SOCIOLOGIE HISTORIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'autonomisation d'un sous-champ disciplinaire

Alors que le retour sur ces quelques grands noms de la sociologie a permis de souligner la pluralité des méthodes et des rapports à l'histoire de la sociologie historique, il faut maintenant en montrer l'actualité dans les sciences sociales d'aujourd'hui. Les sociologues et les politistes qui font de l'analyse des phénomènes historiques le centre de leurs recherches peuvent être distingués selon qu'ils pratiquent une sociologie historique macroscopique, dans une démarche comparatiste, ou qu'ils privilégient, dans une perspective plus microscopique et à partir d'un travail d'archives, l'analyse de la genèse des catégories, des institutions et des pratiques contemporaines. Tous, en revanche, tiennent le pari de pratiquer leur travail de sociologue sur des matériaux du passé.

Dans le monde anglo-saxon, la sociologie historique est devenue une sous-discipline à part entière, avec ses manuels, ses associations professionnelles, ses revues (le Journal of historical sociology paraît depuis 1988) et ses auteurs dominants. Une partie de ceux-ci, très inspirés de la sociologie wébérienne, défendent une macrosociologie qui s'efforce de produire des comparaisons pour mettre à l'épreuve des concepts : le phénomène révolutionnaire puis l'État-providence pour Theda Skocpol, les mobilisations sociales pour Charles Tilly, ou encore la nation et la citoyenneté pour Reinhard Bendix. Plusieurs de ces auteurs ainsi que leurs héritiers se retrouvent aujourd'hui dans une « école » néo-institutionnaliste qui s'intéresse moins à l'histoire qu'elle ne tente de débusquer les path dependencies, qualifiant par là les contraintes que le passé impose au présent à travers la manière dont il structure les institutions. Ces travaux ont largement été repris par des politistes français comme Pierre Birnbaum et Bertrand Badie qui, dans Sociologie de l'État (1979), proposent une réflexion sur le processus historique de construction de l'État occidental. Dans la même perspective macrosociologique et comparatiste, on trouve dans le monde anglo-saxon d'autres travaux de sociologie historique, qui se réclament pour leur part d'une tradition marxiste d'analyse des révolutions industrielles, des transitions vers le capitalisme, ou encore du marché économique. Pour ces auteurs, notamment pour Barrington Moore ou Immanuel Wallerstein, plus encore que pour les partisans du néo-institutionnalisme historique, l'histoire elle-même apparaît finalement moins importante que les concepts et l'évolution globale de la société mis en lumière à travers le travail sur le passé.

En réaction à ce moindre intérêt pour les matériaux historiques et pour les spécificités des différents contextes s'est développée une nouvelle forme de sociologie historique, située plutôt du côté de la science politique, et en particulier de ce qu'il est convenu d'appeler la sociologie politique « critique ». Alliés à certains historiens qui, à l'instar de Gérard Noiriel, tentent de décloisonner les disciplines autour de la socio-histoire et de développer une sous-discipline qui soit à la fois partie prenante de l'histoire, de la sociologie et de la science politique, ces chercheurs privilégient les objets proprement politiques, et plus particulièrement ce qu'Yves Déloye appelle la « civilisation électorale », à travers l'analyse du processus de « politisation » des sociétés occidentales et de l'invention de la compétition électorale au xixe siècle. Prenant concrètement acte de l'identité épistémologique entre histoire et sociologie, ces chercheurs ont la double particularité de ne pas faire de l'histoire de « seconde main », mais de se plonger dans les documents d'archives, et de préférer l'analyse de la genèse des pratiques et des catégories de pensée à la mise en forme de concepts et de typologies. Ces différences théoriques et méthodologiques montrent la vitalité de la sociologie historique qui, loin d'être une simple bannière destinée à faire œuvre originale ou à mobiliser les chercheurs derrière une nouvelle entreprise scientifique, constitue une sous-discipline à part entière, certes plus présente en science politique qu'en sociologie, mais qui peut se prévaloir d'illustres devanciers.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Herbert Spencer

Herbert Spencer
Crédits : AKG

photographie

Auguste Comte

Auguste Comte
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences en sociologie à l'université de Poitiers, chercheur au C.U.R.A.P.P., C.N.R.S., université d'Amiens

Classification

Autres références

«  SOCIOLOGIE HISTORIQUE  » est également traité dans :

AGULHON MAURICE (1926-2014)

  • Écrit par 
  • Quentin DELUERMOZ
  •  • 1 329 mots
  •  • 1 média

Historien, professeur au Collège de France, spécialiste d’histoire de la France des xix e et xx e  siècles. Né à Uzès (Gard) en 1926 dans une famille d’instituteurs républicains, Maurice Agulhon effectue ses études à Avignon puis à Lyon, avant d’être reçu à l’École normale supérieure en 1946. Agrégé en 1950, professeur d’histoire en lycée et en khâgne, il devient en 1954 attaché de recherche au […] Lire la suite

CASTEL ROBERT (1933-2013)

  • Écrit par 
  • Gérard MAUGER
  •  • 1 415 mots

Dans le chapitre « Le primat du social »  : […] C'est dans cette perspective que Robert Castel, dont la femme était psychiatre, ami de Franco Basaglia et investi dans le réseau « Alternative à la psychiatrie », écrit sa thèse, une généalogie du traitement social de la folie ( L'Ordre psychiatrique , 1976), puis une analyse du modèle américain ( La Société psychiatrique avancée , 1979), concluant ce cycle avec une étude charnière sur l'émergenc […] Lire la suite

ELIAS NORBERT (1897-1990)

  • Écrit par 
  • Alain GARRIGOU
  •  • 1 796 mots

À la fin de sa vie, Norbert Elias avait trop attendu la reconnaissance publique pour se croire enfin compris. Si la qualité de l'œuvre en était la seule clé, cette reconnaissance eût dû venir plus tôt. Nul ne dénierait en tout cas son ambition. La théorie de la civilisation forgée par Elias se frotte à des faits empiriques selon une posture méthodologique obstinée. Il fallait de l'originalité p […] Lire la suite

NUDITÉ ET PUDEUR (H. P. Duerr) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 054 mots

Publiées à Bâle à la veille de la Seconde Guerre mondiale, les grandes études de Norbert Elias sur La Civilisation des mœurs et La Dynamique de l'Occident ont été accessibles au public français au cours des années 1970. Complétée par La Société de cour (1969, trad. franç. 1974), cette contribution capitale à l'anthropologie historique a fourni une présentation générale et une explication global […] Lire la suite

TRANSFERTS CULTURELS

  • Écrit par 
  • Michel ESPAGNE
  •  • 4 519 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Comparatisme, influence, transfert culturel »  : […] Dans l’analyse de ce qui constitue un transfert culturel, il importe d’éviter un certain nombre d’écueils. Le premier d’entre eux est celui de la comparaison et du comparatisme. La comparaison implique la mise en parallèle de deux entités dont on se limite à observer les ressemblances et les différences. Les deux éléments ainsi opposés sont définis par le sujet qui les compare. Le découpage du ré […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Laurent WILLEMEZ, « SOCIOLOGIE HISTORIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-historique/