REGGIANI SERGE (1922-2004)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Acteur et chanteur. Serge Reggiani est né le 2 mai 1922 à Reggio nell'Emilia, en Italie du Nord. En 1930, les violences fascistes contraignent sa famille à l'émigration et à l'installation définitive à Paris, où les parents tiennent un salon de coiffure. L'enfant s'adapte vite et bien. Bon élève, mais apprenti maladroit, il se montre séduit par l'ouverture d'un Conservatoire des arts cinématographiques, avant de se tourner vers le Conservatoire national d'art dramatique. En 1941, deux seconds prix (tragédie et comédie) récompensent le jeune acteur. Au début de la guerre, il s'était hasardé sur les planches, pour distiller l'humour décapant de Roger Vitrac (Le Loup-garou), ou célébrer Baudelaire dans le cabaret d'Agnès Capri. Son talent s'épanouit dans Paris occupé. Lorsqu'il reprend Les Parents terribles, en 1942, il est victime de la cabale qui vise Jean Cocteau. Louis Daquin lui confie la « silhouette » de Bob, le mauvais fils, dans Le Voyageur de la Toussaint (1942). Son visage heurté retient l'attention. Après avoir vu Le Carrefour des enfants perdus de Léo Joannon (1943) Robert Brasillach s'enthousiasme, dans les Chroniques de Paris, « pour l'autorité et la force de l'acteur... mais aussi cet air fermé et têtu, l'éclat des yeux sombres, le feu intérieur ». Après la guerre, le cinéma tel qu'il se fait sous l'égide de Jacques Prévert le comble : il joue dans Les Portes de la nuit (Marcel Carné, 1946), Les Amants de Vérone (André Cayatte, 1948) et, tient le premier rôle de La Fleur de l'âge (Marcel Carné, 1947), qui demeure malheureusement inachevé. Il prête également sa voix au tendre ramoneur du dessin animé de Paul Grimault, La Bergère et le Ramoneur (1952). Cynique et persifleur, il campe le frère de Manon (Henri-Georges Clouzot, 1947). Dans Retour à la vie (Jean Dréville 1948), il remâche l'amertume d'un prisonnier français, marié à une Allemande, et en proie à la haine à son retour [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  REGGIANI SERGE (1922-2004)  » est également traité dans :

CASQUE D'OR, film de Jacques Becker

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 852 mots
  •  • 1 média

Nombre des films de Jacques Becker (1906-1960) sont passés à la postérité, qu'elle soit celle de la cinéphilie institutionnelle (Godard n'a jamais tari d'éloges sur Le Trou (1960), dont il a monté des extraits dans ses Histoire(s) du cinéma ) ou celle du grand public ( Ali Baba et les quarante voleurs , 1954, repasse toujours à la télévision). Ses films sur les « destins tragiques », Falbalas (19 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/casque-d-or/#i_37190

MOUSTAKI GEORGES (1934-2013)

  • Écrit par 
  • Jean-Dominique BRIERRE
  •  • 1 089 mots
  •  • 1 média

Chanteur de langue française s'il en est, l'auteur-compositeur d'origine grecque Georges Moustaki a écrit de nombreuses chansons inspirées de ses racines méditerranéennes et de ses voyages à travers le monde. Dans Petit Abécédaire d'un amoureux de la chanson française (2012), cet homme, épris de liberté et d'indolence, se présentait ainsi : « Il est gentil, il est tendre, un peu trop nonchalant, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-moustaki/#i_37190

Pour citer l’article

Raymond CHIRAT, « REGGIANI SERGE - (1922-2004) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/serge-reggiani/