TERRE SYMBOLISME DE LA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La terre nocturne

Selon Hésiode (Théogonie, v, 126 sq), la Terre primordiale, la materia prima, Gaia, enfanta elle-même son époux, le ciel Ouranos. Elle est bien la Grande Mère, la Vierge primordiale. Cette Gaia originaire a de nombreux doublets et redondances au cours de la théogonie. Très souvent – et c'est là que son accent nocturne s'amplifie – elle est confondue avec les déesses lunaires, exactement comme chez les Maya la déesse Terre, la fécondité primordiale, la maîtrise du premier des nombres, le un, est confondue avec la Lune, telle encore Artémis d'Éphèse ou Hécate. Mais tous les doublets redondants de Gaia, la terre sauvage – soit Létho, soit Proserpine la Stygienne (cf. Apulée, Métamorphoses, XI, 5), soit Cérès, soit en Égypte Isis, « la nature, mère des choses [...], prototype des dieux et des déesses », soit la Koridwen celtique, soit, plus près de nous, les doublets nocturnes de la Vierge Marie, telles les Vierges noires, les « Notre-Dame de Sous-Terre » (Chartres, caves de l'Observatoire de Paris) encore innombrables dans les églises d'Europe, ou Sarah, la Vierge noire des Saintes-Maries (cf. E. Saillens, Nos Vierges noires, 1945, et M. Durand-Lefebvre, Études sur l'origine des Vierges noires, 1935) –, toutes ces configurations nocturnes de la Terre primordiale ont pour emblème la couleur noire, très souvent concrétisée par une pierre noire, à Pessinonte comme au temple romain de la Magna Mater deorum, Cybèle. Cependant, il faut remarquer que le groupe de culture le plus primordialement agricole, le groupe sino-tibétain – où il y a cinq éléments, et non plus quatre, la terre était au « centre » (le cinquième, c'est-à-dire la somme des quatre autres), l'air disparaissant en tant que catégorie élémentaire pour laisser place au métal (à l'ouest) et au bois (au nord) –, élabore une analyse symbolique des valeurs terriennes qui restent en Occident conf [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TERRE SYMBOLISME DE LA  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et philosophie

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 451 mots

Dans le chapitre « Au-delà de la modernité »  : […] Parti d'une méditation sur le lien de l'architecture et de l'archè, le discours du philosophe n'aura donc fait que confirmer ce que les architectes eux-mêmes avaient depuis toujours pressenti : voir dans cet art un modèle pour la philosophie elle-même en insistant sur la dimension « apollinienne » de Vitruve, bref imaginer qu'avec l'architecture, c'est l'Occident qui, Œdipe aidant, met à mort ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-architecture-et-philosophie/#i_5620

CHINOISE (CIVILISATION) - Symbolisme traditionnel et religions populaires

  • Écrit par 
  • Maxime KALTENMARK, 
  • Michel SOYMIÉ
  •  • 7 067 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le monde et son ordonnance »  : […] Le monde n'était pas pour les anciens Chinois l'œuvre d'un créateur. Les fragments de mythes cosmologiques qui subsistent parlent de héros qui aménagèrent la terre pour la rendre habitable, de sages qui firent de l'homme primitif un civilisé ; il n'est nulle part question d'une création ex nihilo . Il y avait aussi des mythes relatifs à la séparation du Ciel et de la Terre, a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-symbolisme-traditionnel-et-religions-populaires/#i_5620

DIVINATION

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 6 942 mots

Dans le chapitre « Une aire de diffusion considérable »  : […] Aussi peu connue du grand public que l'extispicine, la géomancie – γ̂η, la terre, μαντεία, la divination –, à la différence de l'astrologie et de la cartomancie, a conservé, depuis la plus haute antiquité, des traditions divinatoires à peu près intactes et d'un profond intérêt pour l'histoire universelle des civilisations. Son aire de diffusion a été considérable puisqu'on la retrouve en Extrême- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/divination/#i_5620

ÉLÉMENTS THÉORIES DES

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 8 234 mots

Dans le chapitre « Les Ioniens »  : […] Vers 600 avant J.-C., Thalès de Milet, le fondateur de l'école ionienne, semble avoir été le premier philosophe qui ait tenté de dégager une théorie cosmologique préscientifique des systèmes magico-religieux babyloniens et égyptiens. En effet, la conception centrale de la cosmologie de Thalès, selon laquelle l'Eau était l'élément primordial de l'Univers, ne doit pas être interprétée littéralement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theories-des-elements/#i_5620

