ELIOT THOMAS STEARNS (1888-1965)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le critique

Suivre ainsi l'œuvre poétique dans son déroulement chronologique, c'est en rendre compte de façon très arbitraire. En effet, Eliot n'a jamais cessé de porter sur ses propres poèmes le regard critique qu'il projetait sur toute œuvre littéraire soumise à son jugement. Il s'est défini lui-même comme un artisan de la poésie (a practitioner) et, comme un artisan cherche toujours à améliorer les techniques de son métier, le poète a, parallèlement et toute sa vie, mené les deux activités, créatrice et critique. Elles sont indissociables.

Il se range ainsi dans la lignée des grands critiques anglais qui ont aussi été des poètes (Ben Jonson, Dryden, Samuel Johnson, Coleridge, Matthew Arnold – et Paul Valéry en France), le critique aidant le poète à prendre mieux conscience de son art, le poète offrant au critique des sujets de méditation. Quelques essais célèbres écrits au début de sa carrière ont ainsi défini la fonction de la critique, la nature de l'œuvre littéraire, le sens et le rôle de la poésie dans les perspectives diverses d'une société civilisée et ont assigné au critique des devoirs essentiels.

D'abord, celui d'objectivité. Eliot répudie, non sans humour, la critique subjectiviste qui n'est que propagande et parodie. Il ne s'agit pas « d'ériger en lois ses impressions personnelles » (Remy de Gourmont) avant que l'effort d'explication, d'élucidation, de justification nécessaire ait fait état des éléments indispensables à l'énoncé d'un jugement de valeur, lequel ne peut être qu'une proposition mise sous les yeux du lecteur. C'est donc l'effort d'analyse dans l'humilité, l'effacement de soi qui est essentiel. Il faut, à chaque instant, se contraindre à vaincre ses goûts ou ses répulsions et, replaçant l'œuvre à expliciter dans la vaste perspective de la création littéraire, par une rigoureuse collaboration de l'intelligence et de la sensibilité, parvenir à structurer une attitude envers elle qui tiendrait compte [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages



Médias de l’article

T. S. Eliot

T. S. Eliot
Crédits : Hulton Getty

photographie

T. S. Eliot et W. B. Yeats

T. S. Eliot et W. B. Yeats
Crédits : Hulton Getty

photographie




Écrit par :

  • : doyen honoraire de la faculté des lettres et sciences humaines d'Aix-en-Provence

Classification


Autres références

«  ELIOT THOMAS STEARNS (1888-1965)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « La tentation du repli »  : […] Qu'en 1969, dans son étude The Truth of Poetry , le poète anglais Michael Hamburger choisisse Les Fleurs du mal plutôt que Les Feuilles d'herbe comme point de départ de l'aventure moderne en poésie est significatif. Le roman peut bien se confiner dans l'espace étroit d'une société, la poésie, parce qu'elle touche de plus près aux racines vives de la langue, est plus exposée. Aussi n'est-il pas e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/#i_6289

BARNES DJUNA (1892-1982)

  • Écrit par 
  • Catherine ROVERA
  •  • 1 168 mots

Dans le chapitre « Parodie et modernisme »  : […] Sur la scène littéraire, Djuna Barnes est pour le moins inclassable. Si elle ne se réclame d'aucune école, elle partage certaines affinités avec les auteurs du mouvement dit « décadent », notamment pour la perversité fin de siècle de certains de ses personnages, sans oublier la dimension symboliste de son écriture. Mais elle s'inscrit plus encore dans le courant « moderniste » de l'entre-deux-guer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/djuna-barnes/#i_6289

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 198 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Pound, Eliot, Williams : l'équidistance »  : […] Il est très hasardeux, dans un panorama bref de la poésie américaine de l'entre-deux-guerres, de proposer des regroupements ayant quelque chance de résister longtemps à l'analyse. Dans cette luxuriance de production poétique, il est convenu de distinguer le courant « indigène » du courant des « expatriés » et de ceux qui regardent vers l'Europe, et la coutume qui préside à ce schématisme abusif te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-litterature/#i_6289

FRAZER JAMES GEORGE (1854-1941)

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT
  •  • 3 467 mots

Dans le chapitre « La théorie de la magie »  : […] La notion de magie sympathique est, quant à elle, susceptible d'une application plus large puisque, aux yeux de Frazer, la pensée magique anime l'un des stades traversés par l'humanité, les deux autres étant caractérisés par la pensée religieuse et par la pensée scientifique. Il ne s'agit pas d'un évolutionnisme rigide. C'est ainsi que des traces de pensée magique existent encore dans notre mond […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-george-frazer/#i_6289

GEORGIENS POÈTES

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 2 382 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Naissance et définition »  : […] Le mouvement naquit à l'instigation d'un amateur, Edward Marsh (1872-1953) – plus tard sir Edward –, admirateur de Rupert Brooke (1887-1915), jeune poète qui s'était déjà acquis une réputation à l'université de Cambridge, et qui devait devenir célèbre, après sa mort dans l'île de Skyros, où il servait dans le corps expéditionnaire britannique du Proche-Orient. Marsh et Brooke conçurent l'idée d'u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poetes-georgiens/#i_6289

IMAGISTES

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 2 157 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] Le terme fut inventé en 1912 par Ezra Pound (1885-1972) , le poète américain, provisoirement transplanté en Angleterre. Mais la prise de conscience de la doctrine imagiste, et même de l'œuvre imagiste, est difficile à fixer dans le temps. Des poèmes prétendument imagistes avaient vu le jour dès 1908, tel ce poème minuscule d'Edward Storer, intitulé « Images », paru à cette date dans son recueil M […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imagistes/#i_6289

TRAGÉDIE

  • Écrit par 
  • Bernard DORT, 
  • Jacques MOREL, 
  • Jean-Pierre VERNANT
  •  • 5 382 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La nostalgie tragique »  : […] Dès la fin du xix e siècle, la tragédie grecque sort des livres et des universités ; elle occupe de nouveau non seulement les scènes mais encore des arènes ou des théâtres antiques. À la Comédie-Française, Mounet-Sully fait un Œdipe tonitruant et superbe, tandis que De Max s'exhibe non sans complaisance sur le rocher de Prométhée. Et chaque année, après 1903, la Maison de Molière s'essaye aux tr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tragedie/#i_6289

LA TERRE VAINE, T. S. Eliot - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc PORÉE
  •  • 939 mots
  •  • 1 média

Avec La Terre vaine (1922), épopée moderniste condensée en 433 vers, T. S. Eliot (1888-1965) suit James Joyce et s'en démarque à la fois. Il avait lu des extraits d' Ulysse avant sa publication en 1922, et voyait dans le parallèle que Joyce créait avec l'œuvre d'Homère le moyen de « donner une forme et un sens à l'immense panorama de la futilité et de l'anarchie qu'est l'histoire contemporaine  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-terre-vaine/#i_6289

Pour citer l’article

Henri FLUCHÈRE, « ELIOT THOMAS STEARNS - (1888-1965) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-stearns-eliot/