GANDHI RAJIV (1944-1991)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En soufflant prématurément la vie de Rajiv Gandhi le 21 mai 1991, la « bombe humaine » disposée par les Tigres tamouls (de Sri Lanka) à Sriperumbudur, sur le parcours de sa campagne électorale dans le Sud, marqua à nouveau du signe de la tragédie une carrière étalée sur moins de dix ans. Le dernier héritier adulte du charisme de la famille Nehru marchait vers la victoire quand, en s'inclinant devant lui, une terroriste fit exploser la bombe qu'elle portait à la ceinture. Présentée comme la mort du Sauveur qu'appelait la difficile situation économique et sociale de l'Inde, cette fin illustre en effet toute lacomplexité des rapports de l'Inde moderne avec le « communalisme » (politisation des fidélités communautaires) et les régionalismes qu'il avait combattus sans en entraver l'essor.

Enclin à mener une vie sans histoires, ce pilote de ligne n'avait été poussé vers la vie publique que par la mort accidentelle, en juin 1980, de son frère Sanjay puis par l'assassinat de sa mère par ses gardes sikhs en 1984. Élevé dans la maison de Nehru, le fils aîné d'Indira Gandhi avait peut-être hérité de son père Feroze Gandhi le sens de la modernité que l'on prête à la communauté parsie dont ce dernier était issu. En tout cas, les goûts qui lui firent accélérer le passage de l'Inde au xxie siècle l'avaient surtout porté vers l'univers de la technologie et un culte de sa famille et de ses amis que le pouvoir n'entama jamais vraiment et qui le fit accuser de préférer les « coteries » de ses proches aux élus de la nation.

Né le 20 août 1944, Rajiv Gandhi avait fait ses études d'abord à la très huppée Doon School puis à Cambridge où, dans la seconde moitié des années1960, il avait rencontré puis épousé, en 1968, une Italienne, catholique, Sonia Maino, dont il eut deux enfants. Jusqu'en 1980, il avait mené la vie professionnelle d'un pilote des Indian Airlines. La période de l'état d'urgence (1975-1977) et de l'ascension politique controversée de son frère avait fait ressortir une probité qui lui valut le surnom de « Monsieur Propre » quand il accepta de combler le vide laissé par Sanjay. C'est en juin 1981 qu'il lui succéda en se faisant élire au Lok Sabha (Chambre du peuple) et en commençant à « aider maman » en chassant du parti du Congrès des cadres corrompus. En 1983, il devint successivement membre du comité exécutif puis secrétaire général du Congrès et attacha son nom au renversement de gouvernements d'États hostiles au pouvoir fédéral. La rumeur publique lui prêta également un rôle dans la décision de donner l'assaut au temple d'Or d'Amritsar en juin 1984 et cette opération, en suscitant l'attentat perpétré contre sa mère le 31 octobre suivant, déboucha sur des mesures de sécurité sans précédent qui l'isolèrent souvent des forces vives de l'Inde. Appelé au poste de Premier ministre par le président Zail Singh, il mit fin aux représailles contre la communauté sikh et organisa des élections qui, à la faveur de la sympathie provoquée par les conditions de sa succession, lui assurèrent une majorité record des trois quarts des sièges du Lok Sabha. Ainsi légitimé, il fit des débuts prometteurs comportant notamment une nouvelle politique de compromis, d'« accords » avec les mouvements de rébellion des sikhs du Pendjab et des régionalistes de l'Assam ainsi qu'un dialogue avec l'opposition. Cependant, les rébellions s'amplifièrent au Pendjab et, à partir de 1988, prirent une tournure pratiquement irréversible au Cachemire. Cédant aux pressions de conseillers mal avisés, il contribua sans doute aussi au regain de tensions intercommunautaires en courtisant le fondamentalisme musulman (par une loi restreignant les droits de la femme musulmane divorcée) et l'orthodoxie hindoue (par un tournant de la politique pratiquée au Pendjab, où les hindous étaient victimes du radicalisme sikh). En matière de politique générale, ses gouvernements furent marqués par de fréquents remaniements et l'affirmation réitérée, notamment en 1985, au moment du centenaire du parti du Congrès, d'une volonté de changement qui butait sur l'électoralisme des hommes d'appareil. Pariant sur la réussite d'une libéralisation économique assortie d'une rigueur douanière et fiscale, il renia néanmoins l'intransigeance de son m [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : docteur d'État en science politique, chargée de recherche au C.N.R.S. (Centre d'études et de recherches internationales de la Fondation nationale des sciences politiques)

