SPINELLES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Classification des spinelles

Classification des spinelles
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Structure du spinelle MgAl2O4

Structure du spinelle MgAl2O4
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Magnétite

Magnétite
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Titanomagnétites

Titanomagnétites
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Tous les médias


Les spinelles ferrifères

Magnétite

La magnétite Fe2+Fe23+O4 a une structure du type « spinelle inverse » avec un paramètre a = 0,839 nm ; sa formule structurale s'écrit donc, d'après la convention définie plus haut : Fe3+(Fe2+ ( Fe3+)O4.

Magnétite

Magnétite

Photographie

La magnétite, un oxyde de fer, cristallise dans les roches magmatiques basiques et ultrabasiques. Cet échantillon montre des cristaux caractéristiques octaédriques, aux faces striées, de couleur gris fer à noir. Le magnétisme de la magnétite, dû aux atomes de fer qu'elle contient, est... 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Les moments magnétiques des ions Fe3+ et Fe2+ sont respectivement 5 et 4 magnétons de Bohr. Tous les moments en site tétraédrique sont parallèles entre eux, ceux en site octédrique de même, et les études de diffraction neutronique ont montré que les moments magnétiques de cations en site tétraédrique et en site octaédrique sont antiparallèles suivant [111]. Autrement dit, le réseau des ions magnétogènes est subdivisé en deux sous-réseaux, aimantés en sens inverse, ceci confirme le travail de Néel en 1948. Si les moments étaient égaux dans les deux sous-réseaux, le moment résultant serait nul, et l'on aurait une substance antiferromagnétique. Dans le cas de la magnétite, le moment résultant est : →5 (←4 ( ←5) = 4 magnétons de Bohr, correspondant à une aimantation à saturation de 93 u.é.m. C.G.S. ; c'est un ferrimagnétique typique dans le sens de L. Néel. La température de Curie est de 578 0C, elle correspond au passage de l'ordre ferrimagnétique, à longue distance et température faible, au désordre quand la température augmente. Ce sont les deux propriétés fondamentales de cette espèce du point de vue magnétique.

À l'état naturel, la magnétite pure est assez rare ; plus généralement, on rencontre des magnétites substituées (des ions Fe2+ peuvent être remplacés par des ions Mg2+, des ions Fe3+ par Al3+ et Cr3+) et des solutions solides entre la magnétite et l'ulvöspinelle (titanomagnétites), la magnétite et la maghémite (titanomaghémites), la magnétite et la hausmannite. Les cristaux courants (cf. minéralogie, pl. III) sont de faciès octaédriques {111}, mais, le plus souvent, la magnétite se présente en masses granulaires d'un noir de fer avec éclat submétallique, de densité 5,2 et de dureté 5.

C'est un élément ubiquiste des roches ignées et métamorphiques. Dans les gîtes métallifères, elle existe en concentrations importantes dans les s [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  SPINELLES  » est également traité dans :

COULEUR DES MINÉRAUX

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 3 539 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Quelques exemples »  : […] Voyons maintenant quelques exemples qui montrent l'importance des impuretés. Commençons par le diamant, une des gemmes les plus prestigieuses, qui est du carbone pur. En l'absence d'atomes étrangers, il est incolore. La présence de bore, à la concentration de quelques millionièmes, lui confère une délicate teinte bleue qui peut aller jusqu'au bleu-noir pour des concentrations de l'ordre du millièm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/couleur-des-mineraux/#i_14464

EXTINCTIONS BIOLOGIQUES

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT, 
  • Valérie CHANSIGAUD
  •  • 8 278 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une collision cosmique »  : […] En 1980, par un article resté célèbre, publié dans Science , Luis Alvarez et ses collaborateurs annonçaient la découverte dans les strates sédimentaires, à la limite Crétacé-Tertiaire, d'un enrichissement notable en iridium, qu'ils interprétaient comme la conséquence de la collision d'une énorme météorite avec la Terre. Le cataclysme provoqué par cet impact aurait été la caus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/extinctions-biologiques/#i_14464

GEMMES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul POIROT, 
  • Henri-Jean SCHUBNEL
  •  • 6 256 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Spinelle, chrysobéryl et hématite »  : […] Le spinelle, oxyde de magnésium et d'aluminium, est de couleurs très variées : rouge (de toute intensité), violacé, orangé, bleu, brun. La variété rose-rouge était très employée au Moyen Âge. C'est un minéral de haute température, typique du métamorphisme de contact. Les meilleures pierres proviennent de Sri Lanka et de Birmanie. Le chrysobéryl, oxyde de béryllium et d'aluminium, en général vert-j […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gemmes/#i_14464

MAGNÉTISME

  • Écrit par 
  • Damien GIGNOUX, 
  • Étienne de LACHEISSERIE, 
  • Louis NÉEL
  •  • 15 766 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Ferrimagnétisme »  : […] Lorsque les atomes magnétiques, qui peuvent être de nature différente, sont situés sur des sites cristallographiques distincts, ils sont soumis à des champs moléculaires différents. On est ainsi conduit à diviser le réseau cristallin en sous-réseaux A, B, C, ..., d'aimantation partielle M A , M B , M C , ..., correspondant chacun à des sites identiques et soumis à des champs moléculaires H A , H B […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetisme/#i_14464

MAGNÉTITE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 1 152 mots
  •  • 1 média

Oxyde de fer, la magnétite (du grec magnès , aimant) doit son nom à sa principale caractéristique : c'est un aimant naturel. La forme de ses cristaux permet également de la distinguer aisément, ceux-ci se présentant généralement en octaèdres, en dodécaèdres ou en rhomboèdres parfaits, dérivant d'un habitus cubique sous lequel on rencontre rarement cette espèce minérale. Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetite/#i_14464

OXYDES ET HYDROXYDES NATURELS

  • Écrit par 
  • Joseph BOLFA
  •  • 4 165 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Groupe des spinelles »  : […] Le groupe des spinelles est composé d'oxydes doubles répondant à la formule générale MO. M′ 2 O 3 ou MM′ 2 O 4 . Le métal bivalent M peut être Mg 2+ , Fe 2+ , Zn 2+ , Mn 2+ , et le métal trivalent M′ peut être Al 3+ , Fe 3+ , Mn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oxydes-et-hydroxydes-naturels/#i_14464

RUBIS

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 1 226 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les confusions possibles et les imitations »  : […] Le rubis peut être confondu avec le spinelle (Mg [Al 2 O 4 ]), qui arbore une couleur et une dureté (8) voisines. Beaucoup de joyaux des royaumes d'Europe sont en fait des spinelles que l'on a longtemps considérés comme des rubis. C'est le cas d'un gros spinelle brut dit Côte de Bretagne, acheté par Louis XIV pour un rubis, qui fut ensuite taillé en dragon par Jacques Guay à la demande de Louis XV […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rubis/#i_14464

Voir aussi

Pour citer l’article

Joseph BOLFA, « SPINELLES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/spinelles/