TIGE, botanique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Croissance

D'une manière générale la longueur des tiges augmente plus rapidement que leur diamètre.

La croissance en longueur

Elle se fait en deux temps : d'une part grâce à l'activité du point végétatif qui termine la tige, à l'intérieur du bourgeon, permettant ainsi par multiplication de cellules méristématiques primaires la mise en place de nœuds avec ébauches foliaires et d'entre-nœuds, d'autre part grâce à l'allongement des entre-nœuds du fait d'une élongation cellulaire déterminant une croissance qualifiée d'intercalaire.

La croissance en longueur est très variable d'une espèce à l'autre (pins : 30 cm/an, bambou : 60 cm/jour). Elle est le plus fréquemment indéfinie, les tiges conservant alors la possibilité de croître pendant toute leur vie, du moins pendant les périodes d'activité. Elle n'est pas égale sur toutes les génératrices de la tige. En effet, les zones de croissance maximum se déplacent régulièrement autour de la tige, si bien que l'extrémité supérieure de celle-ci décrit un mouvement de circumnutation dont le sens dépend de l'espèce. C'est lui qui permet aux plantes volubiles d'entrer en contact avec un support (cf. croissance [biologie], chap. 5).

L'orientation des tiges en croissance est sous la dépendance de la pesanteur. Ainsi, on oppose souvent le géotropisme négatif de la tige au géotropisme positif de la racine. En fait, le comportement de ces organes est beaucoup plus complexe, et s'il existe des tiges orthotropes, c'est-à-dire verticales, d'autres, plus ou moins indifférentes à la pesanteur (diagéotropisme), sont plagiotropes, c'est-à-dire obliques ou horizontales. Il faut remarquer que, au cours de la vie d'une plante, ces divers géotropismes ne sont pas forcément constants pour un même rameau. Par exemple, une jeune pousse de pin présente un orthogéotropisme négatif au moment de sa mise en place, puis elle s'infléchit pour s'aligner avec la branche oblique qui lui a donné naissance.

La croissance en épaisseur

Chez la plupart des Ptéridophytes actuels et des Angiospermes monocotylédones, la tige cons [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Grande ciguë (tige et feuilles)

Grande ciguë (tige et feuilles)
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

Ramification dichotomique isotone et anisotone

Ramification dichotomique isotone et anisotone
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Ramification monopodiale et sympodiale

Ramification monopodiale et sympodiale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Formations secondaires

Formations secondaires
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  TIGE, botanique  » est également traité dans :

ARBRE

  • Écrit par 
  • Gérard CUSSET
  •  • 4 247 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Son aspect »  : […] Souvent, même lorsqu'il est défeuillé, on peut reconnaître un arbre à son port. Ce caractère physionomique tient à plusieurs causes : taille et forme du tronc, angles que forment les branches entre elles, importance relative des rameaux... Notons qu'il ne se manifeste bien que lorsque l'arbre est relativement isolé. En forêt, par la suite de phénomènes de compétition, les troncs sont généralement […] Lire la suite

AUXINES

  • Écrit par 
  • Catherine PERROT-RECHENMANN
  •  • 5 002 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Tropismes, polarité et symétrie embryonnaire »  : […] Les plantes répondent à des signaux directionnels (lumière, gravité) par une croissance inégale d'un coté ou de l'autre de la tige ou des racines, provoquant une courbure et donc une réorientation. Ce n'est généralement pas l'ensemble de la plante qui se courbe, mais une zone particulière de la tige ou des racines dans laquelle les cellules s'allongent ou non. En réponse à un stimulus, un grad […] Lire la suite

BOIS

  • Écrit par 
  • Marie Elisabeth BORREDON, 
  • Édouard BOUREAU, 
  • Xavier DÉGLISE, 
  • Carlos VACA-GARCIA
  •  • 9 117 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Origine »  : […] Le bois secondaire compose généralement, dans les tiges ou racines des plantes vasculaires (un grand nombre de ptéridophytes et les monocotylédones mises à part), un cylindre régulier lignifié formé à la suite du fonctionnement d'une assise cellulaire, génératrice, périphérique, peu épaisse, à parois cellulosiques, appelés cambium . Son fonctionnement est peu connu. Ce tissu embryonnaire est le […] Lire la suite

