GIRTIN THOMAS (1775-1802)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Formé auprès de l'aquarelliste Edward Dayes, dont l'œuvre est bien représentatif de l'agréable tradition topographique du xviiie siècle, le peintre anglais Thomas Girtin va révolutionner cette dernière. Vers la même époque, en copiant et en coloriant des gravures d'après Rubens, le Canaletto, Richard Wilson, John Robert Cozens, il élabore une vision plus synthétique, une écriture plus souple et plus sinueuse. S'il débute par des paysages topographiques, d'ailleurs remarquablement suggestifs (La Cathédrale de Peterborough, exposée en 1795, Ashmolean Museum, Oxford), une transformation radicale apparaît brusquement, dès 1796, dans son art. Préparée par l'étude des paysages contemplatifs de John Robert Cozens, elle est précipitée par un voyage en Écosse et dans le nord de l'Angleterre, où la sensibilité lyrique de Girtin s'exalte à la découverte d'une immense nature sauvage. Ce sentiment, d'une ampleur et d'une générosité sans précédent dans la peinture anglaise, apparente Girtin au génie poétique de Wordsworth. Pour l'exprimer, il met au point une technique d'aquarelle très nouvelle. Il garde la couleur modérée du xviiie siècle, qu'il approfondit sans la hausser de ton, mais il abandonne l'écriture analytique et généralement sans accent des topographes, sur laquelle l'aquarelle n'intervenait que par rehauts. Avec lui, pour la première fois, elle se met à rivaliser avec la peinture à l'huile. Il la travaille au pinceau, par touches rapides, larges et fluides, traduisant les étendues de l'espace et de la lumière. Le répertoire s'accorde admirablement à la technique. Il est à la fois naturaliste et fantastique, pénétré de mystère, pathétique sans emphase, sans la dramatisation forcée qu'on rencontre souvent chez Joseph Vernet et chez Loutherbourg, par exemple, puis dans le paysage romantique. Girtin renouvelle en particulier le motif pittoresque des ruines. Il le pénètre d'un symbolisme profond et souple largement intelligible. Cet ar [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GIRTIN THOMAS (1775-1802)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 8 171 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'ère des « connaisseurs » (1714-1830) »  : […] L'accession de la dynastie des Hanovre en 1714 marque le début d'une ère de stabilité politique et de prospérité économique, où la Grande-Bretagne devient une grande puissance européenne. Les élites sociales, désormais, ne fondent plus leur autorité seulement sur la possession de la terre et sur le pouvoir politique, mais aussi, de plus en plus, sur la maîtrise du goût et de la vie artistique. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-peinture/#i_11053

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Aquarelle

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ
  •  • 3 838 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le génie du lieu »  : […] Avec Thomas Girtin (1775-1802) et Joseph Mallord William Turner (1773-1851), l'aquarelle anglaise atteignit des sommets de virtuosité jamais égalés. Les deux artistes avaient beaucoup de points communs : tous deux Londoniens, ils avaient appris le métier en travaillant chez des artistes « topographes » exigeant la précision du trait et la maîtrise de la perspective. Tous deux avaient été encourag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-aquarelle/#i_11053

Pour citer l’article

Pierre GEORGEL, « GIRTIN THOMAS - (1775-1802) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-girtin/