THÉÂTRES DU MONDELe théâtre dans le monde arabe

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le théâtre du Boulevard

Le succès d'al-Qabbānī suscita des vocations chez beaucoup de Libanais, de Syriens et d'Égyptiens des deux sexes qui formèrent une dizaine de troupes pendant la première moitié du xxe siècle. Le théâtre, autrefois frappé de discrédit, acquit ses lettres de noblesse : on vit monter sur les planches un avocat, ‘Abd ar-Raḥmān Rushdī, et le fils d'un pacha, Yūsuf Wahbī.

La diversité des goûts du public égyptien amena les troupes à se spécialiser. Certaines jouèrent exclusivement des pièces lyriques (Salāma Ḥiǧāzī, Munīra al-Mahdiyyah), d'autres des comédies et des vaudevilles (Naǧīb ar-Riḥānī, ‘Alī al-Kasār), la tragédie (Georges Abyaḍ), le drame (Georges Abyaḍ, ‘Abd ar-Raḥmān Rushdī, Fāṭima Rushdī), le mélodrame et le grand guignol (Yūsuf Wahbī).

Alors qu'au xixe siècle les directeurs de théâtre étaient à la fois auteurs et acteurs, ils durent au xxe siècle s'aider d'une foule de « fournisseurs » recrutés parmi les étudiants (dont Tawfīq al-Ḥakīm), les petits fonctionnaires et les journalistes qui écrivaient parfois des pièces originales et adaptaient souvent la production théâtrale de la Belle Époque publiée notamment par La Petite Illustration. Suivant l'exemple de Ǧalāl, les adaptateurs essayaient de donner un cachet national aux pièces qu'ils arrangeaient en dénonçant les dangers qui assaillaient une société en pleine mutation (émancipation de la femme, méfaits de l'adoption du mode de vie occidental, problèmes du mariage mixte).

Ces troupes effectuèrent des tournées dans les pays arabes où elles obtinrent un succès considérable. En 1926, Georges Abyaḍ joua des drames historiques à Baghdad, ce qui encouragea Ḥaqqī Shablī à créer une troupe, mais sa tentative se solda par un échec. En 1947, Simūn al-‘Imarī représenta quelques pièces puis on n'entendit plus parler de lui. En Syrie, ‘Abul Sa‘ūd forma une association théâtrale, mais son entreprise échoua bien vite devant l'indifférence générale.

C'est en Afrique du Nord que l'influence égyptienne a été la plus durable. En 1922, Georges Abyaḍ joue à Alger des drames écrits en arabe classique et destinés à éveiller le sentiment national. La même année, l'élite algéroise crée une troupe, al-Muhazziba (« l'éducatrice »), qui, utilisant une langue littéraire, se heurte à l'incompréhension générale. À partir de 1926, Rachid Ksentini, ‘Allalou et surtout Mohieddine Bachtarzi, dont le succès se prolonge jusqu'en 1950, présentent au public des pièces écrites en arabe dialectal, adaptées en partie du théâtre français et étudiant les problèmes sociaux de l'heure (mariage mixte, émancipation féministe). Ce théâtre, qui rappelle étrangement la production théâtrale égyptienne de la première moitié du xxe siècle, finit par susciter la réprobation des milieux conservateurs et la méfiance des pouvoirs publics français qui pratiquent à son égard une politique d'obstruction.

L'influence égyptienne sur le théâtre tunisien est également importante. C'est en 1907 que l'Égyptien Sulaymān al-Qurdāḥī s'installe en Tunisie avec sa troupe, forme plusieurs acteurs tunisiens dont Lakkudī et Muḥammad Bourguiba (frère du président Bourguiba) qui crée en 1909 une société théâtrale. Peu de temps après, ‘Alī al-Khaznī en forme une autre, ash-Shahāma. L'influence égyptienne devient plus sensible après les tournées qu'effectuent en Tunisie Georges Abyaḍ (1921), Yūsuf Wahbī (1927), Fāṭima Rushdī (1932), et Naǧīb ar-Rīḥānī (1935). Enfin, après son accès à l'indépendance, ce pays fait appel au metteur en scène égyptien Zakī Ṭulaymāt qui dirige pendant plusieurs années une troupe tunisienne. Cependant, le théâtre tunisien commence à sortir de l'ornière grâce au jeu plein d'entrain de ‘Alī ben Ayed et au talent d'un auteur dramatique, Ḥabib Boularès.

