CHAMBERLAIN JOSEPH (1836-1914)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Londres, devenu industriel à Birmingham, unitarien tôt tourné vers les questions sociales et en particulier éducatives, Joseph Chamberlain entre dans la vie publique à partir de 1873. Il va être successivement le fondateur du socialisme municipal, l'intransigeant nationaliste hostile à toute sécession irlandaise, l'apôtre du néo-impérialisme et d'un nouveau cours de la politique étrangère, l'incarnation des idées protectionnistes. Sa réussite à Birmingham, dont il est maire de 1873 à 1876 et où, tout en favorisant la scolarisation du grand nombre, il pousse à la municipalisation du gaz et des eaux, à la construction de logements décents pour les classes pauvres, à la diffusion d'une culture populaire, le fait connaître sur le plan national. Ayant ainsi marqué sa vocation de libéral « radical », il entre au Parlement et devient l'un des plus efficaces adjoints de William Gladstone. En avril 1880, il reçoit son premier poste ministériel, celui du Commerce ; il le retrouvera pour trois mois dans le cabinet Gladstone de 1886. À cette date, il rompt avec son chef de parti, lui reprochant l'insuffisance de ses réformes sociales, la timidité de sa politique étrangère, et surtout le projet de Home Rule pour l'Irlande. Chamberlain prend la tête d'une fraction « unioniste » du parti libéral et s'allie aux conservateurs pour mettre en échec le projet de loi. La rupture sera progressivement consacrée et l'alliance avec les Tories deviendra effective et définitive à partir de 1892. Ces années sont aussi celles où Chamberlain se convertit plus profondément à l'impérialisme et fait du développement de l'Empire la chance de la grandeur future de sa patrie ; subissant l'influence de milieux colonialistes et de Cecil Rhodes, il n'est pas resté insensible à certaines thèses racistes. En 1895, il devient ministre des Colonies dans le gouvernement conservateur de lord Salisbury et peut défendre ses vues ; il encourage plus ou moins secrètement toutes les tentatives contre les États boers et peut être [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  CHAMBERLAIN JOSEPH (1836-1914)  » est également traité dans :

COLONIALISME & ANTICOLONIALISME

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 6 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les doctrines impérialistes de la colonisation »  : […] Un tournant est pris vers 1873. La dépression économique l'explique dans une certaine mesure. Mais il a des causes plus profondes, car il correspond à une transformation dans la nature des échanges internationaux et dans la structure du capitalisme. Un nouveau colonialisme apparaît, plus systématique, qui met en avant la notion d'Empire. À la fin du xix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colonialisme-et-anticolonialisme/#i_14281

KRUGER PAUL (1825-1904)

  • Écrit par 
  • Daniel Wilhelmus KRUGER
  • , Universalis
  •  • 838 mots

Homme d'État sud-africain né le 10 octobre 1825 dans le district de Cradock (colonie du Cap), mort le 14 juillet 1904 à Clarens (Suisse). À dix ans, Stephanus Johannes Paulus Kruger et ses parents, agriculteurs d'origine allemande établis dans la colonie du Cap, prennent part au Grand Trek. Fuyant l'autorité britannique, ils migrent vers le nord avec de nombreux colons boers, affrontant au pass […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-kruger/#i_14281

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 250 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre « Les difficultés politiques »  : […] Les grands problèmes qui divisent l'opinion et le Parlement ont varié. Au départ, on peut en recenser trois à l'intérieur : la politique économique, la réforme sociale et la question de la démocratisation. La première est surtout celle du choix du système douanier : aux protectionnistes invétérés, soutenus par les « intérêts fonciers », s'opposent les libre-échangistes de l'école de Manchester, d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-histoire/#i_14281

ROYAUME-UNI - L'empire britannique

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 21 734 mots
  •  • 46 médias

Dans le chapitre « Les fondements idéologiques »  : […] Les racines des thèses impérialistes sont variées. L'élite du pays est nourrie de culture classique et se réfère volontiers aux grands empires de l'Antiquité, prenant pour modèle tour à tour ou simultanément Rome et Athènes. Venise, à l'époque médiévale et moderne, prend parfois le relais. Mais le vieux bagage de références s'accroît de thèses « scientifiques » inspirées de Charles Darwin et du d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-l-empire-britannique/#i_14281

VICTORIENNE ÉPOQUE

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT, 
  • Roland MARX
  •  • 10 869 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le déchaînement impérialiste »  : […] On ne saurait minimiser la part jouée par le développement d'un impérialisme de masse dans une harmonie naissante de la société. Les réalités du monde de la concurrence apportent de l'eau au moulin de ceux qui, à l'instar de Charles Dilke dès les années 1860, rêvent d'une « plus Grande-Bretagne ». Les « impérialistes de la chaire », les historiens J. A. Froude et J. Seeley, entraînent dans leur s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epoque-victorienne/#i_14281

Pour citer l’article

Roland MARX, « CHAMBERLAIN JOSEPH - (1836-1914) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-chamberlain/