tendances lourdes : la baisse du marché vidéo, le renforcement de l’oligopole des majors, la numérisation de l’ensemble des médias et la montée en puissance des marchés étrangers, notamment chinois. À partir de 2007, le marché vidéo entame une phase de décroissance que ne compense pas le déve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hollywood/#i_36801

Pour citer l’article

Olivier de BRUYN, « SODERBERGH STEVEN (1963- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/steven-soderbergh/