SONG DU NORD (960-1126) & SONG DU SUD (1127-1279), dynasties chinoises

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On distingue les Song du Nord (960-1126), dont la capitale est à Kaifeng et qui contrôlent toute la Chine mis à part ses marches septentrionales (empires des Liao et des Xixia) et le Sud-Ouest (royaume de Dali) ; et les Song du Sud (1127-1279), qui depuis leur capitale Hangzhou ne règnent plus que sur la Chine au sud de la Huai et sur le Sichuan. Le fondateur des Song, Zhao Kuangyin (empereur Taizu, règne : 960-976) est un général des Zhou postérieurs poussé sur le trône par la garde impériale. Ses deux grandes réalisations sont la réunification de l'empire (achevée par son frère Taizong ; règne : 976-997, et le retour à un gouvernement centralisé dominé par le pouvoir civil : il obtient de tous les « gouverneurs militaires » (jiedushi) hérités des régimes précédents — ses anciens collègues — qu'ils abandonnent leurs prérogatives en échange d'une retraite dorée à la capitale. Le recrutement des bureaucrates par voie d'examens compétitifs et ouverts connaît sous les Song un développement sans précédent. Les forces armées, étroitement contrôlées par le centre, se composent de soldats professionnels. Déployées face à l'empire Kitan des Liao (au nord) et à l'État Tangut des Xixia (au nord-ouest), elles atteignent le million d'hommes au milieu du xie siècle. Le financement de la défense est d'une certaine manière le problème dominant sous les Song ; il est à l'origine d'une inventivité fiscale qui a peu d'exemples dans l'histoire de l'empire, mais qui crée aussi de sérieuses tensions dans la société. Si les relations avec les Kitan se stabilisent après le traité de Shanyuan (1004), qui oblige les Song à livrer un tribut annuel, la guerre avec les Xixia sous le règne de Renzong (1022-1063) laisse l'empire exsangue. Les réformes drastiques proposées par le ministre Wang Anshi et soutenues par l'empereur Shenzong (1067-1085) visent à sortir de la crise en rationalisant la fiscalité, en accroissant les ressources de l'État, en favorisant le développement des forces productives et en réorganisant l'armée de telle sorte qu'elle soit moins coûteuse et plus efficace. Si les « nouvelles lois » de Wang Anshi, qui suscitent l'opposition passionnée de nombreux milieux menacés dans leurs intérêts, sont officiellement abrogées après la mort de Shenzong, elles ont néanmoins résorbé le déficit des finances de l'État ; en fait les « novateurs » reviennent bientôt au pouvoir et mènent une politique se réclamant de Wang Anshi, jusqu'à ce que la chute de Kaifeng (1126) les discrédite définitivement dans l'opinion. C'est également de Wang Anshi que date le pouvoir quasi dictatorial dont jouissent les Premiers ministres jusqu'à la fin des Song.

1000 à 1100. Seldjoukides

Vidéo : 1000 à 1100. Seldjoukides

Empire seldjoukide de l'Anatolie à l'Asie centrale. Les Fatimides contrôlent l'Égypte et la mer Rouge.L'Occident chrétien se renforce au XIe siècle. Les Vikings cessent leurs raids pour fonder des principautés puissantes à l'image de l'État anglo-normand.Le renouveau religieux se traduit... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Empire mongol, XIIIe siècle

