BICHAT MARIE FRANÇOIS XAVIER (1771-1802)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après avoir étudié l'anatomie et la chirurgie sous la direction de M. A. Petit, chirurgien en chef à l'hôtel-Dieu de Lyon, Bichat n'obtint pas le titre de docteur en médecine ; il exerça cependant, de 1791 à 1793, les fonctions de chirurgien militaire. Redevenu civil, il se rendit à Paris en 1793 et devint l'élève puis l'assistant du chirurgien et anatomiste P. J. Desault. Après la mort de celui-ci en 1795, Bichat acheva le quatrième volume des Œuvres chirurgicales de Desault en y ajoutant une notice biographique sur son auteur. Il lui succéda également comme professeur.

Vers 1799, l'intérêt scientifique de Bichat se fixe sur l'anatomie, la physiologie et l'histologie. C'est d'ailleurs son étude systématique des tissus humains qui aidera à la création de l'histologie. Il ne considère pas les organes en particulier, mais les éléments qui entrent dans leur structure, les tissus, ces derniers pouvant participer à la constitution d'organes très divers. Il développe cette idée dans le Traité des membranes (1800). Bien que n'utilisant pas le microscope, il distingua vingt et une sortes de tissus vivants qui en différentes combinaisons forment les organes du corps.

Il fut nommé, le 26 janvier 1801, « médecin expectant du Grand Hospice de l'humanité » (Hôtel-Dieu). En plus des observations faites au chevet de ses patients, il étudia en tant que médecin à l'Hôtel-Dieu les modifications post mortem provoquées par la maladie dans divers organes. Ses Recherches physiologiques sur la vie et la mort (1800) furent suivies par une Anatomie générale (1801). Il publia les deux premiers volumes de son Anatomie descriptive (1801-1803). Le troisième volume fut terminé par ses élèves après sa mort.

—  Universalis

Classification

Autres références

«  BICHAT MARIE FRANÇOIS XAVIER (1771-1802)  » est également traité dans :

CONJONCTIF TISSU

  • Écrit par 
  • Albert POLICARD
  •  • 3 015 mots

Entre les divers organes d'un animal se trouvent des matériaux organiques, les substances conjonctives. Ce sont soit des lamelles, soit des fibres ou des substances homogènes plus ou moins visqueuses. Bichat (1772-1802) en décrivit le premier les caractères macroscopiques. Plus tard, avec les microscopes optiquement satisfaisants, on put voir que ces sortes de « tissus conjonctifs » étaient const […] Lire la suite

PHYSIOLOGIE ANIMALE (histoire de la notion)

  • Écrit par 
  • Georges CANGUILHEM
  •  • 4 775 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'âge des laboratoires de physiologie »  : […] Les relations entre la première physiologie systématiquement expérimentale et les sciences physiques et chimiques théoriquement, c'est-à-dire mathématiquement, plus avancées en certitude n'ont pas été les mêmes en France et en Allemagne. La première année du xix e siècle est celle de la publication des Recherches physiologiques sur la vie et la mort de Xavier Bichat (1771-1802) qui s'efforçait d […] Lire la suite

THÉORIE CELLULAIRE

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 3 637 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Premières observations et réflexions sur les constituants du vivant jusqu’en 1800 »  : […] On fait parfois remonter les prémices de la théorie cellulaire à la fin du xvii e  siècle. C’est en effet à cette époque que plusieurs observations importantes furent réalisées à l’aide du microscope. Ce dernier avait été inventé vers 1610 (à peu près en même temps que le télescope), mais ne fut véritablement exploité que quelques décennies plus tard. Ainsi, en 1665, le savant anglais Robert Hook […] Lire la suite

TISSUS ANIMAUX

  • Écrit par 
  • Roger MARTOJA, 
  • Jean RACADOT
  •  • 7 226 mots

Dans le chapitre « Établissement de la notion de tissu »  : […] Les tissus ne peuvent guère s'étudier actuellement qu'avec des moyens instrumentaux, et leur observation détaillée requiert en particulier l'usage du microscope. Cependant, la notion de tissu s'est établie indépendamment de l'examen microscopique : les anatomistes ont remarqué assez tôt que les organes sont constitués de parties solides d'aspect membraneux, dont certaines semblent avoir une textu […] Lire la suite

VIE

  • Écrit par 
  • Georges CANGUILHEM
  •  • 10 960 mots

Dans le chapitre « Les obstacles à la connaissance scientifique de la vie »  : […] C'est à l'œuvre de Gaston Bachelard que l'épistémologie française contemporaine doit l'intérêt qu'elle porte, en général, à l'origine et au fonctionnement des obstacles à la connaissance. En esquissant les principes d'une psychanalyse de la connaissance objective, Bachelard, s'il ne l'a pas proposé lui-même, a du moins suggéré l'idée qu'il n'y a pas pour la connaissance d'objets en soi complexes, […] Lire la suite

VITALISME

  • Écrit par 
  • Marie-Christine MAUREL
  •  • 3 757 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La naissance du vitalisme »  : […] Le vitalisme s'est donc affirmé contre le mécanisme cartésien qui était fondé sur le principe d'inertie (inertie de la matière). Or l'inertie (du latin iners , inertis  : inhabile à, sans capacité, sans énergie, inactif) est exactement le contraire du vivant. Au xviii e  siècle, Paul Joseph Barthez (1734-1806) attribue les phénomènes de la vie à un « principe vital », distinct des forces physico- […] Lire la suite

Pour citer l’article

« BICHAT MARIE FRANÇOIS XAVIER - (1771-1802) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-francois-xavier-bichat/