VEIL SIMONE (1927-2017)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Simone Veil a sans nul doute été la femme politique française la plus célèbre et la plus populaire à partir du milieu des années 1970. Cette renommée est due à son combat pour la loi qui porte son nom, relative à l'interruption volontaire de grossesse (IVG) votée en 1975, et à un parcours de vie exceptionnel marqué par la tragédie, intimement inscrit dans l'histoire politique de l'Europe du xxe siècle. Rescapée de la Shoah, elle a une trajectoire de « pionnière », en occupant des postes jusque-là inaccessibles aux femmes au sein de l'administration comme en politique. Elle incarne la figure d'une féministe engagée modérée, d'un témoin respecté de la mémoire de la « solution finale » et d'une professionnelle de la politique à la carrière atypique, menée en dehors des filières et des partis politiques traditionnels.

Une jeunesse heureuse brisée par le nazisme

Née en 1927 à Nice dans une famille juive assimilée et laïque, elle est la dernière de quatre enfants. Son père, André Jacob, exerce la profession d'architecte. Au sein de ce milieu de la petite-bourgeoisie cultivée, elle bénéficie d'une enfance protégée, prolongeant la complicité de la fratrie au sein des activités des mouvements d'éclaireuses. Ses parents sont peu politisés et ne partagent qui plus est pas les mêmes opinions : son père achète un quotidien de droite, tandis que sa mère privilégie la lecture de magazines de gauche ou de centre gauche. Si on devait rechercher dans cette socialisation familiale les prémices de la vocation politique future de Simone Veil, il faudrait davantage insister sur l'importance du modèle maternel. Très belle femme, cultivée et généreuse, elle transmet à ses enfants, et notamment à ses filles, son altruisme et le désir, pour elle empêché, de conquérir son indépendance en faisant des études et en exerçant une activité professionnelle autonome.

L'offensive allemande en 1940, la rapide défaite de l'armée française et l'armistice viennent mettre fin à cette enfance niçoise. Le premier statut des Juifs est promulgué et André Jacob se voit retirer le droit d'exercer son métier. La zone sud constitue alors pourtant un refuge relatif pour les Juifs qui y affluent. L'arrivée des troupes allemandes et de la Gestapo en septembre 1943 change radicalement la situation. Les enfants Jacob, hébergés chez différents amis, doivent quitter le lycée, ce qui n'empêche pas Simone de passer son baccalauréat en mars 1944 sous son vrai nom. Elle est arrêtée le lendemain, suivie par les autres membres de sa famille, hormis sa sœur Denise, engagée dans la Résistance, qui sera arrêtée plus tard et déportée à Ravensbrück avec d'autres « politiques », d'où elle reviendra. Du camp de Drancy, les trois femmes Jacob sont déportées à Auschwitz, tandis que le frère et le père sont conduits en Lituanie où ils sont vraisemblablement rapidement assassinés. Simone Veil ne doit sa survie qu'à la faveur de son arrivée « tardive » (le 15 avril 1944) et en bonne santé dans le camp d'extermination, elle échappe ainsi à la première sélection, immédiate, pour les chambres à gaz. Puis, en juillet 1944, grâce à l'intervention d'une chef de camp sensible à sa beauté, elle est affectée à un commando de travail en dehors du camp, à Bobrek. Sa mère et sa sœur l'accompagnent jusqu'à l'évacuation du camp, en janvier 1945. L'exode forcé des déportés à travers la Pologne et l'Allemagne pour gagner le camp de Bergen-Belsen est cependant fatal à sa mère, qui meurt en mars 1945.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Simone Veil, 1974

Simone Veil, 1974
Crédits : Philippe Ledru/ AKG-images

photographie

Simone Veil au Parlement européen

Simone Veil au Parlement européen
Crédits : Ullstein Bild/ Getty Images

photographie

Entrée de Simone et Antoine Veil au Panthéon, 2018

Entrée de Simone et Antoine Veil au Panthéon, 2018
Crédits : Ludovic Marin/ Pool/ AFP

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences en science politique à l'université de Paris-VIII

Classification

Autres références

«  VEIL SIMONE (1927-2017)  » est également traité dans :

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période post-gaullienne (1969-1981)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 6 876 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les réformes du président »  : […] Le nouveau président nomme un Premier ministre gaulliste, mais entouré par de nombreuses personnalités du groupe des Républicains indépendants ou proches de lui. Il veut manifestement incarner pleinement la fonction présidentielle et conduire le pays en gouvernant au centre, ce qui doit se voir par des réformes rapides. Il veut incarner une certaine rupture avec ses prédécesseurs, la logique gisca […] Lire la suite

