THÉÂTRES DU MONDELe théâtre dans le monde arabe

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le théâtre arabe depuis 1967

Après 1967, le théâtre connaît une nouvelle mutation. La guerre de Six Jours, qui voit la déroute des armées arabes en juin 1967, l'évolution tragique du problème palestinien, la guerre du Liban, la guerre irako-iranienne et l'isolement de l'Égypte après la signature des accords de Camp David, tous ces événements bouleversent profondément les Arabes, ébranlent leurs certitudes, leur révèlent la faillite des régimes militaires ou conservateurs. Cette crise que traverse le monde arabe n'a pas manqué d'avoir ses répercussions sur le théâtre. Des auteurs d'avant-garde comme le Syrien Saadallah Wanūs, les Marocains Abdul Krim Bourachid et Ahmad El-Iraqī et les Égyptiens Salāh Abdul Sabour, Nagīb Sorour, Saad ad-Dīn Wahba, Aly Salem et Fawzy Fahmy écrivent des pièces où ils expriment leur colère, analysent les raisons de la débâcle de 1967 et des divisions du monde arabe, dénoncent les régimes bourgeois ou pseudo-socialistes qui sapent la démocratie, bafouent les libertés et méconnaissent les droits sociaux. Fortement influencés par Brecht (Wanūs, Sorour), Beckett et Ionesco (Salāh Abdul Sabour, Wanūs) ainsi que par l'évolution du théâtre occidental après Mai-68, ces auteurs optent pour un théâtre de communication avec le public. Dans Soirée à propos du 5 juin, Wanūs adopte certaines techniques du Living Theatre, provoque les spectateurs afin de les associer au jeu et de libérer leur spontanéité créatrice. Il prône, comme les autres écrivains d'avant-garde, un retour aux sources, une mise en valeur des traditions populaires : comédie improvisée (karagöz, théâtre des marionnettes), fables et moralités théâtrales (fable de l'éléphant dans al-Fīl yā malik az-Zamān de Wanūs), exploitation d'al-Halqa dans le théâtre du Marocain Bourachid, adaptation pour la scène des Mille et Une Nuits et des légendes de geste, intégration de certains éléments folkloriques dans le spectacle : chant, danse, zār, exercices acrobatiques, scènes animées par al-muqallid, al-hākī, le rāwī et le sāmir. De la sorte, ce spectacle deviendra une fête populaire, mais dans ce théâtre politique la fête et la dénonciation ne font qu'un.

Ce théâtre a frôlé le chef-d'œuvre dans les drames poétiques de Salāh Abdul Sabour (1931-1981) qui parvient à concilier Eliot, Ionesco, Maeterlinck et le patrimoine arabe. Mais il faut reconnaître que la plupart des pièces manquent d'envergure. De plus, les œuvres s'attirèrent bien souvent les foudres du pouvoir. En Égypte, une censure particulièrement vigilante aurait interdit la représentation d'une centaine de pièces entre 1967 et 1982. Né dans un milieu hostile, ce théâtre n'a pas pu s'épanouir librement : certains auteurs ont d'ailleurs préféré émigrer, d'autres s'enfoncent dans le silence ou, assagis, écrivent sans retenue pour le Boulevard et la télévision. L'afflux des pétro-dollars dans le monde arabe, la transformation du Caire, entre 1974 et 1978, en un lieu de plaisir pour certains ressortissants de l'Arabie Saoudite et des pays du Golfe, l'ascension sociale d'une multitude de commerçants et d'affairistes égyptiens grâce à la politique économique de la « porte ouverte » adoptée par Anouar el-Sadate et surtout l'existence d'un public arabe féru de vidéocassettes ont contribué au succès du Boulevard dans les pays arabes. Ce théâtre, qui pille sans vergogne les œuvres étrangères ne doit à aucun prix déranger, ni choquer. Il se moque gentiment des prétentions aristocratiques des nouveaux riches et se sert d'une mise en scène somptueuse pour projeter le spectacle dans un monde irréel qui satisfait, chez un public frivole et en grande partie analphabète, le goût de l'illusion et le désir de s'identifier avec les « nababs ». D'où le succès excessif des farces d'al-Muhandis et de Madbouly qui grossissent le trait, caricaturent le réel et produisent un « effet d'éloignement » qui ne doit rien à Brecht.

Cette crise que traverse le théâtre arabe depuis 1967 a été aggravée par les grands courants de la mode internationale qui affirment la primauté de la mise en scène sur le texte. Certains metteurs en scène comme Raafat al-Doweiry, ‘Abbās Ahmad et Samīr al-‘Asfoury, se considérant comme les « créateurs du fait théâtral », donnent à des pièces modernes et classiques une lecture qui scandalise les auteurs et les spectateurs parce [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : docteur ès lettres (Sorbonne), agrégé de l'Université, interprète à l'O.N.U., Genève

Classification

Autres références

«  THÉÂTRES DU MONDE  » est également traité dans :

THÉÂTRES DU MONDE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Robert PIGNARRE
  •  • 786 mots

