ELIOT THOMAS STEARNS (1888-1965)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

T. S. Eliot

T. S. Eliot
Crédits : Hulton Getty

photographie

T. S. Eliot et W. B. Yeats

T. S. Eliot et W. B. Yeats
Crédits : Hulton Getty

photographie


Thomas Stearns Eliot – ou, comme il se désigne lui-même à la familiarité déférente des critiques, T.S.E. – est une des grandes figures, sinon la plus grande, du monde littéraire anglais de la première moitié du xxe siècle. Rénovateur de la poésie, instigateur d'une nouvelle attitude critique, expérimentateur dans un domaine de la création dramatique d'où le génie anglais s'était absenté depuis trois siècles, réconciliant l'intelligence et la sensibilité, profondément classique de culture et de pensée, mais hardi de forme et d'expression jusqu'à confondre la modernité, il incarne en quelque sorte les nostalgies et les ambitions de l'homme civilisé européen imprégné de l'héritage judéo-gréco-latin dont il veut affirmer la survivance au cœur même du monde contemporain. Peut-être est-il un des derniers humanistes au sens classique du terme.

T. S. Eliot

T. S. Eliot

photographie

Le poète britannique d'origine américaine Thomas Stearns Eliot (1888-1965), Prix Nobel de littérature en 1948. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Redevenir anglais

Partis d'East Coker, dans le Somerset, en 1688, les ancêtres puritains de T. S. Eliot s'implantèrent en Nouvelle-Angleterre, puis à Saint Louis, dans le Missouri. Son grand-père y fonda une église unitairienne et une université ; culture et religion, de quoi infléchir une lignée. Le père, cependant, se fit industriel. Sa mère, Charlotte Stearns, originaire de Boston, s'adonna aux œuvres sociales, écrivit des ouvrages de sociologie et composa un poème dramatique sur Savonarole. Voilà pour les antécédents.

Le poète naquit à Saint Louis, le 26 septembre 1888. Il fut bon latiniste à l'école, brillant étudiant à Harvard où il entra en 1906. Gradué, il passa un an à la Sorbonne (1911), lut les poètes symbolistes, fréquenta les cours de Bergson. Après un séjour en Allemagne, on le retrouve à Harvard, philosophant sur le phénoménologue Bradley qui eut sur sa pensée une influence décisive. En 1913, nouveau séjour en Allemagne, d'où le chasse la déclaration de guerre. Il trouve refuge en Angleterre, d'abord à Merton College (Oxford) où il poursuit ses recherches en vue d'une thèse sur Bradley. Puis, sans doute faute de ressources, i [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : doyen honoraire de la faculté des lettres et sciences humaines d'Aix-en-Provence

Classification


Autres références

«  ELIOT THOMAS STEARNS (1888-1965)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 337 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « La tentation du repli »  : […] que les deux grands poètes anglais du siècle sont deux Américains, Ezra Pound et T. S. Eliot. Ezra Pound, venu de l'Idaho à travers Venise et la Provence, conquiert Londres de 1908 à 1920, lance l'imagisme en 1913, qu'il confisque à T. E. Hulme, affine le vers symboliste de Yeats, entraîne à sa suite vers la Méditerranée et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/#i_6289

BARNES DJUNA (1892-1982)

  • Écrit par 
  • Catherine ROVERA
  •  • 1 168 mots

Dans le chapitre « Parodie et modernisme »  : […] nuptial, un sabot levé dans l'économie et la crainte ». Lorsqu'il préfacera le roman, T. S. Eliot déclarera que « seules les sensibilités exercées à la poésie pourront l'apprécier tout à fait ». Mais chez Djuna Barnes, la tentation poétique va de pair avec un goût prononcé pour les aphorismes et les épigrammes, et une véritable fascination pour la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/djuna-barnes/#i_6289

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 206 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Pound, Eliot, Williams : l'équidistance »  : […] C'est sur le versant conservateur d'un semblable attachement à la tradition que T. S. Eliot propose ses réflexions sur la culture où la prime structuration de mythes en univers se transmue en religiosité. Les éclatantes pages de stérilité, de mort spirituelle et d'horreur de « La Terre Gaste » (The Waste Land) et les portraits […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-litterature/#i_6289

FRAZER JAMES GEORGE (1854-1941)

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT
  •  • 3 467 mots

Dans le chapitre « La théorie de la magie »  : […] y ont puisé l'idée que la nature humaine comporte un verso mystérieux et sombre. Thomas Stearns Eliot reconnaissait sa dette envers Frazer dans les notes pour The Waste Land (1921-1922) : « Je suis [...] redevable, d'une manière générale, à un autre ouvrage d'anthropologie qui a profondément influencé notre génération : j' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-george-frazer/#i_6289

GEORGIENS POÈTES

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 2 383 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Naissance et définition »  : […] Poetry (1911-1912). Quatre autres suivirent jusqu'en 1922, année de la publication de La Terre vaine (The Waste Land) de T. S. Eliot (1888-1965), poème qui sonna le glas de la poésie georgienne (encore que des poèmes de la même inspiration continuèrent de paraître) et l'avènement de la poésie nouvelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poetes-georgiens/#i_6289

IMAGISTES

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 2 157 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] poésie. Londres, en proie à l'opulence et à l'orgueil du mercantilisme triomphant, était aussi le centre vivant des préoccupations littéraires du monde anglo-saxon. Pound et Thomas Stearns Eliot en furent bientôt les figures dominantes, le second en marge du mouvement imagiste ; le premier, au contraire, un temps absorbé passionnément par ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imagistes/#i_6289

LA TERRE VAINE, T. S. Eliot - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc PORÉE
  •  • 940 mots
  •  • 1 média

Avec La Terre vaine (1922), épopée moderniste condensée en 433 vers, T. S. Eliot (1888-1965) suit James Joyce et s'en démarque à la fois. Il avait lu des extraits d'Ulysse avant sa publication en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-terre-vaine/#i_6289

TRAGÉDIE

  • Écrit par 
  • Bernard DORT, 
  • Jacques MOREL, 
  • Jean-Pierre VERNANT
  •  • 5 382 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La nostalgie tragique »  : […] psychologique – le destin jaillissant de la famille ». Dans La Réunion de famille (1939), T. S. Eliot utilise aussi L'Orestie : Harry, son Oreste, n'a qu'à entrouvrir les rideaux de la fenêtre pour apercevoir les Euménides. Cependant, Eliot en convient lui-même : « Elles [les Euménides] n'arrivent jamais à être des déesses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tragedie/#i_6289

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri FLUCHÈRE, « ELIOT THOMAS STEARNS - (1888-1965) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-stearns-eliot/