FÉMINISME - France : du M.L.F. à la parité

  • Écrit par 
  • Muriel ROUYER
  •  • 4 252 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Situation du féminisme révolutionnaire au lendemain de Mai-68 »  : […] Réflexion, ou régression ? Régression, sans doute, à l'aune de la révolution identitaire collective dont le M.L.F. fut porteur, dans ses idées comme dans ses formes d'action. Ce mouvement de réflexion et de pratique, né de la révolte de Mai-68 et baptisé par les médias en 1970, renvoie, au-delà des querelles sur sa date de naissance, à une prise de parole collective des femmes. De l'université de […] Lire la suite

I.V.G. (Interruption volontaire de grossesse)

  • Écrit par 
  • Muriel ROUYER, 
  • Odette THIBAULT
  • , Universalis
  •  • 3 907 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La bataille parlementaire »  : […] Une opportunité politique s'ouvre enfin après la mort de Georges Pompidou et la nomination par Valéry Giscard d'Estaing de Simone Veil au ministère de la Santé. Expressément chargée de régler au plus vite cette question pour éviter les débordements, elle a su défendre adroitement et courageusement une loi qu'elle présenta comme un moyen de rétablir l'ordre, la justice et de mettre fin à l'incohér […] Lire la suite

PREMIÈRE LOI FRANÇAISE RELATIVE À LA LUTTE CONTRE LE TABAGISME

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 434 mots

Si les risques pour la santé du tabagisme actif (cancers bronchiques, troubles pulmonaires et cardiovasculaires) ont été mis en évidence dès les années 1950 aux États-Unis et en Royaume-Uni, il faut attendre le 9 juillet 1976 pour que la France adopte une première loi pour lutter contre le tabagisme. Celle-ci, dite loi Veil – du nom de Simone Veil qui, en tant que ministre de la Santé, engage cet […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

23 août 2021 France. Annonce de l'entrée au Panthéon de Joséphine Baker et d'un hommage national à Gisèle Halimi.

Simone Veil en juillet 2018. Le 23 également, Emmanuel Macron annonce que « la Nation rendra hommage » à l’avocate Gisèle Halimi, défenseuse des droits des femmes et de l’indépendance algérienne, lors d’une cérémonie à l’hôtel des Invalides, à Paris, début 2022. Le rapport sur les « questions mémorielles » franco-algériennes, remis au chef de l’État […] Lire la suite

1er juillet 2018 France. Entrée au Panthéon de Simone Veil.

Simone Veil et de son mari Antoine Veil sont transférés au Panthéon, à Paris, comme l’avait décidé le président Emmanuel Macron après la mort en juin 2017 de l’ancienne rescapée de la Shoah, ministre de la Santé et présidente du Parlement européen. Lors de la cérémonie à laquelle assistent des milliers de personnes, le chef de l’État déclare : « Nous […] Lire la suite

21 octobre 2012 France. Création de l'Union des démocrates et des indépendants

Simone Veil ou Valéry Giscard d'Estaing, qui intervient dans un message vidéo. L'U.D.I. compte dans ses rangs plusieurs anciens ministres du gouvernement de François Fillon, comme Hervé Morin ou Rama Yade, ainsi que l'ancien socialiste Jean-Marie Bockel et l'ancienne U.M.P. Chantal Jouanno. L'U.D.I. ambitionne de devenir « la principale force politique […] Lire la suite

8-17 janvier 2008 France. Conférence de presse de Nicolas Sarkozy

Simone Veil, pour garantir l'égalité de l'homme et de la femme, assurer le respect de la diversité, rendre possibles de véritables politiques d'intégration ou répondre aux défis de la bioéthique. Au sujet du pouvoir d'achat, il propose d'« aller beaucoup plus loin en matière de participation et d'intéressement ». Parallèlement, il annonce son intention […] Lire la suite

18 janvier 2007 France. Hommage solennel de la nation aux Justes de France

Simone Veil, présidente de la Fondation pour la mémoire de la Shoah, Jacques Chirac se recueille devant une inscription apposée dans la crypte du Panthéon, qui rend hommage à ceux qui, par leurs actes, « ont incarné l'honneur de la France, ses valeurs de justice, de tolérance et d'humanité ». « Grâce à vous, déclare-t-il, [...] nous pouvons regarder […] Lire la suite

Pour citer l’article

Catherine ACHIN, « VEIL SIMONE - (1927-2017) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/simone-veil/