AMARNA TELL EL-

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La tombe royale et les sépultures des notables

On n'a retrouvé à Amarna qu'un nombre insignifiant de tombeaux quand on songe à la population qui habita cette ville et y mourut. C'est que, comme très souvent en Égypte, on ne s'est intéressé surtout qu'aux sépultures les plus importantes. Or, du fait qu'Akhetaton a été assez rapidement abandonné par ses habitants, et en premier lieu par ses notables qui n'avaient pas coupé tous les liens avec Thèbes, ces derniers n'avaient pas toujours eu le temps (ni la volonté ?) de se faire construire un tombeau dans la nouvelle capitale. Du reste, les grands hypogées d'Amarna sont pour certains inachevés et semblent n'avoir pas été utilisés (à moins que les défunts et leur équipement funéraire n'aient été déménagés lors de l'abandon de la ville ?).

Vers le nord-est s'ouvre dans la falaise l'entrée d'un long vallon, le Darb el-Malek. Il mène, quelques kilomètres plus loin, à ce qui devait être le cimetière royal. Mais des quelques sépultures présentes, une seule a été décorée et sans doute utilisée : celle d'Akhénaton. Très profond et d'un plan assez proche de ceux qu'on connaît à la vallée des Rois, à Thèbes, le tombeau du roi comporte comme deux prolongations latérales. Sans doute a-t-il été agrandi pour recevoir la reine et en tout cas la princesse Maketaton, morte prématurément. Bien que très dégradés, les reliefs qui ornent l'hypogée témoignent encore du renouvellement de la thématique et du savoir-faire de ceux qui conçurent et exécutèrent sa décoration.

Les sépultures des grands dignitaires étaient quant à elles creusées dans la falaise qui entoure le site. On en compte six, regroupées au nord, et dix-neuf, concentrées au sud, qui sont particulièrement notables. Quoique assez proches des tombes thébaines de la seconde moitié de la XVIIIe dynastie, elles présentent parfois certaines différences entre elles, tant dans leur plan que dans leur décor. Là encore, l'état de conservation est malheureusement des plus médiocres. C'est regrettable ca [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Médias de l’article

Égypte : carte administrative

Égypte : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Le pharaon Aménophis IV-Akhenaton, Nefertiti et trois de leurs filles

Le pharaon Aménophis IV-Akhenaton, Nefertiti et trois de leurs filles
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Amarna : plan général

Amarna : plan général
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Le pharaon Aménophis IV-Akhenaton et la reine Nefertiti

Le pharaon Aménophis IV-Akhenaton et la reine Nefertiti
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Afficher les 8 médias de l'article





Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., chef de la mission archéologique française du Bubasteion (Saqqarah)

Classification


Autres références

«  AMARNA TELL EL-  » est également traité dans :

FONDATION D'AMARNA PAR AMÉNOPHIS IV-AKHENATON

  • Écrit par 
  • Annie FORGEAU
  •  • 213 mots
  •  • 1 média

Commencé à Thèbes, le règne d'Aménophis IV se poursuit et s'achève à Amarna. Défi à la puissance du clergé d'Amon, la politique religieuse du souverain, consistant à faire du disque Aton le dieu exclusif de la royauté, nécessite la construction en Moyenne Égypte d'une nouvelle capitale « qui n'appartient à aucun dieu ni à au […] Lire la suite

AKHENATON ou AMÉNOPHIS IV (XIVe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Christiane DESROCHES-NOBLECOURT
  •  • 1 700 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La fondation d'une nouvelle cité »  : […] Bientôt, il abandonne Thèbes et, avec l'assentiment du roi son père, fonde à 375 kilomètres au nord du domaine d'Amon une cité nouvelle, qui se développe rapidement. Il y vit désormais en compagnie de son épouse, de ses courtisans, de ses hauts fonctionnaires et des six filles que Nofretiti a mises au monde. Ce sont Méritaton (qui épousera Smenkhkérê), Maketaton (qui mourra peu après l'an 12 du r […] Lire la suite

