VEIL SIMONE (1927-2017)

Médias de l’article

Simone Veil, 1974

Simone Veil, 1974
Crédits : Philippe Ledru/ AKG-images

photographie

Simone Veil au Parlement européen

Simone Veil au Parlement européen
Crédits : AFP/ Getty

photographie


Une jeunesse heureuse brisé par le nazisme

Née en 1927 à Nice dans une famille juive assimilée et laïque, elle est la dernière de quatre enfants. Son père, André Jacob, exerce la profession d'architecte. Au sein de ce milieu de la petite-bourgeoisie cultivée, elle bénéficie d'une enfance protégée, prolongeant la complicité de la fratrie au sein des activités des mouvements d'éclaireuses. Ses parents sont peu politisés et ne partagent qui plus est pas les mêmes opinions : son père achète un quotidien de droite, tandis que sa mère privilégie la lecture de magazines de gauche ou de centre gauche. Si on devait rechercher dans cette socialisation familiale les prémices de la vocation politique future de Simone Veil, il faudrait davantage insister sur l'importance du modèle maternel. Très belle femme, cultivée et généreuse, elle transmet à ses enfants, et notamment à ses filles, son altruisme et le désir, pour elle empêché, de conquérir son indépendance en faisant des études et en exerçant une activité professionnelle autonome.

L'offensive allemande en 1940, la rapide défaite de l'armée française et l'armistice viennent mettre fin à cette enfance niçoise. Le premier statut des Juifs est promulgué et André Jacob se voit retirer le droit d'exercer son métier. La zone sud constitue alors pourtant un refuge relatif pour les Juifs qui y affluent. L'arrivée des troupes allemandes et de la Gestapo en septembre 1943 change radicalement la situation. Les enfants Jacob, hébergés chez différents amis, doivent quitter le lycée, ce qui n'empêche pas Simone de passer son baccalauréat en mars 1944 sous son vrai nom. Elle est arrêtée le lendemain, suivie par les autres membres de sa famille, hormis sa sœur Denise, engagée dans la Résistance, qui sera arrêtée plus tard et déportée à Ravensbrück avec d'autres « politiques », d'où elle reviendra. Du camp de Drancy, les trois femmes Jacob sont déportées à Auschwitz, tandis que le frère et le père sont conduits en Lituanie où ils sont vraisemblablement rapidement assassinés. Simone Veil ne doit sa survie qu'à la faveur de son arrivée « tardive » (le 15 avril 1944) et en bonne santé dans le camp d'extermination, elle échappe ainsi à la première sélection, immédiate, pour les chambres à gaz. Puis, en juillet 1944, grâce à l'intervention d'une chef de camp sensible à sa beauté, elle est affectée à un commando de travail en dehors du camp, à Bobrek. Sa mère et sa sœur l'accompagnent jusqu'à l'évacuation du camp, en janvier 1945. L'exode forcé des déportés à travers la Pologne et l'Allemagne pour gagner le camp de Bergen-Belsen est cependant fatal à sa mère, qui meurt en mars 1945.

[...]

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : maître de conférences en science politique à l'université de Paris-VIII

Classification


Autres références

«  VEIL SIMONE (1927-2017)  » est également traité dans :

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période post-gaullienne (1969-1981)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 6 875 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les réformes du président »  : […] électorale et civile, est abaissé à 18 ans, ce qui est une manière de reconnaître l'importance de la jeunesse. Simone Veil, ministre de la Santé, défend devant le Parlement une loi sur l'interruption volontaire de grossesse. L'avortement est désormais autorisé après des débats parlementaires très vifs : la nouvelle législation est en fait adoptée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinquieme-republique-la-periode-post-gaullienne-1969-1981/#i_89848

FÉMINISME - France : du M.L.F. à la parité

  • Écrit par 
  • Muriel ROUYER
  •  • 4 252 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Situation du féminisme révolutionnaire au lendemain de Mai-68 »  : […] avril 1971 par Le Nouvel Observateur), hésitait à s'engager collectivement par crainte du réformisme et des récupérations politiques. C'est toutefois grâce à l'appui des députés de l'opposition de gauche, et sous la pression de la rue, que fut adoptée la loi Veil du 17 janvier 1975 sur l'interruption volontaire de grossesse. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/feminisme-france-du-m-l-f-a-la-parite/#i_89848

I.V.G. (Interruption volontaire de grossesse)

  • Écrit par 
  • Muriel ROUYER, 
  • Odette THIBAULT
  • , Universalis
  •  • 3 907 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La bataille parlementaire »  : […] Pompidou et la nomination par Valéry Giscard d'Estaing de Simone Veil au ministère de la Santé. Expressément chargée de régler au plus vite cette question pour éviter les débordements, elle a su défendre adroitement et courageusement une loi qu'elle présenta comme un moyen de rétablir l'ordre, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interruption-volontaire-de-grossesse/#i_89848

PREMIÈRE LOI FRANÇAISE RELATIVE À LA LUTTE CONTRE LE TABAGISME

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 434 mots

pour que la France adopte une première loi pour lutter contre le tabagisme. Celle-ci, dite loi Veil – du nom de Simone Veil qui, en tant que ministre de la Santé, engage cette politique antitabac –, jette les bases d’une lutte cohérente contre ce fléau alors responsable de plus de 50 000 décès par an. Avec ses 18 articles, cette loi énonce cinq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/premiere-loi-francaise-relative-a-la-lutte-contre-le-tabagisme/#i_89848

Pour citer l’article

Catherine ACHIN, « VEIL SIMONE - (1927-2017) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/simone-veil/