NORA PIERRE (1931- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1931 à Paris, l'historien Pierre Nora a été marqué, dans son enfance et sa jeunesse, par la défaite de 1940, l'Occupation, l'affrontement entre gaullistes et communistes, et les guerres de décolonisation. Conscient du rapport de l'historien à son propre passé et à celui de son pays, il proposera à certains des plus éminents de ses confrères d'écrire leur « ego-histoire » (1987).

Pierre Nora

Photographie : Pierre Nora

« La disponibilité de Pierre Nora à l'événement, à l'actualité, à ce qui bouge, lui aura permis de traduire en historien les enjeux majeurs de son temps, d'être pleinement le contemporain du présent. On peut donc parler d'un moment Nora de la vie intellectuelle française... »... 

Crédits : Editions Gallimard/ D.R.

Afficher

Licencié en lettres et en philosophie, Pierre Nora est agrégé d'histoire. À la fin des années 1950, il est professeur au lycée Lamoricière d'Oran, en pleine guerre d'Algérie. Il en rapporte une réflexion sur Les Français d'Algérie, son premier livre publié en 1961. Essai de psychologie collective des pieds-noirs, cet ouvrage s'efforce aussi d'aborder dans une démarche d'historien le rapport entre les Français et la colonisation. Il crée peu après chez Julliard la collection de livres de poche « Archives », avec le projet nouveau de rendre accessibles au grand public des sources historiques sous une forme ordonnée et commentée par des spécialistes.

Alors qu'il commence une carrière universitaire comme maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Paris en 1964, il est sollicité par Claude Gallimard pour fonder un vaste secteur d'édition à côté de la littérature. Ranimant les collections « Bibliothèque des idées » et « Bibliothèque de philosophie », Pierre Nora crée la « Bibliothèque des sciences humaines », lancée en 1966 par l'ouvrage de Michel Foucault Les Mots et les Choses, son premier et plus grand best-seller. S'y ajoute, en 1971, la « Bibliothèque des histoires », dont le titre le plus vendu est Montaillou village occitan d'Emmanuel Le Roy Ladurie (1975). Elle redonne une place centrale à l'histoire, en pleine mode des sciences humaines et du structuralisme. Elle contribue à présenter des approches renouvelées tant en termes de sources que de questionnements, alors que l'on parle de « nouvelle histoire » (Le Dimanche de Bouvines de Georges Duby, 1973). Enfin, Pierre Nora lance, en 1966, la collection « Témoins » qu'il destine à accueillir des documents en prise avec l'actualité. En 1968, il y publie L'Aveu d'Artur London.

En 1980, il fonde la revue bimestrielle Le Débat, destinée à devenir une tribune de discussion des idées, contre tous les sectarismes. Il commence ainsi une longue collaboration avec Marcel Gauchet.

Connu comme éditeur intuitif et animateur de la vie des idées en France, Pierre Nora demeure passionné par la fabrique de l'histoire. C'est en 1974 le propos de l'ouvrage en trois volumes qu'il dirige avec Jacques Le Goff, sous le titre Faire de l'histoire, où il aborde la question du « retour de l'événement ». De ces livres est toutefois absent le thème de la Nation que Pierre Nora a entrepris de traiter dans son enseignement à l'EHESS (où il est nommé directeur d'études en 1977), après avoir constaté le hiatus entre l'expérience historique telle qu'elle est vécue puis mémorisée et les outils intellectuels disponibles pour en rendre compte. Ce travail sur le sentiment national français recoupe une de ses plus anciennes préoccupations (« Ernest Lavisse : son rôle dans la formation du sentiment national », La Revue historique, 1962). Il le conduit à envisager les objets réels ou symboliques de la mémoire nationale. Mais ce sont moins les événements qui retiendront son attention que leur impact et leurs interprétations, envisagés dans une forme d'histoire au second degré. Ces réflexions sont à l'origine du projet des Lieux de mémoire : sept volumes parus de 1984 à 1993, ordonnés autour des thèmes de la République, de la Nation et « des » France, et rédigés par cent vingt contributeurs. L'expression même de « lieux de mémoire » rencontre un succès inouï qui lui donne une vie propre et un retentissement national et international. Cet ensemble raisonné représente à proprement parler un monument de l'historiographie française. L'élection de Pierre Nora à l'Académie française, le 7 juin 2001, découle logiquement de la manière décisive dont il a modifié l'écriture de l'histoire ainsi que le rapport des Français à leur histo [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  NORA PIERRE (1931- )  » est également traité dans :

LES LIEUX DE MÉMOIRE (dir. P. Nora)

  • Écrit par 
  • Alain PROVOST
  •  • 1 322 mots

L'élégante collection Quarto des éditions Gallimard accueillait en 1997 Les Lieux de mémoire, en trois volumes et plus de 4 700 pages : l'ouvrage dirigé par Pierre Nora, initialement publié dans la Bibliothèque illustrée des histoires, chez le même éditeur, conserve sa dimension monumentale. Cette réédition lui permet de toucher un pl […] Lire la suite

HISTOIRE MONDIALE DE LA FRANCE (dir. P. Boucheron) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Dominique KALIFA
  •  • 1 128 mots

Dans le chapitre « Débats et polémiques »  : […] Conjuguant « l’art du récit et l’exigence critique », le livre réussit donc à renouveler ce genre pourtant très fréquenté qu’est l’« Histoire de France ». Ce pays, tout comme les autres, y apparaît pour ce qu’il est : le produit d’acteurs, d’événements et d’influences venus du monde entier tout autant qu’une nation au destin remarquable. Comment comprendre alors la polémique qu’il a suscitée ? Le […] Lire la suite

DÉBAT LE, revue

  • Écrit par 
  • Laurent LEMIRE
  •  • 1 247 mots

Dans le chapitre « Une revue dans un monde sans repères »  : […] Cette expérience, fondée avec le philosophe Marcel Gauchet en mai 1980 avait une vocation d’« atelier » et de lieu de discussion. En voulant mettre à la portée du public des analyses de fond et faire remonter depuis les laboratoires de sciences sociales des éléments utiles à la compréhension d’un monde en pleine mutation, cette publication bimestrielle avait l’ambition de confronter les points de […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bénédicte VERGEZ-CHAIGNON, « NORA PIERRE (1931- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-nora/