SIGNORET SIMONE (1921-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le choix de l'engagement

Étonnant parcours que celui de cette femme qui fut l'une des rares comédiennes françaises à atteindre une stature internationale. Rarement vedette de l'écran aura été plus populaire. Pourtant, Simone Signoret a toujours récusé l'étiquette de « star », encore plus celle de « monstre sacré ». Peut-être fut-elle davantage que cela : une sorte de conscience critique, qui jugea avec intransigeance l'histoire et cette gauche française qu'elle s'était choisie pour famille, au café de Flore, à l'âge de vingt ans. En effet, c'est là, après un bref détour par le secrétariat de Jean Luchaire, journaliste collaborationniste et directeur de Nouveaux Temps où elle entre par hasard (elle a été engagée en tant que sténo-dactylo par l'intermédiaire de sa fille, la comédienne Corinne Luchaire), qu'elle est « née », comme elle dit. « Ou plutôt, ce que je suis aujourd'hui, c'est quelqu'un qui est né un soir de mars 1941 sur une banquette du café de Flore, boulevard Saint-Germain, Paris VIe. Dans les contes de fées, il y a des citrouilles qui vous déposent au Flore, chez des princes, qui sont beaux, intelligents, doués, généreux, drôles et pauvres. Quelle chance j'ai eue ! À partir du Flore, j'avais vécu dans un milieu dit „de gauche“ et m'y trouvais très bien. J'étais le type même de „l'intellectuelle de gauche“ avec ce que cela comporte d'un peu ridicule, mais aussi de généreux. »

Liée aux frères Prévert et au groupe Octobre, Simone Signoret n'a cessé de s'engager pleinement. En 1950, notamment, elle figure parmi les signataires de l'Appel de Stockholm pour l'interdiction de l'arme atomique, sans se soucier de l'impact que ce choix aura sur sa carrière : « On se disait : „C'est dommage, on ne verra jamais Broadway, on ne verra jamais danser Fred Astaire, on ne rencontrera jamais Henry Fonda, on ne saura jamais comment c'est fait, Hollywood, ni le Golden Gate, ni le pont de Brooklyn, on ne connaîtra jamais tout ce que le cinéma américain a pu représenter pour tous les gens [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : journaliste, responsable de la rubrique théâtrale à La Croix

Classification


Autres références

«  SIGNORET SIMONE (1921-1985)  » est également traité dans :

ALLÉGRET YVES (1907-1987)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 797 mots

Dans l'immédiat après-guerre, les cinéastes abordent une réalité sociale dont ils avaient dû se détourner. En France, le « réalisme poétique » vire au noir et adopte les couleurs poisseuses de nouveaux décors : villes mélancoliques, ports brumeux où les destins se scellent définitivement. C'est dans ce contexte que le cinéaste Yves Allégret tourne Dédée d'Anvers (1948), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yves-allegret/#i_97896

CASQUE D'OR, film de Jacques Becker

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 852 mots
  •  • 1 média

Nombre des films de Jacques Becker (1906-1960) sont passés à la postérité, qu'elle soit celle de la cinéphilie institutionnelle (Godard n'a jamais tari d'éloges sur Le Trou (1960), dont il a monté des extraits dans ses Histoire(s) du cinéma ) ou celle du grand public ( Ali Baba et les quarante voleurs , 1954, repasse toujours à la t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/casque-d-or/#i_97896

Pour citer l’article

Didier MÉREUZE, « SIGNORET SIMONE - (1921-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/simone-signoret/