Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GORZ ANDRÉ (1923-2007)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

André Gorz s’est donné la mort, avec sa femme, le 24 septembre 2007, dans leur maison de Vosnon, dans l’Aube. Le dernier livre de ce philosophe et militant inlassable, Lettre à D. Histoire d'un amour, paru en 2006, était un bouleversant témoignage d’amour pour celle qui l’a accompagné pendant soixante ans, Dorine.

André Gorz est né à Vienne en 1923, d'un père juif et d'une mère catholique. Après l'Anschluss, il part pour la Suisse où il vivra jusqu'à la fin de la guerre, poursuivant des études d'ingénieur-chimiste.

Dans son premier livre, Le Traître, publié en 1955, Gorz a raconté cette période de sa vie, longue errance intellectuelle et psychologique, invention d'une personnalité troublée par sa double origine, laquelle, dans le contexte social et politique de l'époque, ne prédisposait guère à la sérénité. La philosophie devient, pour lui, « une affaire de salut personnel ». Il choisit d'appliquer sa réflexion à l'univers social, économique et politique.

En 1948, il s'établit en France, devient journaliste à Paris-Presse puis à L'Express. En 1961, il entre au comité de direction des Temps modernes. Il est en 1964 l'un des fondateurs du Nouvel Observateur.

Dans les années 1960, il noue des relations étroites avec les intellectuels progressistes du Parti communiste italien et des leaders syndicaux. Il est aux Temps modernes le représentant de « la ligne italienne » et publie plusieurs ouvrages dans lesquels il développe une théorie du mouvement social et des luttes ouvrières, Stratégie ouvrière et néocapitalisme en 1964, Le Socialisme difficile en 1967, Réforme et révolution en 1969.

Les plus importants de ses articles sont rassemblés en volume à trois reprises, la dernière édition en 1978 sous le titre Écologie et politique. Apparaît alors la profonde unité que pouvait masquer la dispersion des écrits dans le temps et dans l'espace : toutes les thèses, tous les thèmes ultérieurement développés sont déjà présents en germe.

Sa critique de l'économie capitaliste est d'inspiration marxiste mais pour autant, il ne tiendra jamais le marxisme pour un horizon indépassable. D'ailleurs il ne prétend pas élaborer seul son explication du monde contemporain. Il appelle à l'appui de ses thèses non seulement la tradition socialiste, de préférence prémarxiste, mais encore toute la pensée contemporaine alternative et écologiste. Il contribue à faire connaître en France l'œuvre d'Ivan Illich.

En 1981, Adieux au prolétariat. Au-delà du socialisme, marque non une rupture mais plutôt une inflexion dans sa démarche. Le livre sera critiqué pour avoir remis en cause un des postulats du marxisme, le rôle messianique du prolétariat. Le véritable tournant est ailleurs : dans ce livre et ceux qui vont suivre, Les Chemins du paradis, en 1983, Métamorphoses du travail, quête du sens. Critique de la raison économique, en 1988 (son ouvrage le plus achevé), Capitalisme, socialisme, écologie, en 1991, enfin Misères du présent, richesse du possible en 1997, André Gorz élabore progressivement un véritable traité de sociologie du travail et d'économie politique.

Il constate que les évolutions de la nature du travail ont rendu impossible la réalisation des perspectives ouvertes par Marx. Le capitalisme a substitué au prolétariat conscient et organisé une classe de travailleurs adaptée à ses seuls besoins, « dont les intérêts directement conscients, écrit-il, ne concordent pas avec une rationalité socialiste ».

La crise que traverse notre société se manifeste bien dans les dysfonctionnements de l'économie : car les contradictions du capitalisme libéral subsistent, l'exploitation désordonnée des ressources naturelles s'intensifie, le système d'échanges imposé aux pays pauvres, d'Afrique notamment, les maintient dans le sous-développement s'il[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : consultant, licencié en droit, diplômé de l'Institut d'études politiques de Lyon

Classification

Pour citer cet article

Gérard PAUL. GORZ ANDRÉ (1923-2007) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 25/03/2009

Autres références

  • ÉCOLOGISTE MOUVEMENT

    • Écrit par
    • 12 350 mots
    • 5 médias
    ...l’économiste Ernst Friedrich Schumacher (1911-1977) publie Small Is Beautiful(Une société à la mesure de l’homme). Au cours des années 1970, les articles du journaliste et essayiste André Gorz (1923-2007) créent un pont entre le marxisme et l’écologie à travers la critique du productivisme.
  • PAUVRETÉ ET REVENUS MINIMA

    • Écrit par
    • 6 641 mots
    ...directement mobilisé pour la production (travail social). Il s'ensuit que la rémunération du travail ne pourra plus assurer le débouché de la production. » C'était également le point de vue d'André Gorz (1997), qui y voyait le début d'une révolution sociale de grande ampleur : « Parce que la production...