THÉÂTRES DU MONDELe théâtre dans le monde arabe

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Naissance du théâtre

La naissance d'un théâtre de type occidental eut lieu au xixe siècle, lorsque la culture arabe fut « agressée » (J. Berque) par la culture occidentale. Des Libanais et des Syriens chrétiens et bilingues, et par conséquent moins attachés aux valeurs anciennes, intègrent, dans les années 1840, le roman et le théâtre à la littérature arabe. Toutefois, ils craignent de trop innover, de peur de soulever la colère de la majorité musulmane qui pourrait voir dans leur entreprise de rénovation culturelle une atteinte à la personnalité nationale. Romanciers et auteurs dramatiques s'efforcent donc de renouer avec les genres traditionnels en reprenant les procédés et les thèmes de la maqāma (prose rimée, aventures pittoresques du truand beau parleur) et en puisant dans le monde fabuleux et irréel des Mille et Une Nuits et des gestes populaires. Cette audace calculée ne favorise pas toujours l'implantation de ces nouveaux genres dont elle ne donne finalement qu'une idée fausse ou incomplète. Cette tendance apparaît clairement dans l'œuvre de Marūn an-Naqqāsh. En 1847, ce maronite libanais écrit la première pièce arabe, Al-Bakhīl, en s'inspirant de L'Avare de Molière. En 1850, il adapte l'un des contes des Mille et Une Nuits, « Le Dormeur éveillé » (Abul Hasan al-Mughaffal). Dans ces deux comédies, il utilise la prose rimée et émaille le dialogue de poèmes et de couplets chantés, à l'instar de Karagöz.

En Égypte, l'avènement d'Ismā‘īl pacha (1863-1879) favorise la naissance d'un théâtre national. Désireux de faire du Caire le Paris de l'Orient, ce vice-roi ouvre les portes de son pays aux troupes italiennes et françaises, fait construire le théâtre de l'Opéra en 1869 et encourage les comédiens arabes. Désormais, le théâtre arabe se développera en Égypte.

Un juif égyptien, James Sanua (ou Yāqūb Sannū‘), écrit de 1870 à 1872 une dizaine de pièces qu'il joue sous le patronage du khédive. Mais, dès que Sanua s'avise de dénoncer certains abus sociaux, Ismā‘īl pacha lui interdit toute activité théâtrale. Bien que l'œuvre de Sanua s'inspire en grande partie de celle de Molière, elle révèle une originalité certaine. En effet, l'auteur y met à profit ses extraordinaires dons d'observateur et la vivacité de son esprit qui lui permettent de tracer une longue série de portraits (la nouvelle bourgeoisie et l'aristocratie vivant « à la franque », les spéculateurs en bourse, le médecin de formation occidentale aux prises avec les guérisseurs, le fumeur de haschisch).

Une autre tentative, aussi intéressante, est celle d'Osman Ǧalāl (1828-1896) qui réussit à intégrer Molière au cadre égyptien : il adapta cinq de ses comédies, dont Le Tartuffe (Shaykh Matlūf) qui poursuit encore une brillante carrière. Ǧalāl adopte le dialecte, arabise les noms des personnages et transpose les sujets dans la société musulmane de la fin du xixe siècle. Malheureusement, cette œuvre passa inaperçue et ne fut découverte qu'en 1912. Le succès favorisa en revanche le neveu de Marūn an-Naqqāsh qui, de 1875 à 1878, joua en Égypte des tragédies de Corneille, de Racine et de Casimir Delavigne. Il revient à Salīm an-Naqqāsh le mérite d'avoir été le premier à révéler la tragédie aux Arabes. Néanmoins, il réduisit ces tragédies à des drames en en compliquant l'intrigue et en multipliant les effets scéniques. Depuis, on confond souvent drame et tragédie, traduit souvent par le même terme (fāǧi‘a, māsāt).

L'occupation de l'Égypte en 1882 par l'Angleterre éveilla le sentiment national et favorisa la naissance d'un théâtre didactique et historique qui faisait vivre le glorieux passé arabe ou analysait les raisons du déclin du monde musulman (pièces de ‘Abd Allāh an-Nadīm, de Mustafa Kāmil...). Malheureusement, il arrivait fréquemment que, chez les auteurs dramatiques, l'artiste cédât le pas au tribun.

À l'encontre de ce théâtre militant, celui du Syrien Abu Khalil al-Qabbānī évite tout ce qui peut mécontenter les pouvoirs publics et s'efforce de plaire à un public semi-inculte et assoiffé de sensations violentes. Ce cheikh avait formé en Syrie une troupe qui, ayant joué une pièce tirée des Mille et Une Nuits, souleva un tollé général. Le sultan Abdulhamīd II ordonna la fermeture du théâtre d'al-Qabbānī. Celui-ci se réfugia alors en Égypte où il connut, de 1884 à 1900, un succès considérable. Al-Qabbānī adapta [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres (Sorbonne), agrégé de l'Université, interprète à l'O.N.U., Genève

Classification

Autres références

«  THÉÂTRES DU MONDE  » est également traité dans :

THÉÂTRES DU MONDE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Robert PIGNARRE
  •  • 786 mots

