VEBLEN THORSTEIN (1857-1929)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né aux États-Unis de parents norvégiens immigrés, Thorstein Bunde Veblen a enseigné, après avoir passé un doctorat de philosophie à Yale en 1884, dans plusieurs universités américaines (Chicago, Stanford, Missouri). Sa pensée a subi une triple influence : celle de l'utopie socialiste, celle de l'évolutionnisme (Spencer et Darwin), celle du marxisme enfin, que Veblen rejetait mais dont il devait utiliser de nombreuses notions (en particulier, la distinction entre l'infrastructure économique et la superstructure culturelle).

Il y a au moins trois Veblen : le critique social, qui démystifie avec irrévérence les valeurs de la société américaine ; l'économiste, qui analyse avec rigueur la haute finance et la grande entreprise ; le sociologue du changement social, qui étudie plus particulièrement les déterminants sociaux de la connaissance et les racines psychosociologiques des motivations dans la compétition sociale.

Dans son principal ouvrage The Theory of the Leisure Class (1899), qui est une analyse critique de la vie sociale aux États-Unis, Veblen étudie la classe oisive des hommes d'affaires, qui, socialement isolée, est incapable de s'adapter aux mutations et constitue un obstacle au changement ; et il souligne la fonction sociale de prestige que joue la consommation ostentatoire. Il devait poursuivre cette sociologie critique du capitalisme dans d'autres ouvrages tels que Theory of Business Enterprise (1904), The Instinct of Workmanship (1914) et The Engineer and the Price System (1921).

Veblen, qui ne fut peut-être pas un penseur de premier rang, eut indiscutablement un rôle stimulant pour la pensée, notamment par son élaboration de notions fondamentales telles que celle de relative deprivation et par son ébauche des théories modernes de l'action sociale.

—  Daniel DERIVRY

Écrit par :

Classification


Autres références

«  VEBLEN THORSTEIN (1857-1929)  » est également traité dans :

THÉORIE DE LA CLASSE DE LOISIR, Thorstein Veblen - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annie L. COT
  •  • 998 mots

« Avez-vous lu Veblen ? » demandait Raymond Aron en 1970 dans la Préface de Théorie de la classe de loisir (traduction française de The Theory of the Leisure Class), en parlant d'un « livre étrange et célèbre », d'une œuvre « monumentale », qui « vieillit sans prendre de rides ». La question vaut toujours d'être p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-de-la-classe-de-loisir/#i_15938

ÉCONOMIE SOCIOLOGIE DE L'

  • Écrit par 
  • Frédéric LEBARON
  •  • 4 580 mots

Dans le chapitre «  La « sociologie économique » »  : […] Ce que l'on appelle la « sociologie économique » peut être conçue comme une « hybridation » particulière de la sociologie et de l'économie, arbitrairement séparées à la fin du xix e  siècle par l'histoire de la division du travail académique. On peut aussi retenir, au moins provisoirement, une définition plus simple encore. La sociologie économiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-de-l-economie/#i_15938

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 716 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'institutionnalisme  »  : […] La théorie néoclassique n'a pas remplacé la théorie classique sans difficulté, notamment en dehors de l'Angleterre. En Allemagne, l'école historique souligne les dimensions institutionnelle, politique et sociale des phénomènes économiques. Plutôt que privilégier la notion d'équilibre, l'analyse s'attache à analyser les évolutions des comportements, dynamiques et structures économiques. Introduite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-les-grands-courants/#i_15938

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Théorie néo-classique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 2 836 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Mathématique et axiomatique »  : […] En termes de méthode, l'économie politique cherche à acquérir le statut de science. Pour atteindre cette scientificité, elle adopte le formalisme mathématique qui donne à la physique son ossature. C'est l'aboutissement d'un processus déjà engagé au début du xix e  siècle. En 1840, l'économiste allemand Johann Heinrich von Thünen (1783-1850) déri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-theorie-neo-classique/#i_15938

INSTITUTIONNALISME, économie

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques GISLAIN
  •  • 1 683 mots

Dans le chapitre « L'approche évolutionnaire de l'institution »  : […] En rupture avec la vision orthodoxe de l'économie, la notion d'institution est comprise comme une construction sociale des actions économiques individuelles. Dans cette optique, Thorstein B. Veblen (1857-1929) appelle institution une habitude mentale spécifique, une façon particulière de penser et d'agir dans le domaine économique, tandis que John R. Commons (1862-1945) la définit comme l'action […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/institutionnalisme-economie/#i_15938

LOISIRS

  • Écrit par 
  • Philippe COULANGEON
  •  • 4 819 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La démocratisation du temps libre »  : […] La diffusion du temps libre est soumise à un mouvement de démocratisation qui touche à la fois le volume de temps libéré des contraintes du travail et de la vie domestique et l'accès aux loisirs, soumis à une dialectique constante de la distinction et de la diffusion qui règle le jeu des transformations qui en affectent les usages. Thorstein Veblen a bien montré, en 1899, comment la fameuse «  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loisirs/#i_15938

MODE, sociologie

  • Écrit par 
  • Philippe BESNARD, 
  • Olivier BURGELIN
  •  • 5 673 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La mobilité du prestige »  : […] D'autre part, les groupes sociaux qui se manifestent comme les acteurs ou les pratiquants par excellence de la mode contemporaine ne sont pas suffisamment caractérisés lorsqu'on les qualifie de supérieurs et d'inférieurs. Le fait de lancer la mode est devenu une fonction sociale différenciée dont l'exercice, institutionnalisé ou non, revient non pas à la « classe supérieure », définie en termes so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mode-sociologie/#i_15938

Pour citer l’article

Daniel DERIVRY, « VEBLEN THORSTEIN - (1857-1929) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thorstein-veblen/