SIKHS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du royaume sikh du Panjāb à la période contemporaine

Après la mort du dernier gurū, les Sikhs propagèrent, sous la conduite de Bandā Bahādar (1670-1716), des révoltes paysannes contre le pouvoir moghol. Ce dernier écrasa le soulèvement et mit les Sikhs à mal jusqu'aux invasions afghanes de Nādir Śāh (1738) et d'Ahṃad Šāh Durrānī (1747-1769). Dans cette tourmente, les Sikhs, d'abord dispersés, s'organisèrent en douze bandes de guérilla « égales » (misal). Les décisions concernant le Khālsā étaient alors prises par une assemblée de délégués des misal en présence de l'Ādi Granth. On a pu rattacher à cette pratique le dogme de l'autorité conjointe du Gurū Granth et du Gurū Panth.

Aḥmad Śāh, qui battit les Moghols et les Marathes, présentait ses incursions en Inde comme une guerre sainte islamique. Le caractère religieux de la résistance des Sikhs s'en trouva renforcé. À la faveur des troubles qui bouleversaient l'Inde du Nord, ils se rendirent graduellement maîtres de tout le Panjāb. En 1799, Rañjit Sịngh, s'étant assuré le contrôle des misal, y fonda un royaume sikh, qui dura jusqu'à la conquête britannique de 1849. Il mit fin aux assemblées militaro-politiques du Khālsā, et le dogme du Gurū Panth tomba en désuétude, au profit de l'autorité exclusive du Gurū Granth. C'est cette situation qui a prévalu jusqu'à nos jours.

En 1800, Rañjit Sịngh prit le titre de Mahārājā. Les quarante années de son règne furent glorieuses pour les Sikhs. Leurs armées étendirent les frontières du royaume du Panjāb en territoire afghan à l'ouest, au Cachemire et même jusqu'à Lhasa au Tibet vers le nord. Vers l'est, leur poussée fut limitée par les Britanniques, qui contrôlaient certains États sikhs, comme Patiala.

Le Lion du Pendjab

Photographie : Le Lion du Pendjab

Le souverain sikh Ranjit Singh (1780-1839) qui prit, en 1800, le titre de Maharaja. On le surnommait le Lion du Pendjab. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Rañjit Sịngh, surnommé le Lion du Panjāb, fut un souverain habile. Il organisa une armée puissante, employant à cette fin des officiers européens, français notamment, tels Jean-Baptiste Ventura et Jean-François Allard qui avaient servi dans l'armée napoléonienne. Il créa également une administration s [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Le Lion du Pendjab

Le Lion du Pendjab
Crédits : Hulton Getty

photographie

Temple d'or d'Amritsar, Inde

Temple d'or d'Amritsar, Inde
Crédits : M. Gray/ National Geographic/ Getty

photographie

Indépendance de l'Inde et du Pakistan, 1947

Indépendance de l'Inde et du Pakistan, 1947
Crédits : The Image Bank

vidéo

Élections en Inde

Élections en Inde
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., directeur du Journal asiatique

Classification

Autres références

«  SIKHS  » est également traité dans :

AKBAR (1542-1605)

  • Écrit par 
  • Marie-Simone RENOU
  •  • 1 494 mots

Dans le chapitre « Ses idées religieuses »  : […] Son esprit de tolérance joint à son inlassable curiosité des problèmes humains l'amena à s'intéresser aux différentes religions, à discuter avec leurs représentants et à recevoir à sa cour des jésuites portugais. Il voyait dans l'absence de sectarisme, dans la pureté de foi monothéiste des Sikhs le germe d'un lien possible entre l'hindouisme et l'islam. Il leur donna Amritsar pour capitale religi […] Lire la suite

AMRITSAR

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS
  •  • 512 mots
  •  • 3 médias

Ville de l'Inde, située au Pendjab, sur les grands cônes de piémont irrigués, tout près de la frontière indo-pakistanaise. La principale originalité d'Amritsar est son rôle de capitale religieuse pour la communauté des sikhs. Le nom d'Amritsar provient d'Amrita Saras (étang de Nectar). L'origine mythique de cette cité se rattache à sa fondation par le quatrième guru Ram Das, en 1574, qui ordonna d […] Lire la suite

DĪVĀLĪ ou FÊTE DES LUMIÈRES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 465 mots
  •  • 1 média

La fête des lumières, Dīvalī (du sanskrit dīp a vali , « rangée de lumières »), est l’une des plus importantes dans la religion hindoue. Les jaïna et les sikhs l’ont aussi reprise à leur propre compte. La fête dure cinq jours, du treizième jour de la quinzaine sombre du mois d’ āśvina au deuxième jour de la quinzaine claire du mois de k ā rtika (habituellement vers la fin du mois d’octobre ou e […] Lire la suite

GANDHI RAJIV (1944-1991)

  • Écrit par 
  • Christiane HURTIG
  •  • 1 130 mots
  •  • 1 média

En soufflant prématurément la vie de Rajiv Gandhi le 21 mai 1991, la « bombe humaine » disposée par les Tigres tamouls (de Sri Lanka) à Sriperumbudur, sur le parcours de sa campagne électorale dans le Sud, marqua à nouveau du signe de la tragédie une carrière étalée sur moins de dix ans. Le dernier héritier adulte du charisme de la famille Nehru marchait vers la victoire quand, en s'inclinant deva […] Lire la suite

HARYANA ou HARIANA

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS
  •  • 364 mots
  •  • 1 média