Les développements de l'art théâtral se distribuent, à travers le temps et l'espace, selon deux versants : celui de l'univers occidental, longtemps réduit à la presqu'île Europe, et celui qui comprend non seulement l'Asie, mais l'Afrique, avant et après la pénétration de l'islam, l'Océanie et l'Amérique précolombienne. De l'aube des Temps modernes à la fin du […] Lire la suite

THÉÂTRES DU MONDE - La tradition chinoise

  • Écrit par 
  • Jacques PIMPANEAU
  •  • 3 495 mots
  •  • 2 médias

Les Occidentaux ignorent tout des conventions de l'opéra chinois et, quand ils ont l'occasion de voir une pièce, ils sont réservés ou réfractaires à ce qui en fait la qualité, mais applaudissent à tout rompre les aspects spectaculaires qu'un amateur chinois mépriserait. Le barbare venu de l'Occident n'a pas tort pour autant : ce qui l'intéresse, ce n'est pas d'augmenter son savoir sur l'opéra chin […] Lire la suite

THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre japonais

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT, 
  • Michel WASSERMAN
  •  • 6 946 mots
  •  • 4 médias

Une rare perfection formelle, résultat d'une recherche constante dans des voies diverses et toujours originales, un répertoire d'une haute tenue littéraire dû à des dramaturges de génie, à qui seule la faible diffusion hors de leur pays de la langue dont ils usèrent interdit d'occuper la place qui leur revient aux côtés des plus grands dans le panthéon des gloires universelles, voilà qui suffirait […] Lire la suite

THÉÂTRES DU MONDE - La tradition indienne

  • Écrit par 
  • Marie-Simone RENOU
  •  • 3 326 mots

Le théâtre indien traditionnel est tout à la fois art littéraire, musique, danse et architecture. Ses origines plongent dans un passé insondable. On a cru un moment pouvoir y déceler une influence grecque. Mais les analogies entre le théâtre grec et le théâtre indien sont plus rares que leurs divergences ne sont profondes et paraissent s'expliquer par le jeu d […] Lire la suite

THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre indonésien

  • Écrit par 
  • Denys LOMBARD
  •  • 1 690 mots
  •  • 1 média

En Indonésie, la tradition théâtrale est surtout représentée par les théâtres de Java et de Bali. Bien qu'il en existe ailleurs certaines formes (à Sumatra notamment), c'est essentiellement dans ces deux îles, qui ont particulièrement subi l'in […] Lire la suite

THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre turc

  • Écrit par 
  • Gayé PETEK-SALOM
  •  • 1 380 mots

Les traditions théâtrales turques sont antérieures à la pénétration des Turcs en Asie Mineure ; elles furent perpétuées, depuis l'époque seldjoukide, jusqu'au xxe siècle. Le théâtre traditionnel ne relevait pas d'une poésie dramatique véritable, mais de diverses formes de spectacles hétérogènes. Son essence était […] Lire la suite

THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre en Afrique noire

  • Écrit par 
  • Pierre ICHAC
  •  • 4 150 mots

Existe-t-il des formes traditionnelles proprement africaines du théâtre ? Sans doute serait-il nécessaire, au préalable, de se demander ce que recouvre la notion même de théâtre. Suivant le sens de la réponse, on pourrait alors soit conclure à la réalité d'un théâtre traditionnel en Afrique noire et en étudier les manifestations les plus caractéristiques, soit convenir, non sans regret, que l'ense […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 605 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Littératures d'Afrique anglophone »  : […] Le prix Nobel décerné en 1986 à l'écrivain nigérian Wole Soyinka a certainement contribué à la reconnaissance internationale de l'excellence des littératures africaines, et en particulier de la vitalité de celles d'Afrique anglophone, longtemps éclipsées par le bruit fait autour de la négritude. En effet, l'Afrique anglophone, peut-être plus pragmatique, s'était d'abord manifestée par la plume d'h […] Lire la suite

BIRMANIE (MYANMAR)

  • Écrit par 
  • Denise BERNOT, 
  • Pierre-Arnaud CHOUVY, 
  • Renaud EGRETEAU, 
  • Bernard Philippe GROSLIER, 
  • Jean PERRIN
  •  • 29 127 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « À la fin de la monarchie birmane »  : […] À partir de 1752, un pouvoir central fort réapparaît, en même temps que la langue birmane prend vraiment figure de langue nationale et officielle, contrairement à ce qui venait de se passer sous les derniers rois de la dynastie de Taung-ngu : dans la Birmanie morcelée, le mōn était, autant que le birman, langue de culture. La cité royale se déplaça beaucoup pendant cette période : d'abord au nord, […] Lire la suite

CARAÏBES - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Claude FELL, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Oruno D. LARA
  •  • 15 818 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un demi-siècle de violences et d'exils »  : […] Dans la seconde moitié du xx e  siècle, la littérature haïtienne est nécessairement marquée par les périodes de dictature et de violence que traverse le pays. Une répression brutale s'abat à plusieurs reprises sur ceux qui veulent vivre et écrire en hommes libres. Le romancier Jacques-Stephen Alexis meurt sous la torture en 1961. Beaucoup d'Haïtiens – et parmi eux beaucoup d'écrivains – sont accu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Sayed Attia ABUL NAGA, « THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre dans le monde arabe », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/theatres-du-monde-le-theatre-dans-le-monde-arabe/