ROYAUME-UNIL'empire britannique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du xvie siècle des Tudors aux années 1960, l'Angleterre s'identifie avec le « grand large ». « Rocher » à la pointe du continent européen, elle a étendu sa domination sur des territoires de plus en plus vastes, au point que son empire a représenté, au début du xxe siècle, le quart des terres émergées et une proportion similaire de l'espèce humaine. Lorsqu'elle se détermine, à partir de 1961, à privilégier son identité continentale et se persuade de chercher à nouer sa destinée à celle des partenaires de la Communauté économique européenne, elle ne se résigne pas pour autant à rompre totalement avec un passé qui continue de lui inspirer orgueil et nostalgie : au début du xxie siècle, un Commonwealth de cinquante-trois nations associées sous l'égide du souverain britannique rappelle et proroge l'existence d'un ensemble qui n'a jamais connu son pareil.

Commonwealth

Dessin : Commonwealth

Afrique du Sud, Antigua-et-Barbuda, Australie, Bahamas, Bangladesh, Barbade, Belize, Botswana, Brunei, Cameroun, Canada, Chypre, Dominique, Eswatini, Fidji (suspendu en décembre 2009), Gambie, Ghana, Grenade, Guyana, Inde, Jamaïque, Kenya, Kiribati, Lesotho, Malaisie, Malawi, Malte, Maurice,... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

De cet ensemble, le géographe Albert Demangeon, en 1924, retenait deux définitions essentielles : l'hétérogénéité et l'ubiquité. « Les communautés d'hommes qui le constituent, éloignées les unes des autres, manquent de continuité territoriale ; toute fusion entre [elles] paraît impossible. » Mais il relevait aussitôt que, contre la distance, il y avait la mer, qui, à condition d'être « libre », unissait les zones tempérées et tropicales en une imposante «  thalassocratie ». L'empire britannique, à l'opposé d'autres grandes constructions historiques, a, dès le départ, été un empire des mers. Britannia, qui le symbolise, porte le trident de Neptune ; Oceana est le nom de baptême que lui offrent James Harrington en 1656, comme James Anthony Froude deux cent trente ans après. L'aventure impériale est inséparable de la conquête de la domination maritime, car, comme le dit très tôt Walter Raleigh, « qui tient la mer tient le monde ».

Avant que les mappemondes de l'époque victorienne se teintent résolument du rouge qui définit les possessions britanniques, comme le rose définit les françaises, l'expansion n'a pas été commandée par un grand dessein. Les termes d'impérialisme et d'impérialistes ne deviennent courants qu'au cours des deux dernières décennies du xixe siècle, quand le Français Victor Bérard s'efforce en vain de suggérer le terme de « panbritannisme » (1900). Les passions populaires s'éveillent tout aussi tardivement, même si, dès 1850, un Palmerston s'exaltait déjà à la vision du « nouvel Empire romain, sur lequel le soleil ne se couche jamais » et qui serait le champ de parcours d'un nouveau civis romanus, baptisé britannicus. Sauf dans le cas de l'Amérique du Nord, propice aux établissements de colons venus de la zone tempérée européenne, l'empire a longtemps été une entreprise commerciale et, accessoirement, pour les esprits religieux, l'occasion de diffuser la parole du Christ et de permettre aux Anglais, « nouvel Israël », de rapprocher l'avènement du royaume de Dieu. Ces desseins pouvaient s'accomplir en dehors d'une mainmise politique totale et la révolution américaine de 1776 a d'ailleurs convaincu bien des esprits que le fruit colonial était, de toute manière, destiné tôt ou tard à tomber de l'arbre métropolitain. Étrangement, entre le temps des compagnies et des comptoirs et les premières décennies de l'âge victorien, vers 1840-1870, on retrouve l'expression d'un même doute : pourquoi entreprendre des travaux coûteux et consacrer des sommes considérables à des dépenses militaires et navales là où les échanges s'opèrent sans difficulté et procurent toutes satisfactions et tous profits ? Évoquer l'histoire de l'empire, c'est ainsi ne pas être indifférent à ce qu'on appelle l'« empire informel », ou les « colonies sans drapeau », l'ensemble des États et nations-clients dans toutes les acceptions du terme : à l'époque victorienne, l'Amérique latine et même, selon certains auteurs quelque peu excessifs, les États du sud des États-Unis, vendeurs de matières premières, acquéreurs de produits finis.

Construction progressive, menée avec un empirisme constant, l'empire britannique présente quelques traits qui le différencient de ses rivaux. Il associe des lieux de peuplement et des zones d'exploitation. Aux candidats à l'émigration vers des terres vierges, des eldorados ou supposés tels, des lieux de réelle liberté politique et surtout religieuse, il a apporté une réponse dès la fin du xvie siècle et, surtout, à partir du xviie, essentiellement en Amérique du Nord avant que la fin du xviiie siècle ouvre la voie des nouvelles colonies australiennes, que le xixe leur associe les colonies sud-africaines et néo-zélandaises ; ailleurs, en particulier dans les régions tropicales déjà très peuplées, on a exporté surtout des commerçants, des planteurs, des techniciens, des « cadres » et des soldats, sans oublier des éducateurs, des médecins, des missionnaires. Cette dichotomie originelle a eu des conséquences jusqu'à l'époque contemporaine, lors de l'édification du premier Commonwealth « britannique » des nations ou lorsque les années 1960 ouvrent l'ère des discriminations dans l'immigration de citoyens « du Commonwealth » au Royaume-Uni. En outre, l'empire britannique sans ignorer zones incultes et désertiques, contraste avec l'empire français par l'étendue remarquable des zones fertiles ou riches en produits minéraux. Il a été longtemps marqué par une complémentarité économique « naturelle » entre la métropole, productrice de biens industriels et dont la flotte de commerce, « roulier des mers », garantissait la capacité d'assurer les échanges internes, et des colonies surtout tournées, par vocation ou contrainte, vers le secteur primaire et exportatrices d'aliments et de matières premières indispensables à la Grande-Bretagne. D'où des solidarités qui, avant d'être significativement érodées après 1950, ont pu un temps inspirer la vision d'un avenir commun au sein d'une véritable « forteresse impériale ».