Classification

Autres références

«  GANDHI RAJIV (1944-1991)  » est également traité dans :

GANDHI INDIRA (1917-1984)

  • Écrit par 
  • Max ZINS
  •  • 1 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une fin de règne difficile »  : […] Le répit va cependant être de courte durée. Les élections de 1971, certes, donnent une victoire d'autant plus écrasante au Congrès que c'est l'année de la guerre d'indépendance du Bangladesh, au cours de laquelle l'Inde remporte un succès militaire total contre le Pakistan. Mais, très vite, la situation économique et sociale se dégrade. La nationalisation bancaire n'est suivie d'aucune autre réfor […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 901 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « L'unité nationale à l'épreuve des Gandhi »  : […] Les élections de janvier 1980 consacrent le retour au pouvoir d'Indira Gandhi à la tête d'un nouveau parti qu'elle a créé en 1978, le Congrès (I) – I pour Indira –, qui remporte 353 sièges avec 42,7 p. 100 des voix ; le Janata Party ne conserve que 31 sièges avec 19 p. 100 des voix, tandis que le Janata Party (S) de Charan Singh gagne 41 sièges (avec 9,4 p. 100 des voix). Le Janata Party connaît a […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - L'économie contemporaine

  • Écrit par 
  • Gilbert ÉTIENNE, 
  • Joël RUET
  •  • 11 951 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Une première inflexion »  : […] Dans les années 1980, la stratégie de développement suivie jusqu'alors est remise en question par de hauts fonctionnaires, quelques économistes (qui dans la décennie de 1990 puis à nouveau à partir des élections de 2004 occupent les plus hautes fonctions) et de rares intellectuels. Ils soulignent notamment la faiblesse de la productivité industrielle, l'inefficacité de l'investissement public, les […] Lire la suite

SINGH VISHWANATH PRATAP (1931-2008)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 402 mots

Homme politique indien, V. P. Singh fut le chef du gouvernement indien en 1989-1990. Né le 25 juin 1931 à Allahabad, dans l'actuel Uttar Pradesh, Vishwanath Pratap Singh étudie dans sa ville natale puis à l'université de Poona (Pune). En 1969, il se fait élire à l'Assemblée législative de l'Uttar Pradesh en tant que membre du parti du Congrès. Deux ans plus tard, il remporte un siège à la Chambre […] Lire la suite

SRI LANKA

  • Écrit par 
  • Osmund BOPEARACHCHI, 
  • Delon MADAVAN, 
  • Éric MEYER, 
  • Édith PARLIER-RENAULT
  •  • 21 644 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Le retour au libéralisme économique et la montée du séparatisme tamoul »  : […] En juillet 1977, le S.L.F.P. subit une défaite électorale sans précédent. La gauche s'effondre, perdant toute représentation parlementaire. Le nouveau dirigeant de l'U.N.P., J. R.  Jayawardene, est issu de la classe politique établie, mais il s'est entouré d'hommes nouveaux, comprenant qu'un apport populiste pouvait régénérer son parti. Il inverse aussitôt la stratégie économique poursuivie par M […] Lire la suite

TAMOUL SÉPARATISME, Sri Lanka

  • Écrit par 
  • Nira WICKRAMASINGHE
  • , Universalis
  •  • 1 865 mots

Dans le chapitre « Violence et guerre civile (1983-1993) »  : […] En juillet 1983, à la suite d'un attentat perpétré par les militants tamouls contre des soldats sri-lankais, des éléments proches du gouvernement organisent dans les régions à majorité cinghalaise des attaques contre les Tamouls qui font plusieurs milliers de victimes. Après des tentatives répétées de médiation, le Premier ministre indien Rajiv Gandhi obtient en juillet 1987 du président sri-lank […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christiane HURTIG, « GANDHI RAJIV - (1944-1991) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rajiv-gandhi/