GAÏA

  • Écrit par 
  • Robert DAVREU
  •  • 716 mots

Dans la Théogonie d'Hésiode, Gaïa, la Terre, « aux larges flancs, assise sûre à jamais offerte à tous les vivants », est nommée aussitôt après le Chaos et immédiatement avant Éros ou le Tartare. Elle est donc l'élément primordial, d'où naquirent les races divines. C'est d'abord sans l'aide d'aucun élément mâle qu'elle engendra Ouranos, « égal à elle-même, capable de la couvr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaia/#i_5620

GIONO JEAN (1895-1970)

  • Écrit par 
  • Laurent FOURCAUT
  •  • 6 230 mots

Dans le chapitre « L'impossible mélange avec le monde »  : […] Naissance de l'Odyssée , achevé en 1927, réécriture parodique du poème homérique, est refusé par Grasset. C'est pourtant le roman fondateur qui contient en germe la plupart des thèmes à venir. Dès le naufrage initial se lit une hantise d'être dévoré par la mer, « la gueule aux dents d'écume », mais aussi bien par la terre (dont la mer est la constante métaphore chez Giono) et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-giono/#i_5620

LUMIÈRE & TÉNÈBRES

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 307 mots

L'opposition lumière-ténèbres constitue un symbole universel. Pour en esquisser l'enjeu symbolique, on peut introduire trois grandes acceptions de la lumière sur le plan de l'imaginaire : la lumière-séparation, la lumière-orientation, la lumière-transformation. Ces trois aspects de la lumière comme symbole se définissent par rapport à trois altérités ou trois formes de ténèbres, soit, respectiveme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lumiere-et-tenebres/#i_5620

MÉTALLURGES

  • Écrit par 
  • Jean DELUZAN
  •  • 2 218 mots

Modifier les substances, tel est, dans les diverses traditions folkloriques et mythologiques, le pouvoir des métallurges, mineurs et forgerons. Une telle science, qui s'apparente à l' alchimie, possède ses méthodes, ses techniques, son rituel, ses secrets. La Terre est femme ; comparable au ventre maternel, elle porte dans ses entrailles les métaux ; ceux-ci croissent dans son sein et les mineur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metallurges/#i_5620

MYTHOLOGIES - Dieux et déesses

  • Écrit par 
  • Mircea ELIADE
  •  • 7 930 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La grande déesse : la Terre-Mère »  : […] Les déesses des cultures néolithiques et des premières civilisations du Proche-Orient, de l'Iran et de l'Inde sont avant tout des divinités de la fertilité, en relation avec la terre, les eaux et la végétation. Leurs statues et leurs effigies illustrent leur consubstantialité avec la végétation, spécialement avec l'agriculture. En fin de compte, elles expriment l'inépuisable fécondité de la Terre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythologies-dieux-et-deesses/#i_5620

OURANIENS DIEUX

  • Écrit par 
  • Robert DAVREU
  •  • 848 mots

Par ouranien, on entend ce qui appartient au ciel, à la voûte céleste, en tant que région privilégiée, espace par excellence de la manifestation du sacré. Il se pourrait même que ce soit la contemplation du firmament qui ait primitivement éveillé chez les hommes le sentiment religieux de la transcendance, comme en témoigne la quasi-universalité des croyances en un Être divin céleste, créateur de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dieux-ouraniens/#i_5620

VIRGILE (70-19 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jacques PERRET
  •  • 4 784 mots

Dans le chapitre « Les « Géorgiques » et la doctrine du travail »  : […] Virgile n'a pas changé dans son jugement sur la société : la plus noble et la plus solide humanité n'est à chercher ni dans les écoles des philosophes ni parmi les importants de la ville, mais chez les cultivateurs et ceux qui honorent les dieux des champs. Encore – et ceci est nouveau –, le paysan est celui qui le plus adéquatement peut être pris comme représentatif de la vocation de l'homme ; n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virgile/#i_5620

Voir aussi

Pour citer l’article

Gilbert DURAND, « TERRE SYMBOLISME DE LA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-de-la-terre/