Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SYPHILIS

Recherches actuelles

Le même malade peut contracter la syphilis plusieurs fois dans sa vie. En général, on pense que les réinfections ne s'observent qu'après la guérison clinique et sérologique, donc après disparition d'une protection immunitaire, d'ailleurs mal définie. Cette notion d'immunité tréponémique est à la base de tentatives en cours, spécialement aux États-Unis, pour identifier et étudier les divers antigènes tréponémiques susceptibles de permettre la mise au point d'un vaccin contre la syphilis.

Les travaux de P. Collart et de M. Poitevin (1981) – mettant en évidence des tréponèmes dans des prélèvements ganglionnaires de liquide céphalo-rachidien, et d'humeur aqueuse provenant de malades atteints de syphilis symptomatique, tardive ou latente, tardivement traitée – devraient rendre prudent avant d'affirmer la guérison : « La permanence de la positivité sérologique traduit la persistance du tréponème pâle dans l'organisme à l'état de commensalité ; mais dans des conditions biologiques que l'on ne connaît pas, ces germes seraient susceptibles de récupérer leur virulence et de redevenir pathogènes pour l'hôte qui les abrite. »

La syphilis n'est pas une maladie honteuse ; il faut la considérer comme une maladie infectieuse, peu grave, facilement guérissable, sans incidence sur la descendance si un traitement précoce et correct a été institué. Mais elle peut devenir extrêmement sérieuse si elle n'a été ni révélée ni traitée.

La vaccinothérapie ne semble pas pouvoir être réalisée dans un avenir proche. Ce sont donc encore les mesures prophylactiques collectives qui semblent être les armes les plus efficaces dans la lutte contre cette maladie, à savoir : la connaissance des aspects actuels de la syphilis, et surtout la nécessité de prescrire des traitements synchronisés, immédiatement efficaces, dans le but de rompre le plus rapidement possible les chaînes de contamination et d'obtenir une protection contre les complications lointaines de la syphilis ; la soumission aux tests sérologiques imposés à différentes étapes de la vie (mariage, examen prénatal, etc.) et aux tests systématiques de contrôle après traitement ; enfin, de ne reprendre une vie sexuelle normale qu'après la certitude de la non-contagion.

— Michel POITEVIN

— André SIBOULET

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur ès sciences naturelles, ancien chef de l'unité de biologie des tréponématoses, Institut Alfred-Fournier, centre collaborateur de l'Organisation mondiale de la santé
  • : chef de consultation à l'hôpital Saint-Louis, ancien directeur de l'Institut Alfred-Fournier

Classification

Pour citer cet article

Michel POITEVIN et André SIBOULET. SYPHILIS [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Médias

Syphilis : origine - crédits : Encyclopædia Universalis France

Syphilis : origine

Évolution de la syphilis acquise non traitée - crédits : Encyclopædia Universalis France

Évolution de la syphilis acquise non traitée

Autres références

  • ARSENIC

    • Écrit par
    • 4 498 mots
    • 2 médias
    ...monosodique ou Tripoxyl (formule 1) et le N-phénylglycinamide-p-arsinate de sodium (formule 2). L'acétarsone (formule 3) a été employé dans le traitement de l'amibiase et dans celui de la syphilis. Associé à la quinine, l'acétarsone a été préconisé dans le traitement du paludisme.
  • ATAXIE

    • Écrit par
    • 132 mots

    Perturbation de la motricité (volontaire et involontaire) qui fait suite à une altération de la sensibilité profonde. La possibilité de mouvements normaux sous le contrôle de la vue contraste dans l'ataxie avec les troubles qui se produisent dès l'occlusion des yeux. Lorsque ses yeux sont fermés,...

  • CHANCRES

    • Écrit par
    • 436 mots
    • 1 média

    Désignation traditionnelle de certaines ulcérations cutanées ou muqueuses qui accompagnent l'inoculation de certains microbes : tréponème de la syphilis, bacille de Ducrey, bacille de Koch. Le chancre syphilitique survient trois semaines après la contagion. Sur les muqueuses,...

  • EHRLICH PAUL (1854-1915)

    • Écrit par
    • 682 mots
    • 1 média

    Savant allemand, prix Nobel de médecine (1908), qui a largement contribué à la naissance ou au développement de nombreuses disciplines biologiques telles que l'hématologie, l'immunologie, la chimiothérapie, la pharmacologie et la cancérologie. Né en Silésie, neveu d'un fabricant...

  • Afficher les 19 références