SUPERCONTINENTS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La dérive des continents est la manifestation de la dynamique interne de la Terre. Les mouvements de la croûte sont l’expression en surface de la convection du magma du manteau terrestre : les roches profondes se déforment à la manière d’un fluide très visqueux pour transporter la chaleur interne vers la surface. Les déplacements crustaux sont très importants et observables. Alfred Wegener proposa entre 1912 et 1915 que, à l’origine, les continents avaient été réunis pour n’en former qu’un seul. Il l’appela tout d’abord Urkontinent, qui signifie supercontinent, avant de le dénommer Pangaea , « toutes les terres », qui deviendra ensuite Pangée. Les géologues ont alors été en quête d’autres supercontinents dans les temps géologiques plus reculés. D’anciens continents massifs sont communément appelés supercontinents, comme le Gondwana qui a regroupé entre 600 et 160 millions d’années (Ma) l’Afrique australe, une partie de Madagascar, l’Inde, les Seychelles, l’Australie, l’est de l’Antarctique et une partie de l’Amérique du Sud. Mais, stricto sensu, on considère qu’un supercontinent est l’accrétion d’au moins 75 p. 100 des masses continentales terrestres en présence.

Modélisation de la convection mantellique avec la dérive des continents

Modélisation de la convection mantellique avec la dérive des continents

Photographie

Instantané produit par une modélisation de la convection thermique avec des continents. La couleur en surface représente la résistance des roches : bleu pour résistant (continents) et rouge pour peu résistant (équivalent de limites de plaques). La couleur en profondeur correspond à la... 

Crédits : L. Bello

Afficher

Identifier d’éventuels supercontinents anciens est une gageure : il faut démontrer la connexion entre des masses continentales aujourd’hui déplacées et transformées. Le paléomagnétisme permet parfois de retrouver la position géographique de roches aimantées et donc de reconstruire les mouvements de blocs continentaux. Mais c’est surtout à partir de compilations d’âges de roches que ce travail est réalisé. En effet, lors de la formation d’un supercontinent à partir de plus petits blocs, les collisions génèrent des chaînes de montagnes, et par conséquent des roches métamorphiques et magmatiques. Par exemple, la formation de la Pangée a produit la chaîne varisque, dite aussi hercynienne, qui inclue la Bohême, l’Oural, les Vosges, le Massif central, les Mauritani [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur des Universités, laboratoire de géologie de Lyon Terre, planètes, environnement à l'École normale supérieure de Lyon

Classification


Autres références

«  SUPERCONTINENTS  » est également traité dans :

DÔME DE THARSIS, Mars

  • Écrit par 
  • Gabriel TOBIE
  •  • 1 679 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Impact de la formation du dôme de Tharsis sur l’évolution géologique de Mars  »  : […] La formation du dôme de Tharsis a vraisemblablement débuté il y a plus de 3,7 milliards d’années, durant le Noachien (plus ancienne époque géologique martienne), et s’est poursuivie pendant plusieurs centaines de millions d’années, au cours de l’Hespérien, jusqu’à former un plateau de plus de 5 500 kilomètres de diamètre pour un volume de laves d’environ 300 millions de kilomètres cubes, ce qui co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dome-de-tharsis-mars/#i_56189

MADAGASCAR, géologie

  • Écrit par 
  • Philippe GONCALVES, 
  • Christian NICOLLET
  •  • 5 009 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La consolidation du Rodinia »  : […] Le Rodinia, qui signifie « terre mère » en russe, est un supercontinent constitué de la plupart des masses continentales de cette époque et dont la formation s'est achevée à la fin du Mésoprotérozoïque à environ 1,0-0,9 Ga. La localisation de Madagascar dans le Rodinia varie selon l'hypothèse retenue concernant la paléogéographie au cours du Mésoprotérozoïque puisque les cratons du Congo et du D […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/madagascar-geologie/#i_56189

PALÉOGÉOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 4 974 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Des configurations passées au monde actuel »  : […] Au cours de l’histoire de la Terre, les masses continentales se sont plusieurs fois réunies pour former des supercontinents. Ces derniers rassemblaient toutes les étendues continentales, ou presque. Les supercontinents ainsi formés se sont ensuite fragmentés, donnant naissance à plusieurs nouveaux continents. Les trois derniers supercontinents, les mieux connus, sont la Rodinia, qui a existé entre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleogeographie/#i_56189

PALÉOMAGNÉTISME

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre VALET
  •  • 5 029 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La dérive des continents »  : […] Si les continents ont subi une dérive au cours du temps, les positions successives des pôles vont tracer une courbe appelée courbe de dérive apparente du pôle . Les paléomagnéticiens ont rapidement remarqué que les formations récentes du Quaternaire et du Tertiaire présentaient un pôle magnétique effectivement confondu avec le pôle géographique. En revanche, pour les époques plus reculées (antér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleomagnetisme/#i_56189

PALÉOZOÏQUE ou ÈRE PRIMAIRE

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK
  •  • 10 606 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre «  Cadre paléogéographique et géodynamique »  : […] Le cadre paléocontinental global du Paléozoïque est totalement différent de l'actuel ; parti d'un supercontinent fini-protérozoïque, la Pannotia, il évolue vers un autre supercontinent unique à la fin du Permien, la Pangée. Au début du Paléozoïque, un supercontinent austral nommé Gondwana faisait face à un ensemble de continents « septentrionaux » séparés – les blocs Baltica (Europe du Nord), Sib […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleozoique-ere-primaire/#i_56189

TECTONIQUE ET CLIMAT

  • Écrit par 
  • Robin LACASSIN
  •  • 1 203 mots
  •  • 2 médias

Les périodes de création de grandes chaînes de montagnes et hauts plateaux de notre planète comme l’Himalaya-Tibet ou les Andes-Altiplano seraient-elles responsables des changements climatiques de la Terre ? Ou est-ce précisément l’inverse ? Les grands changements climatiques seraient-ils la cause, et non la conséquence, de ces grandes orogenèses ? Sur le très long terme, la tectonique des plaques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tectonique-et-climat/#i_56189

TERRE BOULE DE NEIGE HYPOTHÈSE DE LA

  • Écrit par 
  • Françoise DREYER
  •  • 7 133 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « De l’hypothèse à la théorie de la Terre « boule de neige » »  : […] L’hypothèse de Kirschvink formulée en deux pages dans un ouvrage de plus de mille n’eut guère d’écho au sein d’une communauté scientifique très dubitative. Les observations s’accumulent, mais ne prennent vraiment sens que lorsque Paul Hoffman, en 1998, en fait la synthèse et retient parmi les scénarios possibles celui qui, à son avis, explique le mieux l’ensemble des observa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypothese-de-la-terre-boule-de-neige/#i_56189

Pour citer l’article

Nicolas COLTICE, « SUPERCONTINENTS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/supercontinents/