Dessin : Empire mongol, XIIIe siècle

L'apogée de l'empire de Gengis khan et sa dislocation entre les branches héritières du chef mongol. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Ces derniers sont chassés de Chine du Nord par une peuplade apparue en Mandchourie, les Jürchen, dont la dynastie Jin a préalablement balayé les Liao. Une capitale définitivement « provisoire » est établie à Hangzhou. Si l'irrédentisme anti-Jin domine d'abord, les difficultés et le coût de la guerre sont tels que le « parti de la paix » dirigé par le ministre Qin Kui s'impose bientôt. Un traité est conclu avec les Jin, mais cette paix chèrement acquise et considérée comme honteuse par la tradition sera maintes fois brisée : en fait la Chine des Song du Sud est en état de guerre plus ou moins permanent. L'extraordinaire développement d'une économie marchande branchée sur le commerce extérieur, l'opulence de la capitale, la vie intellectuelle et artistique brillante des métropoles du bas Yangzi peuvent masquer la crise économique qui s'aggrave dans l'empire : fiscalité écrasante, émissions désordonnées d'assignats, inflation, révoltes populaires. Cet empire politiquement et économiquement affaibli n'en résistera pas moins avec acharnement aux Mongols, qui ont anéanti l'empire des Jin (avec l'aide des Song) en 1234. Les Mongols contournent d'abord le territoire des Song par l'ouest (Sichuan et Yunnan) ; en 1273 la chute de Xiangyang leur ouvre le moyen Yangzi ; Hangzhou ne tombe qu'en 1279. Leur victoire a nécessité de larges emprunts à la technologie militaire des Song (explosifs, techniques de siège, guerre navale).

1100 à 1200. Croisades et Khwarazm

Vidéo : 1100 à 1200. Croisades et Khwarazm

Croisades. Les shahs du Khwarazm supplantent les Seldjoukides. Apogée anasazi en Amérique du Nord.Malgré ses rivalités internes, opposant notamment les rois capétiens à l'État anglo-angevin des Plantagenets, l'Occident chrétien s'étend en Méditerranée.Les Almohades, qui ont remplacé... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

1000 à 1100. Seldjoukides

1000 à 1100. Seldjoukides
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

Empire mongol, XIIIe siècle

Empire mongol, XIIIe siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

1100 à 1200. Croisades et Khwarazm

1100 à 1200. Croisades et Khwarazm
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  SONG DU NORD (960-1126) & SONG DU SUD (1127-1279), dynasties chinoises  » est également traité dans :

DYNASTIE SONG

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 238 mots

Après la chute des Tang en 907, l'Empire chinois connaît un demi-siècle de morcellement politique (période dite des Cinq Dynasties en Chine du Nord et des Dix Royaumes en Chine du Sud). Alors que, dans la plaine du fleuve Jaune, des dynasties affaiblies (Han postérieurs, de 947 à 951, et Zhou postérieurs, de 951 à 960) tentent d'imposer des souverains d'origine turque, un général chinois, Zhao Kua […] Lire la suite

DYNASTIE SONG - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 271 mots

960 Fondation de la dynastie des Song. La capitale est installée à Kaifeng.976 Mort du fondateur de la dynastie, Zhao Kuangyin, qui régna sous le nom de Taizu, et avènement de son jeune frère, Taizong, qui est en fait le véritable organisateur de l’Empire Song.979 Soumission du royaum […] Lire la suite

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 695 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « La menace de la steppe et ses conséquences »  : […] Tous ces aspects positifs sont cependant menacés par une faiblesse fondamentale : dès sa fondation, l'Empire des Song est privé des moyens qui lui auraient permis d'adopter une politique offensive à l'égard de la steppe. Les régions d'élevage de chevaux, au Gansu, au Shǎnxi et au Shānxi, sont occupées ou troublées par les incursions des Tibétains et des éleveurs nomades, et de puissants empires, […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - Bureaucratie, gouvernement, économie

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 11 003 mots

Dans le chapitre « Rapports de forces et vie politique »  : […] Quels sont les rapports entre la bureaucratie et le pouvoir dynastique ? La potentialité d'autonomie évoquée plus haut s'est réalisée différemment suivant les époques. C'est certainement sous les Song que la bureaucratie jouit du statut le plus élevé vis-à-vis de l'empereur : elle s'arroge alors un véritable pouvoir moral et le débat politique se déroule au grand jour, cristallisé autour de « par […] Lire la suite