Conquis par les armes ou occupé sans coup férir, l'Empire a été associé au destin britannique : il a reçu du Royaume-Uni, au moins jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, la promesse d'une protection efficace contre les menaces extérieures en même temps que de l'éventuelle répression des troubles internes ; il a été un espace de paix. En retour, dans le siècle de guerre totale qu'est le xxe siècle, il a apporté ses hommes, sa richesse, sa contribution financière à un effort de guerre commun qui a contribué à créer une durable « fraternité d'armes » et a parfois aidé à cimenter sentimentalement des groupes humains par ailleurs éloignés ou opposés. Soucieux de ne pas s'épuiser dans l'entretien d'administrations ou de forces de sécurité nombreuses, les Anglais, à toutes les époques, ont cherché, chaque fois que cela leur a semblé possible, à conférer des libertés locales, à aller vers des autonomies plus ou moins é [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 33 pages

Médias de l’article

Commonwealth

Commonwealth
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

La morale puritaine

La morale puritaine
Crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

photographie

William Penn

William Penn
Crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

photographie

Afficher les 46 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  ROYAUME-UNI  » est également traité dans :

ROYAUME-UNI - Géologie des îles Britanniques

  • Écrit par 
  • Frederick Wiar DUNNING
  •  • 4 171 mots
  •  • 1 média

Les îles Britanniques sont constituées de roches dont l'âge s'échelonne du Précambrien ancien (le plus ancien identifié à ce jour en Europe occidentale) jusqu'au Néogène récent et au Quaternaire. Cette succession comporte peu de lacunes : les sédiments de l'époque miocène, bien que largement développés dans les fonds sous-marins adjacents, manquent sur la terre ferme ; dans le Précambrien moyen d' […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Frédéric RICHARD
  •  • 15 006 mots
  •  • 17 médias

La Grande-Bretagne et l'Irlande du Nord constituent le Royaume-Uni, qui s'étend sur 244 030 km2 et abrite, selon les estimations de 2011, 62,6 millions d'habitants. La Grande-Bretagne est elle-même formée de l'Angleterre, du pays de Galles et de l'Écosse, tandis que l' […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 828 mots
  •  • 67 médias

L'espace géographique britannique n'a pas coïncidé, pendant longtemps, avec une réalité politique. Seuls l'Angleterre et le pays de Galles réalisèrent leur unité au cours du Moyen Âge (bien que l'intégration totale soit le fait de Henri VIII Tudor) ; l'Écosse ne fut unie à sa voisine du Sud, au x […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Le système politique

  • Écrit par 
  • Jacques LERUEZ
  •  • 11 105 mots
  •  • 4 médias

Beaucoup de bons esprits, en France, estimaient autrefois que le Royaume-Uni « n'avait pas de Constitution ». Ce n'était pas faux en ce sens qu'il n'y a pas de texte fondamental unique décrivant en détail les institutions politiques et la façon dont elles fonctionnent. Il existe néanmoins un cadre constitutionnel général qu'on appelle le « modèle de Wes […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - La société britannique contemporaine

  • Écrit par 
  • Jacques LERUEZ
  •  • 7 542 mots
  •  • 5 médias

Depuis 1945 et les grandes réformes socio-économiques d'après-guerre, la société britannique n'a cessé d'évoluer à vive allure. On peut distinguer dans cette époque contemporaine deux grandes périodes à peu près égales mais contrastées. La première, avec l'épanouissement de l'État-providence (Welfare State), correspond à une évolution vers plus d'égalité et à un gommage des dif […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Économie

  • Écrit par 
  • Emmanuel HACHE
  •  • 7 982 mots
  •  • 2 médias

Le Royaume-Uni est l'un des rares pays de l'OCDE, avec les États-Unis et le Canada, à bénéficier de ressources énergétiques importantes, ressources sur lesquelles il a pu fonder son développement et sa puissance industrielle. Le charbon au xixe siècle, l'énergie nucléaire dans les années 1950, le pétrole et le gaz dès 1975 lui ont longtemps donné l'im […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3-5 décembre 1991 Royaume-Uni. Effondrement du groupe Maxwell après la mort de son fondateur

Le 3, Kevin et Ian Maxwell démissionnent de leur fonction respective de président de Maxwell Communications Corporation (M.C.C.) et de Mirror Group Newspaper (M.G.N.), les deux principales composantes de l'empire de presse international fondé par leur père Robert, mystérieusement mort en mer, le 5 novembre, au cours d'une croisière au large des îles […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland MARX, « ROYAUME-UNI - L'empire britannique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-l-empire-britannique/