Les développements de l'art théâtral se distribuent, à travers le temps et l'espace, selon deux versants : celui de l'univers occidental, longtemps réduit à la presqu'île Europe, et celui qui comprend non seulement l'Asie, mais l'Afrique, avant et après la pénétration de l'islam, l'Océanie et l'Amérique précolombienne. De l'aube des Temps modernes à la fin du […] Lire la suite

THÉÂTRES DU MONDE - La tradition chinoise

  • Écrit par 
  • Jacques PIMPANEAU
  •  • 3 495 mots
  •  • 2 médias

Les Occidentaux ignorent tout des conventions de l'opéra chinois et, quand ils ont l'occasion de voir une pièce, ils sont réservés ou réfractaires à ce qui en fait la qualité, mais applaudissent à tout rompre les aspects spectaculaires qu'un amateur chinois mépriserait. Le barbare venu de l'Occident n'a pas tort pour autant : ce qui l'intéresse, ce n'est pas d'augmenter son savoir sur l'opéra chin […] Lire la suite

THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre japonais

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT, 
  • Michel WASSERMAN
  •  • 6 946 mots
  •  • 4 médias

Une rare perfection formelle, résultat d'une recherche constante dans des voies diverses et toujours originales, un répertoire d'une haute tenue littéraire dû à des dramaturges de génie, à qui seule la faible diffusion hors de leur pays de la langue dont ils usèrent interdit d'occuper la place qui leur revient aux côtés des plus grands dans le panthéon des gloires universelles, voilà qui suffirait […] Lire la suite

THÉÂTRES DU MONDE - La tradition indienne

  • Écrit par 
  • Marie-Simone RENOU
  •  • 3 326 mots

Le théâtre indien traditionnel est tout à la fois art littéraire, musique, danse et architecture. Ses origines plongent dans un passé insondable. On a cru un moment pouvoir y déceler une influence grecque. Mais les analogies entre le théâtre grec et le théâtre indien sont plus rares que leurs divergences ne sont profondes et paraissent s'expliquer par le jeu d […] Lire la suite

THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre indonésien

  • Écrit par 
  • Denys LOMBARD
  •  • 1 690 mots
  •  • 1 média

En Indonésie, la tradition théâtrale est surtout représentée par les théâtres de Java et de Bali. Bien qu'il en existe ailleurs certaines formes (à Sumatra notamment), c'est essentiellement dans ces deux îles, qui ont particulièrement subi l'in […] Lire la suite

THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre turc

  • Écrit par 
  • Gayé PETEK-SALOM
  •  • 1 380 mots

Les traditions théâtrales turques sont antérieures à la pénétration des Turcs en Asie Mineure ; elles furent perpétuées, depuis l'époque seldjoukide, jusqu'au xxe siècle. Le théâtre traditionnel ne relevait pas d'une poésie dramatique véritable, mais de diverses formes de spectacles hétérogènes. Son essence était […] Lire la suite

THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre en Afrique noire

  • Écrit par 
  • Pierre ICHAC
  •  • 4 150 mots

Existe-t-il des formes traditionnelles proprement africaines du théâtre ? Sans doute serait-il nécessaire, au préalable, de se demander ce que recouvre la notion même de théâtre. Suivant le sens de la réponse, on pourrait alors soit conclure à la réalité d'un théâtre traditionnel en Afrique noire et en étudier les manifestations les plus caractéristiques, soit convenir, non sans regret, que l'ense […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 605 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Littératures d'Afrique anglophone »  : […] Le prix Nobel décerné en 1986 à l'écrivain nigérian Wole Soyinka a certainement contribué à la reconnaissance internationale de l'excellence des littératures africaines, et en particulier de la vitalité de celles d'Afrique anglophone, longtemps éclipsées par le bruit fait autour de la négritude. En effet, l'Afrique anglophone, peut-être plus pragmatique, s'était d'abord manifestée par la plume d'h […] Lire la suite

BIRMANIE (MYANMAR)

  • Écrit par 
  • Denise BERNOT, 
  • Pierre-Arnaud CHOUVY, 
  • Renaud EGRETEAU, 
  • Bernard Philippe GROSLIER, 
  • Jean PERRIN
  •  • 29 127 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « À la fin de la monarchie birmane »  : […] À partir de 1752, un pouvoir central fort réapparaît, en même temps que la langue birmane prend vraiment figure de langue nationale et officielle, contrairement à ce qui venait de se passer sous les derniers rois de la dynastie de Taung-ngu : dans la Birmanie morcelée, le mōn était, autant que le birman, langue de culture. La cité royale se déplaça beaucoup pendant cette période : d'abord au nord, […] Lire la suite

CARAÏBES - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Claude FELL, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Oruno D. LARA
  •  • 15 818 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un demi-siècle de violences et d'exils »  : […] Dans la seconde moitié du xx e  siècle, la littérature haïtienne est nécessairement marquée par les périodes de dictature et de violence que traverse le pays. Une répression brutale s'abat à plusieurs reprises sur ceux qui veulent vivre et écrire en hommes libres. Le romancier Jacques-Stephen Alexis meurt sous la torture en 1961. Beaucoup d'Haïtiens – et parmi eux beaucoup d'écrivains – sont accu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Sayed Attia ABUL NAGA, « THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre dans le monde arabe », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/theatres-du-monde-le-theatre-dans-le-monde-arabe/