WESTMINSTER STATUT DE (1931)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Véritable constitution adoptée par le Parlement britannique en 1931 pour définir les rapports entre le Royaume-Uni et les dominions, l'originalité du statut de Westminster, en dehors de ses dispositions fondamentales, est de soumettre son entrée en vigueur à la ratification de chacun des États concernés. Il consacre la naissance d'un « Commonwealth britannique des nations ». Celui-ci associe la métropole et des « nations sœurs » : le Canada, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, l'Union sud-africaine, Terre-Neuve, l'État libre irlandais (Irlande du Sud), tous territoires de peuplement blanc, presque toujours anglo-saxon, prééminent par le nombre ou le statut. Ces nations sont dotées de la pleine souveraineté intérieure et extérieure, mais « constituent [...] égales en statut, en aucun point subordonnées l'une à une autre... » des communautés « unies par une commune allégeance à la Couronne et associées dans le Commonwealth ». Comprenant un long préambule et douze articles, le statut s'intitule « loi pour donner effet à certaines résolutions adoptées par les conférences impériales dans les années 1926 et 1930 ».

Cette mention chronologique est incomplète. En 1926, la conférence des Premiers ministres dite impériale avait adopté les termes d'un rapport préparé par la commission Balfour et qui exposait pour la première fois la situation des dominions et de la métropole dans leurs rapports respectifs. En 1930, on avait adopté un certain nombre de dispositions pratiques, mais également précisé des garanties variées : la nomination des gouverneurs généraux représentant le souverain britannique après avis direct des gouvernements des dominions, la garantie des constitutions du Canada, de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande, en particulier dans les droits de leurs parties fédérées (le Canada a « rapatrié » sa constitution en avril 1982).

Stanley Baldwin

Photographie : Stanley Baldwin

Les Premiers ministres des dominions se réunissent au 10, Downing Street, la résidence du Premier ministre britannique Stanley Baldwin (1867-1947), quatrième à partir de la gauche, en 1926. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

En fait, le statut de Westminster est l'aboutissement d'un processus de très longue durée. Il a supposé la définition préalable de territoires de self-government : le Canada, le premier, a reçu, en 1867, le statut de dominion, suivi au tout début du xxe siècle par les autres ; c'est en 1887 que siège pour la première fois une « conférence coloniale » des Premiers ministres des territoires déjà avancés et en 1907 que la conférence coloniale adopte la dénomination d'« impériale » et décide une périodicité de quatre années : dans la fiction relative d'une conférence d'égaux, elle doit pourtant concéder que le Premier ministre du Royaume-Uni sera « plus égal » que les autres et président de droit des conférences. En 1911, un Comité de défense impérial est créé.

Surtout, une idéologie nouvelle sous-tend l'évolution. Les « impérialistes », animés en particulier entre 1895 et 1905 par Joseph Chamberlain, rêvent d'une grande association des peuples de l'Empire et de voir la métropole, « Titan fatigué », partager avec les dominions le fardeau de sa défense. En 1905, Richard Jebb a publié ses Études sur le nationalisme colonial et préconisé l'interdépendance des nations blanches de l'Empire. En 1911, Lionel Curtis a fondé la revue et le mouvement de la Table ronde et préconisé une association de « nations sœurs ». Il enfonce le clou en 1916 dans Le Problème du Commonwealth et obtient l'adhésion enthousiaste de lord Milner et du général Smuts.

Dans la Grande Guerre, pourtant engagée sans avis préalable des dominions, ceux-ci jouent un rôle majeur, mais acquièrent aussi davantage une conscience nationale et revendiquent leur droit d'être associés au règlement de la paix. Ils siègent à Versailles dans une délégation britannique et se voient reconnaître le droit de siéger à la S.D.N. et, dans le cas de l'Australie et de l'Afrique du Sud, de détenir des territoires sous mandat. La souveraineté externe était conquise avant même d'être entérinée par la loi de 1931.

Le statut de Westminster se présente ainsi comme la consécration d'un état de fait davantage que comme une source d'innovations. On lui reconnaît la portée d'avoir donné à la Couronne un relief nouveau en lui confiant le seul lien visible de la coopération des États membres. Qualifié de « britannique », le Commonwealth demeurait théoriquement ouvert à [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Stanley Baldwin

Stanley Baldwin
Crédits : Hulton Getty

photographie

Indépendance de l'Inde et du Pakistan, 1947

Indépendance de l'Inde et du Pakistan, 1947
Crédits : The Image Bank

vidéo

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  WESTMINSTER STATUT DE (1931)  » est également traité dans :

AMÉRIQUE DU NORD BRITANNIQUE ACTE DE L'

  • Écrit par 
  • Roland MARX, 
  • Maurice OLLIVIER
  •  • 3 445 mots

Dans le chapitre « Une constitution écrite et non écrite »  : […] L' Acte de l'Amérique du Nord britannique, passé en 1867 par le Parlement du Royaume-Uni, constitue la plus importante partie de la Constitution écrite du Canada. De nombreux amendements à cette loi ont été apportés par Westminster depuis et font également partie de la Constitution écrite du Canada. Il faut y ajouter l'important Statut de Westminster de 1931, qui a reconnu la souveraineté extérie […] Lire la suite

DOMINION

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 959 mots

Le terme de dominion, au contenu juridique vague à dessein, est né en 1867 à l'occasion de la fondation de la Fédération canadienne et de la dévolution à son gouvernement central de la souveraineté interne. Il n'entre dans la titulature royale qu'en 1901, à l'avènement d'Édouard VII, et s'applique encore à toutes les parties de l'empire, l'Inde exceptée. Progressivement, il a été réservé aux terri […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - L'empire britannique

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 21 754 mots
  •  • 46 médias

Dans le chapitre «  Le passage à un troisième empire »  : […] En 1931, le statut de Westminster dote l'empire britannique d'une sorte de constitution nouvelle. Il définit un Commonwealth « britannique » des nations qui réunit, « dans une commune allégeance à la Couronne », et sans aucun lien de subordination les unes par rapport aux autres, des nations qui, en théorie, sont « sœurs » par la culture : le Royaume-Uni, l'État libre d'Irlande, né en 1922, le Ca […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland MARX, « WESTMINSTER STATUT DE (1931) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/statut-de-westminster/