Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CORINTHE

Temple d'Apollon, Corinthe - crédits : G. Sioen/ De Agostini/ Getty Images

Temple d'Apollon, Corinthe

Une des plus anciennes et des plus puissantes cités grecques, située dans une étroite plaine pierreuse, entre l'isthme qui commande l'entrée du Péloponnèse, et la citadelle rocheuse de l'Acrocorinthe.

Decumanus, Corinthe - crédits : Index/  Bridgeman Images

Decumanus, Corinthe

Grèce : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Grèce : carte administrative

Plusieurs vagues de population, attirées par son sol riche en sources et en argile de potier, s'y succédèrent depuis le Néolithique (village de Korakou). On y fabriquait, dès l'an ~ 3000, des armes et des outils de bronze (Bronze I ou Helladique ancien). Le site fut abandonné au ~ IIe millénaire, et, réoccupé vers l'an ~ 1000, il fut selon la légende soumis à trois dynasties successives : les Héliades, les Sisyphides, enfin les Héraklides doriens, vassaux du roi d'Argos. La cité acquit son indépendance grâce à la puissance du clan des Bacchiades, qui renversèrent la royauté en ~ 747 et fondèrent les colonies de Corcyre, de Syracuse, de Potidée. Elle était encore alors une cité agricole et rurale, souffrant du manque de terres (sténochôria) et sensible aux crises sociales comme les autres cités grecques, ainsi qu'en témoigne l'avènement de la tyrannie des Kypsélides en ~ 657, ou plutôt seulement vers ~ 625, comme l'a montré Édouard Will (Korinthiaka, 1954).

Kypsélos, en poursuivant la colonisation, rétablit l'équilibre social de son État, et Corinthe allait devenir le centre commercial du monde grec, servie par les deux ports de Léchaion sur le golfe Saronique et de Kenchréai sur le golfe de Corinthe. On y célébrait les jeux de l'Isthme, que chanta Pindare. Périandre, fils de Kypsélos, fut compté parmi les Sept Sages de la Grèce. Il s'attacha à maintenir l'équilibre des forces entre les cités, en s'appuyant sur l'oracle d'Olympie qu'il comblait d'offrandes.

Vers ~ 550, une oligarchie modérée conquiert le pouvoir. Elle se tourne vers le commerce et la fabrication de céramique, de pourpre, de tapis, de bronzes d'art. Toutefois le diolkos, chemin de halage à travers l'isthme, est attesté seulement au ~ ve siècle. Membre effacé de la ligue Péloponnésienne (seule sa haine d'Argos la rapprochait de Sparte), la cité prend à peine part aux guerres médiques.

Dans la seconde moitié du ~ ve siècle, Corinthe décline passagèrement. Elle se heurte, en ~ 434, à sa colonie de Corcyre (Corfou) ; ce conflit prélude à la guerre du Péloponnèse, où Corinthe s'oppose à Athènes, qui voulait la chasser du golfe d'Argolide. Mais Corinthe n'avait pas intérêt à ce qu'Athènes fût écrasée, et, en ~ 395, elle prend la tête des Grecs coalisés contre Sparte (guerre de Corinthe). En ~ 335, la cité doit se soumettre à Philippe de Macédoine, qui y place une garnison, mais elle retrouve son indépendance et son lustre à l'époque hellénistique grâce à l'action vigoureuse d'Aratos de Sicyone. Elle devient, en ~ 196, le siège de la ligue Achéenne.

On attribue aux Corinthiens de nombreuses inventions en architecture (couverture de tuiles, décoration), en musique (dithyrambe), comme en art nautique (trirème). La ville comprenait une vaste agora bordée de boutiques, des fontaines monumentales (Pirène, Glaukè, Lerne), et surtout, près de l'oracle souterrain, le temple archaïque d'Apollon, avec péribole de trente-huit colonnes, et les sanctuaires d'Héra et d'Aphrodite armée, que servaient des courtisanes sacrées.

Mais, en ~ 146, le Romain Mummius ravagea brutalement la ville qui fut restaurée par César en ~ 44. L'apôtre Paul y prêcha en 51-52, et Néron y proclama la liberté des Grecs. Hadrien le philhellène l'enrichit à nouveau, mais elle fut pillée par les Hérules en 267. Au Moyen Âge, Corinthe n'était plus qu'une modeste bourgade.

— Jacques DUMONT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Temple d'Apollon, Corinthe - crédits : G. Sioen/ De Agostini/ Getty Images

Temple d'Apollon, Corinthe

Decumanus, Corinthe - crédits : Index/  Bridgeman Images

Decumanus, Corinthe

Grèce : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Grèce : carte administrative

Autres références

  • GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La Grèce antique jusqu'à Constantin

    • Écrit par Claude MOSSÉ, Nicolas SVORONOS
    • 11 765 mots
    • 6 médias
    De fait, peu après la conclusion de la paix avec Athènes, il convoqua à Corinthe un congrès de toutes les cités grecques. Un pacte d'alliance fut conclu, la ligue de Corinthe : elle réunissait autour de Philippe, devenu son « hégémon », la plupart des cités et des peuples de la Grèce, le but de cette...
  • IPHICRATE (env. 415-354 av. J.-C.)

    • Écrit par Anne-Marie LARRIBEAU
    • 534 mots

    Stratège athénien. Issu d'un milieu humble — son père était cordonnier —, selon Plutarque, Iphicrate dispose cependant d'un avantage : les relations entre sa famille et celle de Conon. Il participe à la bataille de Cnide en ~ 394. La guerre de Corinthe, où de ~ 393 à ~ 390 il...

  • ORDRES, architecture

    • Écrit par Bernard HOLTZMANN, Claude MIGNOT, Éliane VERGNOLLE
    • 13 359 mots
    • 23 médias
    ...: de même que l'île de Naxos semble avoir joué un rôle prépondérant dans la création de la grande plastique en marbre, c'est à Argos et à Corinthe que s'est élaboré l'ordre dorique, dont les traits principaux se trouvent déjà vers 630 dans le temple C de Thermos, en Acarnanie, une région...
  • PROSTITUTION DANS L'ANTIQUITÉ

    • Écrit par Violaine SEBILLOTTE CUCHET
    • 2 328 mots
    • 1 média
    ...pas connu ce que l’on appelle la « prostitution sacrée », c’est-à-dire la sexualité vénale organisée par les sanctuaires et pour leur bénéfice. Si la cité de Corinthe compte un grand nombre d’hommes et femmes prostitués (mille selon l’historien grec Strabon), ce n’est pas dû à son sanctuaire d’Aphrodite...

Voir aussi