CLADODE

  • Écrit par 
  • Delphine CARTIER
  •  • 164 mots
  •  • 1 média

On donne le nom de cladodes à des rameaux courts à croissance définie, formés d'un seul entrenœud, simulant parfaitement des feuilles et pouvant être confondus avec elles (cladodes aplatis du fragon épineux ou en aiguilles de l'asperge). Cependant, on reconnaît un cladode au fait qu'il est inséré, comme tout rameau ordinaire, à l'aisselle d'une feuille (celle-ci étant toujours très réduite) ; sa […] Lire la suite

CROISSANCE, biologie

  • Écrit par 
  • André MAYRAT, 
  • Raphaël RAPPAPORT, 
  • Paul ROLLIN
  • , Universalis
  •  • 14 748 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Substances régulatrices »  : […] Il ne s'agit pas de substances macrotrophiques mais de composés agissant à faibles doses et indispensables à la croissance. Ces substances ( vitamines, hormones) ne sont pas nécessairement synthétisées par tous les végétaux et, pour un même végétal, par tous les organes. Prise dans son ensemble, une plante supérieure est autotrophe aux vitamines B 1 , B 2 , B 6 , C et PP, qui entrent généralement […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement végétal

  • Écrit par 
  • Georges DUCREUX, 
  • Hervé LE GUYADER, 
  • Jean-Claude ROLAND
  •  • 19 209 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Différenciation cellulaire végétale »  : […] Chez les végétaux supérieurs ( Cormophytes), dans le jeune embryon issu de l'œuf, les cellules ont une organisation voisine et toutes se divisent. Progressivement, les cloisonnements se restreignent à certaines cellules, les cellules méristématiques. Ces cellules gardent des caractères embryonnaires et constituent des foyers de prolifération active et coordonnée ou méristèmes. Le fonctionnement […] Lire la suite

ÉCORCE, botanique

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 348 mots

Pour les botanistes, ce terme désigne, au sens propre, le tissu cortical, parenchymateux, siège des fonctions nutritives de la tige et de la racine. Lorsque ces organes sont jeunes, l'écorce, dite primaire, est en situation « corticale », mais toujours séparée de l'extérieur par une couche protectrice, de structure différente (épiderme de la tige, assise périphérique de la racine). Le revêtement […] Lire la suite

EMBRYOPHYTES ou CORMOPHYTES ou ARCHÉGONIATES

  • Écrit par 
  • Jean-Yves DUBUISSON, 
  • Sabine HENNEQUIN
  •  • 3 243 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Diversité morphologique des Embryophytes »  : […] Les Embryophytes sont morphologiquement très diversifiées, avec un appareil végétatif allant du thalle (dépourvu de tige et de feuille) le plus simple au cormus complet (comprenant tige, feuille et racine) et à architecture complexe, avec une taille ne dépassant pas quelques millimètres (quelques Hépatiques, certaines lentilles d’eau…) ou formant des arbres dépassant les cent mètres de hauteur (c […] Lire la suite

FEUILLE, botanique

  • Écrit par 
  • Robert GORENFLOT
  •  • 2 789 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Phylogenèse »  : […] L'appareil végétatif des premiers Ptéridophytes ( Rhynia ) étant uniquement de nature caulinaire (du grec caulos  : tige), les mégaphylles sont apparues par des modifications de la tige qui se sont produites au cours de l'évolution : acquisition de la dorsiventralité par aplatissement des axes, et foliarisation aboutissant à la symétrie bilatérale de la vascularisation, la réalisation du limbe se […] Lire la suite

GRAMINALES

  • Écrit par 
  • Henri PRAT
  •  • 2 238 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Caractères botaniques »  : […] La structure très particulière de l'épillet , qui est ici la véritable unité florale, ainsi que celles du chaume et de l'épiderme caractérisent la famille des Graminées. Les tiges aériennes, annuelles ou vivaces, sont des chaumes , formés d'entre-nœuds à croissance basale et à déboîtement télescopique  ; ceux-ci portent des feuilles alternes, distiques, composées d'une longue gaine fendue et d'un […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Delphine CARTIER, Didier LAVERGNE, « TIGE, botanique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tige-botanique/