LIMONITE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La limonite est non pas un minéral mais un ensemble d'oxydes et d'hydroxydes de fer divers et d'argiles. Les principaux composants sont la goethite et, en moindre teneur, la lépidocrocite. La limonite se présente en masses compactes poreuses, terreuses ou pulvérulentes, et elle colore les sols en brun ou jaunâtre à température ambiante ; avec une légère augmentation de la température, les sols deviennent rouges. Elle colore aussi naturellement les agates et dessine de jolies dendrites sur les plans de fracture des roches sédimentaires. La limonite se présente aussi en concrétions sphériques (oolithes et pisolites), en encroûtements ou en rognons mamelonnés à la surface noire et luisante. Elle peut pseudomorphoser des fossiles, comme les ammonites, en se substituant à d'autres minéraux de fer tels que la pyrite.

La limonite, qui répond en fait à la définition d'une roche puisqu'elle est formée d'une association de minéraux, dépend de deux types de genèse : une origine sédimentaire biochimique et une formation par altération d'autres minéraux de fer préexistants.

Roche sédimentaire, la limonite apparaît par précipitation du fer ferrique (Fe3+) à partir d'eaux acides riches en matière organique et en clastes. Ainsi, les oolithes (de 0,5 à 1 mm de diamètre) ou les pisolites (de diamètre supérieur à 2 mm) de limonite se forment dans des marais ou des zones lacustres (de profondeur comprise entre 0 et 12 m), où le fer en suspension précipite en minces couches concentriques autour d'un noyau (claste) sous l'action de bactéries spécifiques – la limonite est aussi appelée « fer des marais ». Ce processus a donné, par exemple, le minerai de fer de Lorraine (la minette) d'âge aalénien (environ — 180 millions d'années).

La limonite résulte aussi de l'altération de gisements métallifères sulfurés, dits « chapeaux oxydés ». Ces formations résultent de la dissolution des sulfates et des carbonates dans la zone comprise entre la surface et le niveau hydrostati [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur en sciences de la Terre, concepteur de la collection La Science au présent à la demande et sous la direction d'Encyclopædia Universalis, rédacteur en chef de 1997 à 2015

Classification


Autres références

«  LIMONITE  » est également traité dans :

CHAPEAUX OXYDÉS

  • Écrit par 
  • Guy TAMAIN
  •  • 983 mots

Initialement, le mineur désignait par chapeaux de fer les masses de limonites formées par altération des gisements renfermant de la pyrite et/ou d'autres sulfures de fer. Puis, par extension, on parle de chapeaux de fer des gisements métalliques sulfurés, c'est-à-dire la zone où s'effectue l'oxydation de ces sulfures. Cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chapeaux-oxydes/#i_31492

FER - Minerais de fer

  • Écrit par 
  • Louis BUBENICEK, 
  • Éric HESS, 
  • Richard PAZDEJ
  •  • 5 181 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les minerais sidérolithiques »  : […] en nodules de 5 à 20 cm (pouvant atteindre 1 m) englobés sous forme de poches dans de l'argile rouge des régions pénéplanées calcaires ou siliceuses. La texture est fine et le minerai n'est pas poreux. Il est formé de limonite souillée d'alumine et contient des teneurs variables en manganèse et phosphore : Rougé (France), Alabama (États-Unis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fer-minerais-de-fer/#i_31492

GOETHITE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 661 mots

Goethe, qui fut aussi un passionné de minéralogie) est un minéral assez répandu et le principal constituant de la limonite. Elle se présente le plus souvent en masses compactes, réniformes ou stalactiformes, à la structure radiée ou terreuse. En masses compactes, elle prend une couleur noire métallique dans une gangue de limonite jaune ocre. La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/goethite/#i_31492

MINÉRALOGIE

  • Écrit par 
  • Claude GUILLEMIN
  •  • 12 140 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Éclat, couleur, transparence »  : […] La couleur de la poussière, beaucoup moins dépendante de l'état de surface et des impuretés, est un caractère de reconnaissance parfois très valable : on peut ainsi distinguer facilement l'hématite à poussière rougeâtre de la « limonite » à poussière jaune d'ocre, le cinabre à poussière vermillon du réalgar à poussière jaune orangé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mineralogie/#i_31492

MINES, Antiquité gréco-romaine

  • Écrit par 
  • Claude DOMERGUE
  •  • 12 790 mots
  •  • 1 média

notre ère. Sinon la galène n'était qu'un minéral presque ordinaire, qui n'était guère utilisé que comme base de cosmétique, par exemple en Égypte. La limonite, à base d'un hydroxyde de fer, la gœthite, a servi de pigment tinctorial (l'ocre) aux hommes de la préhistoire avant de devenir, plusieurs milliers d'années plus tard, un minerai de fer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mines-antiquite-greco-romaine/#i_31492

OXYDES ET HYDROXYDES NATURELS

  • Écrit par 
  • Joseph BOLFA
  •  • 4 166 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Groupe du diaspore et de la boehmite »  : […] On appelle limonite un mélange dans lequel dominent la goethite, des argiles et divers oxydes plus ou moins bien cristallisés ; elle forme des masses concrétionnées, terreuses ou mamelonnées, souvent fibreuses, de couleur brune à jaunâtre (ocre jaune), provenant de l'hydratation de l'hématite. Des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oxydes-et-hydroxydes-naturels/#i_31492

Pour citer l’article

Yves GAUTIER, « LIMONITE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/limonite/