Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TERRE SYMBOLISME DE LA

L'homme étant un mammifère « terrestre », son champ sémantique se trouve avant tout axé sur la terre, et ses multiples aspects et intimations affectives. La terre apparaît donc bien, parmi les quatre éléments de la théorie classique, comme l'élément archétype des situations de l'homme, aussi bien que des projections antithétiques du désir humain. C'est pour cette raison que Bachelard met en garde notre imagination devant cet élément terrestre primordial qui risque, tant il s'intègre dans la familiarité de notre espèce, de « boucher » toute imagination par de brutes perceptions.

On constate, spécialement dans le contexte indo-européen, que le symbolisme de la terre, dans ses deux polarisations fondamentales nocturne (ou dionysiaque) et diurne (ou apollinienne), récapitule pour ainsi dire – du berceau à la tombe, de l'enfer à la pierre, clef de voûte du temple, de la glèbe informe au diamant taillé – toute la tradition perceptive comme tout le champ des désirs et des rêveries de l'animal terrestre qu'est l'homo sapiens. La terre est notre mère primordiale, mais elle est aussi dans ses transformations, de l'agriculture aux industries métallurgiques, le fils du génie humain, le fils que toutes les mythologies donnent à l'homme par le mystérieux accouplement avec la mère. Cette polarité incestueusement sacrée et androgyne de la terre comporte une leçon éthique : c'est que la terre monopolisée par une seule de ses valences structurales se pervertit. Perversion que la régression à un état de nature, à un paradis terrestre qui ne veut pas tenir compte de la condition laborieuse – donc mortelle et souffrante – de l'homme ; la terre qui ne serait rêvée que par l'imagination nocturne ne serait qu'un paralysant retour à l'impossible mère. Mais perversion aussi que la rêverie conquérante qui ne veut pas tenir compte des impératifs originels de l'homme terrestre, qui angélise – ou divinise – directement le labeur humain, surenchérit sur les cadences constructives et débouche finalement, non pas sur le Temple mais sur l'orgueilleuse tour de Babel. La terre, dans son aspect irréductiblement ambivalent, nous donne cette leçon d'équilibre, cette « voie du milieu » – ou cette « chambre du milieu » – où se situe la véritable « sagesse » de l'espèce.

Multiplicité des polarités symboliques

La tradition sémitique et chrétienne appelle le premier homme, l'homme primordial, Adam (de l'hébreu adamah, terre labourée), et le dit puisé du limon au nombril de la terre (sous le mont Sion à Jérusalem). La terre d'où est tiré Adam est donc par elle-même le symbole de toute la création. Aussi apparaît-elle comme une synthèse des différentes polarités symboliques : plat pays ou pays bas, mais aussi montagne qui touche au ciel et aux nuées, ou encore caverne profonde débouchant sur les eaux souterraines ou le feu volcanique ; glèbe et labours féconds mais aussi désert aride ou rocher abrupt, accueillant berceau où croît la végétation mais aussi ténébreuse tombe : « Terre promise » où coulent le « miel et le lait », et où tend l'exode mystique narré par la Bible, mais aussi terre morte, terre de l'Égypte, lieu de l'exil. Les adjectifs qui qualifient la terre dans la langue française indiquent cet impérialisme du symbole terrestre : géographique, souterrain, chthonien, volcanique, rocheux, minéral, arable, etc. Paul Diel (Le Symbolisme dans la mythologie grecque) a élaboré toute une anthropogéographie sur ces qualités polaires de la terre : la surface terrestre symbolisant la claire conscience, les profondeurs souterraines et chthoniennes renvoyant au subconscient, tandis que les escarpements, les montagnes, symbolisent le sur-conscient, le surmoi. Mais ces étapes ou, mieux, ces étages[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Allégorie de la Nature

Allégorie de la Nature

Autres références

  • ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et philosophie

    • Écrit par Daniel CHARLES
    • 5 459 mots
    ...grec à Heidegger, n'est-ce pas, en deçà de l'« ouverture d'un monde », le « repos sur le roc » qui fait « ressortir l'obscur de [ce] support brut » ? « La terre, dit Heidegger c'est, par essence, ce qui se ferme. » En opposition au monde, la terre est le lieu secret « où l'épanouissement de tout ce qui...
  • CHINOISE (CIVILISATION) - Symbolisme traditionnel et religions populaires

    • Écrit par Maxime KALTENMARK, Michel SOYMIÉ
    • 7 060 mots
    • 2 médias
    Le Ciel, conçu tantôt comme une sphère, tantôt comme un dais de char, est rond par essence, tandis que la Terre qu'il recouvre est carrée. Des colonnes ou des montagnes, situées au pourtour de l'univers, sont tout à la fois des supports du Ciel et des voies qui y accèdent. Ciel et Terre sont les deux...
  • DIVINATION

    • Écrit par René ALLEAU
    • 6 945 mots
    ...seize, trente-deux, soixante-quatre) semblent plus anciennes que celles qui se rapportent à une progression de trois (six, douze, vingt-quatre). Les unes, selon le symbolisme traditionnel, se réfèrent au carré ou à la Terre ; les autres, au cercle ou au Ciel. La géomancie, comme la divination chinoise par...
  • ÉLÉMENTS THÉORIES DES

    • Écrit par René ALLEAU
    • 8 197 mots
    ...immense dont il suivait toutes les irrégularités. Aristote ne semble plus avoir compris ce souvenir d'une science perdue : « Les Anciens, écrit-il dans sa Métaphysique, disaient que laTerre est entourée d'eau, qu'elle est une île, et qu'elle penche, tantôt d'un côté, tantôt d'un autre. »
  • Afficher les 11 références

Voir aussi