ALLÉGRET YVES (1907-1987)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans l'immédiat après-guerre, les cinéastes abordent une réalité sociale dont ils avaient dû se détourner. En France, le « réalisme poétique » vire au noir et adopte les couleurs poisseuses de nouveaux décors : villes mélancoliques, ports brumeux où les destins se scellent définitivement. C'est dans ce contexte que le cinéaste Yves Allégret tourne Dédée d'Anvers (1948), Une si jolie petite plage (1949) et Manèges (1950), moments forts d'une carrière discrète mais très significative d'un courant du cinéma français.

Né en 1907, Yves Allégret, après des études de droit, va suivre la carrière de son frère Marc (Lac aux dames, Entrée des artistes). D'abord membre du groupe Octobre formé autour de Jacques Prévert, il est tour à tour l'assistant cinématographique d'Alberto Cavalcanti, d'Augusto Genina, de Jean Renoir et de son frère pour Mamzelle Nitouche – dont il tournera une seconde version en 1953. Il réalise son premier film en 1940, en zone libre : de Tobie est un ange, avec Pierre Brasseur et la jeune première de l'époque, Janine Darcey, il n'existe plus aucune trace, le film ayant été détruit dans un incendie. Yves Allégret enchaîne avec une comédie, Les Deux Timides (1941), interprétée par Pierre Brasseur et Claude Dauphin. Aux studios de la Victorine, il reprend le tournage – abandonné par Jean Choux – de La Boîte aux rêves (1943), spécialement écrit pour Viviane Romance. Mais ce n'est qu'à son retour à Paris, en 1945, qu'Allégret affirme sa réputation naissante grâce au film Les Démons de l'aube (1946), interprété par Simone Signoret, qu'il épouse et avec laquelle il tourne un des films les plus représentatifs de leurs carrières respectives : Dédée d'Anvers. Yves Allégret entame ainsi avec le scénariste Jacques Sigurd une collaboration marquante, qui se poursuivra avec plusieurs autres films, dont notamment Une si jolie petite plage et Manèges. Ces trois œuvres ont en commun l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ALLÉGRET YVES (1907-1987)  » est également traité dans :

SIGNORET SIMONE (1921-1985)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 1 759 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une carrière internationale »  : […] Simone Signoret – de son vrai nom Simone Henriette Kaminker – naît le 25 mars 1921 à Wiesbaden. Elle grandit à Neuilly, puis, à l'orée de la guerre se lance dans la figuration. En 1941, elle fait des apparitions dans Boléro et Le Prince charmant de Jean Boyer. On la voit encore dans Les Visiteurs du soir (1942) et Les Enfants du paradis (1945) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/simone-signoret/#i_97895

Pour citer l’article

André-Charles COHEN, « ALLÉGRET YVES - (1907-1987) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/yves-allegret/