Situé juste à l'ouest de Delhi, dans ce qu'on appelle le seuil indo-gangétique, le Haryana est l'un des plus petits et des plus récents États de la république de l'Inde. Il ne groupait, en effet, selon le recensement de 2001, que 21 144 564 habitants sur 44 212 kilomètres carrés et avait été créé en 1966, alors que la carte politique de l'Inde avait été dessinée dans ses grands traits dix ans plus […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 901 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « L'unité nationale à l'épreuve des Gandhi »  : […] Les élections de janvier 1980 consacrent le retour au pouvoir d'Indira Gandhi à la tête d'un nouveau parti qu'elle a créé en 1978, le Congrès (I) – I pour Indira –, qui remporte 353 sièges avec 42,7 p. 100 des voix ; le Janata Party ne conserve que 31 sièges avec 19 p. 100 des voix, tandis que le Janata Party (S) de Charan Singh gagne 41 sièges (avec 9,4 p. 100 des voix). Le Janata Party connaît a […] Lire la suite

INDE BRITANNIQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 587 mots

Juin 1757 L'officier anglais Robert Clive écrase à Plassey une armée indigène et, en prenant le contrôle du Bengale, permet le renforcement de la présence anglaise en Inde. 1784 L'India Act renforce le pouvoir de la Couronne britannique sur l'East India Company. 1848-1856 Le gouverneur général des Indes, lord Dalhousie, engage une politique de modernisation économique et impose l'anglais comme […] Lire la suite

KABĪR (1440-1518)

  • Écrit par 
  • Charlotte VAUDEVILLE
  •  • 2 672 mots

Dans le chapitre « Les « Paroles » de Kabīr »  : […] On sait peu de choses de Kabīr, si ce n'est qu'il était un Julāhā, c'est-à-dire un tisserand musulman, et qu'il vivait à Bénarès, la cité sainte de l'hindouisme, alors soumise comme toute l'Inde septentrionale et centrale à l'hégémonie musulmane. Les Julāhās, artisans de basse caste passés à l'islam, n'étaient que superficiellement islamisés. On a même douté que Kabīr, en dépit de son nom musulman […] Lire la suite

MOGHOLS

  • Écrit par 
  • Andrée BUSSON, 
  • André GUIMBRETIÈRE, 
  • Mark ZEBROWSKI
  •  • 7 129 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Jahāngīr »  : […] Fils aîné d'Akbar, Jahāngīr se couronne lui-même empereur en novembre 1605 : il a trente-six ans. L'année suivante, il doit faire face à la rébellion de son propre fils, Khusrau qui, avec l'aide de Gurū Arjūn Singh, guide religieux des Sikhs, met le siège devant Lahore ; Jahāngīr pardonne à son fils après l'avoir vaincu, mais fait exécuter ses alliés, ce qui aura pour conséquence de créer une ra […] Lire la suite

NĀNAK DEV dit GURŪ NĀNAK (1469-1539)

  • Écrit par 
  • William Hewat MCLEOD
  • , Universalis
  •  • 883 mots

Maître spirituel indien fondateur du sikhisme, Nanak Dev est né le 15 avril 1469 à Rai-Bhoi-di-Talwandi (auj. Nankana Sahib, située près de Lahore, Pakistan), mort le 7 mai 1539 à Kartarpur (Pendjab). Les rares informations existantes sur la vie de Nanak Dev nous viennent de la légende et de la tradition. Nous avons la certitude qu'il est né en 1469, dans le village de Rai-Bhoi-di-Talwandi. Issu […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

11-24 décembre 2019 Inde. Adoption d'une législation discriminatoire à l'encontre des musulmans.

sikhs, jaïns, parsis, chrétiens ou bouddhistes – mais pas musulmans – qui ont fui l’Afghanistan, le Pakistan ou le Bangladesh pour des raisons religieuses, sont arrivés en Inde avant le 31 décembre 2014 et y résident depuis lors. Les jours suivants, des milliers de personnes protestent contre cette mesure dans les États du nord-est du pays proches  […] Lire la suite

28 novembre 2018 Pakistan – Inde. Ouverture d'un « couloir de la paix » dans le Pendjab.

sikhs indiens d’accéder sans visa au mausolée de Guru Nanak, fondateur de leur religion, à Kartarpur. Islamabad satisfait ainsi une demande que New Delhi réitérait depuis des décennies. Les autorités indiennes précisent que cette initiative ne préfigure pas la reprise d’un dialogue bilatéral. […] Lire la suite

14 mars 2018 Canada. Polémique au sujet du soutien de Jagmeet Singh au séparatisme sikh.

sikhs en 1984, lors de l’attaque du Temple d’or d’Amritsar (Pendjab) et après l’assassinat de la Première ministre Indira Gandhi, Jagmeet Singh déclare condamner toute forme de violence et de terrorisme. […] Lire la suite

17-25 février 2018 Canada – Inde. Visite du Premier ministre Justin Trudeau en Inde.

sikhs par certains membres du gouvernement canadien. La majorité des Indo-Canadiens sont des sikhs originaires du Pendjab et le gouvernement canadien compte quatre ministres d’origine indienne et de religion sikhe. Justin Trudeau affirme soutenir une Inde unie et condamner toute violence politique, tout en refusant de réprimer les partisans pacifiques […] Lire la suite

19 février 1992 Inde. Victoire du Parti du Congrès aux élections au Pendjab

sikhs, se déroulent les premières élections depuis 1985. Le terrorisme sikh a fait plus de quinze mille morts depuis 1983 dans cet État, placé depuis mai 1987 sous l'administration directe de New Delhi. Les séparatistes et les régionalistes ayant appelé au boycottage du scrutin, le taux d'abstention est d'environ 72 p. 100. Aussi, le Parti du Congrès […] Lire la suite

Pour citer l’article

Denis MATRINGE, « SIKHS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sikhs/