AMARNIEN STYLE

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 473 mots
  •  • 4 médias

Après l'épanouissement de l'art égyptien le plus classique sous Aménophis III, l'Égypte connaît soudain, vers ~ 1370, une révolution en tous domaines . Le fils d'Aménophis III, le pharaon hérétique Aménophis IV, prend le nom d'Akhénaton (Celui-qui-est-agréable-à-Aton) . Rompant avec le clergé thébain d'Amon, il crée en moyenne Égypte une nouvelle capitale, Akhétaton (L'Horizon d'Aton), sur les rui […] Lire la suite

AMÉNOPHIS IV-AKHENATON - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Annie FORGEAU
  •  • 213 mots

Vers — 1352 Aménophis IV, fils d'Aménophis III et de la reine Tiy, succède à son père sur le trône d'Égypte. Il poursuit la politique architecturale de son père tant à Karnak qu'à Soleb, en Nubie. Vers — 1350 Premières traces du culte d'Aton à Karnak. Vers — 1349 Aménophis IV épouse la reine Néfertiti. Vers — 1348 Apparition de l'iconographie du dieu Aton sous la forme d'un disque rayonnant a […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte pharaonique

  • Écrit par 
  • François DAUMAS
  •  • 12 245 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Aménophis IV Akhenaton »  : […] Ce dernier eut une épouse probablement aussi extraordinaire que sa mère, la reine Tiyi. De son nom, « La Belle est venue », Nefertiti , on a voulu conclure que c'était une princesse mitannienne. C'est possible, mais on ne peut l'affirmer. Elle partageait avec son mari la conviction que le divin, d'un caractère unique, ne se peut pas représenter sur terre. Il est symbolisé seulement par le disque […] Lire la suite

HÉRÉSIE AMARNIENNE

  • Écrit par 
  • Renaud DE SPENS
  •  • 226 mots
  •  • 1 média

Très tôt après son avènement, Aménophis IV change son nom en Akhenaton et met en œuvre une révolution religieuse. En Moyenne-Égypte, dans un lieu vierge, il fonde une nouvelle capitale, Akhetaton (aujourd'hui Tell el-Amarna). Le nouveau culte exalte Aton, le disque solaire, et exclut les autres dieux, en particulier Amon, le « roi des dieux » devenu le dieu dynastique au Nouvel Empire, dont le nom […] Lire la suite

HITTITES

  • Écrit par 
  • Maurice VIEYRA
  •  • 7 199 mots
  •  • 6 médias

La découverte des Hittites est le résultat d'une longue enquête philologique et archéologique qui débute au temps du déchiffrement des hiéroglyphes égyptiens. Le nom d'un grand pays, en relation avec la cour égyptienne de la XVIII e dynastie, apparaît dès les premiers textes que lit Champollion : le « Heta », dont les pharaons disent avoir reçu le tribut et dont Ramsès II affirme qu'il le vainqu […] Lire la suite

NÉFERTITI ou NOFRETITI, reine d'Égypte (XIVe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Joyce TYLDESLEY
  • , Universalis
  •  • 946 mots
  •  • 1 média

Reine d'Égypte, épouse du roi Akhenaton (r. vers 1352-1336 av. J.-C.). On ignore la généalogie de Néfertiti. Son nom, parfois mentionné sous la forme Neferneferuaten, signifiant « la Belle est venue », a fait penser aux premiers égyptologues qu'elle était peut-être une princesse mitannienne. De nombreux détails suggèrent cependant qu'elle serait la fille, née en Égypte, du chef de la cavalerie d' […] Lire la suite

VERRE ART DU

  • Écrit par 
  • James BARRELET
  •  • 7 306 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Premiers récipients en verre (du IIe millénaire à notre ère) »  : […] Le procédé de fabrication des récipients en verre, avant le soufflage, est connu grâce à la découverte, par Flinders Petrie, des ruines d'une fabrique de verre à Tell-el-Amarna, au temps d'Aménophis IV (vers 1400 av. J.-C.). Cette description, publiée par Petrie ( Les Arts et métiers de l'Ancienne Égypte , 1925), a permis de mettre fin à bien des affirmations téméraires faisant, entre autres, remo […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain-Pierre ZIVIE, « AMARNA TELL EL- », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tell-el-amarna/