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 374 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « L'âge classique des Song »  : […] La céramique des Song, expression d'une culture raffinée, peut être considérée comme la plus parfaite de tous les temps. C'est un art sobre, austère, adonné aux tons subtils, aux couvertes monochromes, onctueuses et profondes, qui tiennent souvent lieu de tout décor. Les bols, lobés ou en forme de fleur épanouie, les coupes évasées, les flacons, les vases meiping , à embouchure minuscule, ont des […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 739 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La dynastie des Song (960-1279) »  : […] Avec la dynastie des Song, on peut dire qu'à maints égards s'ouvrent en Chine les Temps modernes. Alors se dessinent les grandes lignes selon lesquelles va se dérouler, jusqu'à l'époque contemporaine, l'évolution sociale, culturelle, littéraire de la Chine. Le développement du commerce procure à des couches nouvelles de la population l'aisance qui leur permet d'accéder à la culture. L'imprimerie […] Lire la suite

CHINOISES GRANDES ÉDITIONS

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 980 mots

L'un des traits remarquables de l'édition chinoise, pratiquement depuis ses débuts et jusqu'à ce jour, est la publication de vastes collections dont la visée n'est pas commerciale, mais idéologique ou politique : manifestation de piété (religieuse ou culturelle selon les cas), recherche du prestige, volonté de conserver un patrimoine ou de fixer une orthodoxie. Les grandes éditions de textes relig […] Lire la suite

ENCYCLOPÉDIE

  • Écrit par 
  • Alain REY
  •  • 5 701 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'Extrême-Orient »  : […] Dans cet ensemble complexe, dominé jusqu'au xx e  siècle par la Chine, le désir de maîtriser une image globale du monde et de l'homme, l'esprit encyclopédique, n'aboutit pas à l'« encyclopédie » au sens occidental et moderne du terme. La Chine a en propre une tradition originale, remarquable par sa continuité, de l'Antiquité (les recueils directement connus remontent au iv e  siècle avant l'ère ch […] Lire la suite

ESPACE (CONQUÊTE DE L') - Des fusées aux lanceurs

  • Écrit par 
  • Frederick I. ORDWAY III, 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 11 349 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Les fusées chinoises »  : […] L'invention de la fusée est intimement liée à celle de la poudre noire. La plupart des historiens des sciences attribuent aux Chinois la découverte de cette dernière. Leur conviction repose sur l'étude de textes chinois et d'écrits relatant l'histoire et la civilisation de la Chine produits par les premiers Européens qui s'y établirent ou y firent des séjours prolongés. Bien qu'un doute subsiste, […] Lire la suite

EXPÉDITIONS MARITIMES DE ZHENG HE

  • Écrit par 
  • Marc PÉNIN
  •  • 282 mots

Entre 1405 et 1433, principalement sous Yongle, le troisième empereur Ming, l'amiral Zheng He – un eunuque musulman – dirigea sept expéditions navales d'une durée moyenne de deux ans, qui atteignirent Java, Sumatra, les Indes, la Perse, l'Arabie et, par deux fois, l'Afrique orientale. Sa flotte – ou plutôt son corps expéditionnaire – a compté jusqu'à 62 vaisseaux, dont certains atteignaient 200 mè […] Lire la suite

Les derniers événements

19-31 décembre 2011 Corée du Nord. Décès et succession de Kim Jong-il

Le 25, Jang Song-taek, beau-frère du nouveau dirigeant et vice-président de la Commission de défense nationale, organe suprême de l'État, apporte le soutien de l'armée à Kim Jong-un. Le 28 se déroulent les funérailles de Kim Jong-il. La Corée du Sud exprime sa « sympathie » au peuple nord-coréen, mais ne présente pas de condoléances officielles. Le 31, Kim Jong-un est nommé commandant en chef des forces armées. […] Lire la suite

12-21 février 1997 Corée du Nord. Défection d'un haut dignitaire

) Le 21, le vice-Premier ministre Hong Song-Nam remplace par intérim Kang Song-San, partisan de l'ouverture du pays, à la tête du gouvernement nord-coréen.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre-Étienne WILL, « SONG DU NORD (960-1126) - & SONG DU SUD (1127-1279), dynasties chinoises », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/song-du-nord-et-song-du-sud/