Le même Zakī Ṭulaymāt fut chargé de former et de diriger une troupe koweitienne après l'indépendance du Koweit en 1961. Depuis, on joue dans cette principauté des pièces pour la plupart égyptiennes.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres (Sorbonne), agrégé de l'Université, interprète à l'O.N.U., Genève

Classification

Autres références

«  THÉÂTRES DU MONDE  » est également traité dans :

THÉÂTRES DU MONDE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Robert PIGNARRE
  •  • 786 mots

Les développements de l'art théâtral se distribuent, à travers le temps et l'espace, selon deux versants : celui de l'univers occidental, longtemps réduit à la presqu'île Europe, et celui qui comprend non seulement l'Asie, mais l'Afrique, avant et après la pénétration de l'islam, l'Océanie et l'Amérique précolombienne. De l'aube des Temps modernes à la fin du […] Lire la suite

THÉÂTRES DU MONDE - La tradition chinoise

  • Écrit par 
  • Jacques PIMPANEAU
  •  • 3 495 mots
  •  • 2 médias

Les Occidentaux ignorent tout des conventions de l'opéra chinois et, quand ils ont l'occasion de voir une pièce, ils sont réservés ou réfractaires à ce qui en fait la qualité, mais applaudissent à tout rompre les aspects spectaculaires qu'un amateur chinois mépriserait. Le barbare venu de l'Occident n'a pas tort pour autant : ce qui l'intéresse, ce n'est pas d'augmenter son savoir sur l'opéra chin […] Lire la suite

THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre japonais

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT, 
  • Michel WASSERMAN
  •  • 6 946 mots
  •  • 4 médias

Une rare perfection formelle, résultat d'une recherche constante dans des voies diverses et toujours originales, un répertoire d'une haute tenue littéraire dû à des dramaturges de génie, à qui seule la faible diffusion hors de leur pays de la langue dont ils usèrent interdit d'occuper la place qui leur revient aux côtés des plus grands dans le panthéon des gloires universelles, voilà qui suffirait […] Lire la suite

THÉÂTRES DU MONDE - La tradition indienne

  • Écrit par 
  • Marie-Simone RENOU
  •  • 3 326 mots

Le théâtre indien traditionnel est tout à la fois art littéraire, musique, danse et architecture. Ses origines plongent dans un passé insondable. On a cru un moment pouvoir y déceler une influence grecque. Mais les analogies entre le théâtre grec et le théâtre indien sont plus rares que leurs divergences ne sont profondes et paraissent s'expliquer par le jeu d […] Lire la suite

THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre indonésien

  • Écrit par 
  • Denys LOMBARD
  •  • 1 690 mots
  •  • 1 média

En Indonésie, la tradition théâtrale est surtout représentée par les théâtres de Java et de Bali. Bien qu'il en existe ailleurs certaines formes (à Sumatra notamment), c'est essentiellement dans ces deux îles, qui ont particulièrement subi l'in […] Lire la suite

THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre turc

  • Écrit par 
  • Gayé PETEK-SALOM
  •  • 1 380 mots

Les traditions théâtrales turques sont antérieures à la pénétration des Turcs en Asie Mineure ; elles furent perpétuées, depuis l'époque seldjoukide, jusqu'au xxe siècle. Le théâtre traditionnel ne relevait pas d'une poésie dramatique véritable, mais de diverses formes de spectacles hétérogènes. Son essence était […] Lire la suite

THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre en Afrique noire

  • Écrit par 
  • Pierre ICHAC
  •  • 4 150 mots

Existe-t-il des formes traditionnelles proprement africaines du théâtre ? Sans doute serait-il nécessaire, au préalable, de se demander ce que recouvre la notion même de théâtre. Suivant le sens de la réponse, on pourrait alors soit conclure à la réalité d'un théâtre traditionnel en Afrique noire et en étudier les manifestations les plus caractéristiques, soit convenir, non sans regret, que l'ense […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 605 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Littératures d'Afrique anglophone »  : […] Le prix Nobel décerné en 1986 à l'écrivain nigérian Wole Soyinka a certainement contribué à la reconnaissance internationale de l'excellence des littératures africaines, et en particulier de la vitalité de celles d'Afrique anglophone, longtemps éclipsées par le bruit fait autour de la négritude. En effet, l'Afrique anglophone, peut-être plus pragmatique, s'était d'abord manifestée par la plume d'h […] Lire la suite

BIRMANIE (MYANMAR)

  • Écrit par 
  • Denise BERNOT, 
  • Pierre-Arnaud CHOUVY, 
  • Renaud EGRETEAU, 
  • Bernard Philippe GROSLIER, 
  • Jean PERRIN
  •  • 29 127 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « À la fin de la monarchie birmane »  : […] À partir de 1752, un pouvoir central fort réapparaît, en même temps que la langue birmane prend vraiment figure de langue nationale et officielle, contrairement à ce qui venait de se passer sous les derniers rois de la dynastie de Taung-ngu : dans la Birmanie morcelée, le mōn était, autant que le birman, langue de culture. La cité royale se déplaça beaucoup pendant cette période : d'abord au nord, […] Lire la suite

CARAÏBES - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Claude FELL, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Oruno D. LARA
  •  • 15 818 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un demi-siècle de violences et d'exils »  : […] Dans la seconde moitié du xx e  siècle, la littérature haïtienne est nécessairement marquée par les périodes de dictature et de violence que traverse le pays. Une répression brutale s'abat à plusieurs reprises sur ceux qui veulent vivre et écrire en hommes libres. Le romancier Jacques-Stephen Alexis meurt sous la torture en 1961. Beaucoup d'Haïtiens – et parmi eux beaucoup d'écrivains – sont accu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Sayed Attia ABUL NAGA, « THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre dans le monde arabe », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/theatres-du-monde-le-theatre-dans-le-monde-arabe/